WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La genèse d'un projet de renouvellement urbain - le cas du bas Chantenay à  Nantes

( Télécharger le fichier original )
par Philippe Lassale
IAUR (Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de Rennes) - Université Rennes 2 - Master MOUI (Maîtrise d'Ouvrage Urbaine et Immobilière) 2012
  

précédent sommaire suivant

Regrouper des acteurs aux ambitions divergentes

Ainsi Frebault (2012) dira que, plutôt qu'un espace de transformations techniques, l'aménagement est devenu un lieu de débat, de confrontation et de négociation. La mise en oeuvre des projets exige de mobiliser un système d'acteurs publics et privés de plus en plus large : maîtres d'ouvrages opérationnels, opérateurs, partenaires fonciers et économiques, habitants... « En particulier, de nouveaux modes de partenariats avec les grands propriétaires fonciers sont à inventer, soit sous forme de contractualisation, soit sous forme de solutions de portage intermédiaires. En effet, sur des territoires vastes et composites, les stratégies d'aménagement mises en oeuvre ne s'appuient plus systématiquement sur l'acquisition foncière publique préalable. Ainsi à Boulogne-Billancourt, l'entreprise Renault est un acteur incontournable directement associé au projet urbain, et le projet de l'Ile de Nantes affiche comme stratégie le partenariat avec le partenaire plutôt que l'acquisition directe des terrains. La coordination de l'ensemble de ces interventions et des maîtres d'ouvrage opérationnels devient alors stratégique. Il s'agit de l'organiser et de la situer au bon niveau de la conduite du projet ».

Rodrigues-Malta ajoutera sur ce sujet que les opérations de reconversion sont des actions de grande envergure qui exigent d'importants investissements financiers et impliquent de nombreux acteurs aux logiques le plus souvent divergentes. C'est pourquoi elle estime que « la négociation et la recherche du consensus constituent une étape préalable importante du processus de mise en oeuvre ». Le Bas Chantenay est un territoire fluvial, et l'ensemble de ses berges appartient au port autonome. Et puisque, on l'a vu précédemment, les quais sont un enjeu majeur du projet, il faut donc se rapprocher de cet acteur afin de cerner sa position quant à d'éventuels transferts fonciers.

Cartographie des principaux propriétaires sur le périmètre d'études. Nantes Métropole (2012).

Or Rodriguez-Malta explique que bien souvent, le port autonome présente un comportement attentiste. En effet, dans l'incapacité de prévoir quelle sera l'évolution du trafic dans une décennie, les autorités portuaires se montrent toujours réticentes à l'idée de se défaire définitivement d'une partie de leur patrimoine foncier sous-utilisé. À Marseille et à Bilbao, les premiers projets formulés par les acteurs locaux pour le réaménagement des emprises portuaires obsolètes se sont ainsi heurtés au refus catégorique des autorités portuaires. Ces espaces deviennent alors les lieux symboliques de l'affrontement de deux logiques distinctes et antagonistes : d'un côté, une ville qui avance des arguments « citoyens » en termes de cadre de vie, d'exigences sociales et qui plaide en faveur « d'un port urbain ; de l'autre, un agent économique puissant, tourné vers le marché et la compétition économique, et bien conscient de la valeur de son patrimoine foncier.

précédent sommaire suivant