WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le placement de produits dans les films - tour d'horizon des caractéristiques de cette nouvelle technique de communication et analyse des variables influençant son efficacité


par Philippe Lassale
ESSCA (Ecole Supérieure des Sciences Commerciales d'Angers) - Master Marketing 2006
  

précédent sommaire suivant

III.3.8.2. ... mais une confiance plus timide quand à la modification d'attitude

Seuls respectivement 30% et 20% des répondants pensent que le placement de produits permet de voir le produit tel qu'il peut être utilisé ou qu'il incite à se renseigner si le produit leur est inconnu.

En revanche, près de 40% d'entre eux sont convaincus que la technique pousse à l'achat.

III.3.8.3. Les marques familières sont préférées

68% préfèrent le placement de marques qui leur sont familières, ce qui conforte les théories des académiciens et les convictions des professionnels selon lesquelles, comme on l'a vu précédemment, l'intégration de produits nouveaux dans les films serait inefficace.

III.3.9. Principales tendances dégagées par l'étude

L'ensemble des observations que l'on a pu faire conforte les affirmations émises par la communauté académique. La pratique du placement de produit dans les films est bien accueillie, et le sexe du spectateur semble donc bien constituer une variable déterminant le degré d'acceptation de l'intégration de marques comme technique de communication des annonceurs.

En revanche, si les observations concernant l'influence de la consommation de films laissent supposer que cette dernière constitue en effet une variable pour l'acceptation de la pratique, nous n'avons pas pu - ou su - trouver les raisons pour lesquelles le lien que l'on note entre ces deux données est inversé par rapport à ce qu'a observé l'ensemble de la communauté scientifique jusqu'à présent. Sûrement est-ce dû à la petitesse de l'échantillon, qui favorise les biais lors de l'analyse des résultats.

III.3.10. Limites de l'étude

Du fait de la faible taille de l'échantillon d'individus interrogés, les résultats de cette étude sont évidemment à prendre avec précaution. Même si la population interrogée correspond à celle des études de DeLorme, Gould, Reid et leurs collègues, et si l'on a montré qu'elle était assez représentative du public du cinéma en France, nous ne pouvons que prétendre avoir fait ressortir certaines tendances.

La modestie des moyens employés n'a en outre pas permis d'effectuer des analyses plus approfondies de type croisement des données ou calcul des corrélations.

Il est à noter que nous n'avons pas cherché à vérifier s'il pouvait y avoir une corrélation entre l'appréciation du film et l'acceptation du placement de marques dans ce dernier, car l'échantillon était trop faible et les résultats n'auraient eu aucune valeur. La même remarque s'applique à la potentielle influence du type d'équipement vidéo sur l'appréciation du placement de produits dans les films visionnés.

précédent sommaire suivant