WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dedollarisation : enjeux, regard et perspectives


par Espoir KAHENGA KALEMBO BUTALELE
Université de Lubumbashi - Licence 2014
  

précédent sommaire suivant

III.2.1. Le dispositif pour lutter contre la dollarisation. 

L'injection des billets à valeur faciale élevée pour lutter contre la dollarisation en juillet 2012 n'a généré une situation chaotique contrairement aux inquiétudes émanant de certains milieux. Cette réalité dépend dans une certaine mesure de la stabilité macroéconomique observée au cours de cette dernière décennie, des mesures d'encadrement prises par les autorités gouvernementales notammentla mise en oeuvre des campagnes de vulgarisation et de l'injection limitée de ces coupures par le canal des banques commerciales. 

Dans ces conditions, le trésor public de la RDC a pu maintenir un solde excédentaire cumulé de l'ordre de 224 milliards de francs congolais à la fin du mois d'Août 2012. De même, les réserves de change se sont maintenues à un niveau confortable de 1.475.000.000 francs congolais, représentant 8 semaines d'importation.66(*) 

L'extinction de la dollarisation suppose un changement de mentalités propice au renversement des anticipations des agents économiques. L'expérience de la RDC de ces dernières années nous renseigne que cette réalité n'est pas toujours acquise en dépit des avancées plus ou moins significatives sur le plan du cadrage macroéconomique. 

L'enracinement de la dollarisation peut demeurer malgré des progrès indéniables en termes de lutte contre l'inflation et de stabilité de taux de change. La volonté du gouvernement congolais d'effectuer la paie des fonctionnaires en monnaie nationale et de maintenir l'affichage des prix des biens et services sur toute l'étendue de la RDC en francs congolais à partir de 2013 est de nature à favoriser le recul de la dollarisation. 

De même, cette tendance va se concrétiser davantage si les directives visant à libeller les offres sur les marchés publics sont effectivement appliquées. Cependant, la portée de ces mesures risque d'être annihilée si une attention particulière n'est accordée pas aux problèmes récurrents liés à la prolifération des circuits parallèles et informels par où transitent des quantités faramineuses des biens et services ainsi que des encaisses monétaires. 

L'injection « timide » des billets de banque à valeur faciale élevée reste dès lors une stratégie louable qui devrait se maintenir si l'on veut éviter des dérapages. En effet, il faudra faciliter la circulation massive des petites coupures (100 FC, 200 FC et 1000 FC) et limiter dans une certaine mesure celle des billets à valeur faciale élevée en confinant ces dernières aux transactions de grande envergure. 

Cette dynamique suppose l'appréciation de la monnaie congolaise, le maintien d'une faible inflation et l'accroissement du pouvoir d'achat des agents économiques. Ces conditions demeurent le gage d'un renversement de mentalités espéré dans le cadre d'un retournement de leurs anticipations. Cette réalité sociale suppose le retour de la confiance envers la monnaie nationale soutenue par le maintien des institutions financières viables.

* 66NoelK. TSHIANI, Vision pour une monnaie forte, P. 74. 

précédent sommaire suivant