WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Influences circadiennes sur le jugement social


par Sébastien Stuhec
Université Libre de Bruxelles - Master en sciences psychologiques à  finalité spécialisée neuropsychologie et développement cognitif 2011
Dans la categorie: Biologie et Médecine > Psychologie et neuropsychologie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

2. Fonctions exécutives

Les fonctions exécutives englobent une série de processus de haut niveau dont la fonction principale est de faciliter l'adaptation à des situations nouvelles ou complexes (Collette, Hogge, Salmon, Van der Linden, 2006 ; in Schmidt, 2009)

Pour réaliser des tâches routinières, les mécanismes mis en place sont automatiques, ne nécessitant pas de réflexion et très peu d'attention. Les situations nouvelles, elles, nécessitent la sélection d'une action appropriée, demandant attention et réflexion (Degiorgio, Fery, Polus & Watelet, s.d.).

La mise en évidence des mécanismes désignés sous l'appellation « fonctionnement exécutif » provient d'études neuropsychologiques de patients cérébro-lésés et d'études d'imagerie cérébrale fonctionnelle de sujets sains. Ces études mettent en exergue une distinction entre les processus étudiés mais pas une totale indépendance (Meulemans, Collette & Van der Linden, 2004).

Ces fonctions qui permettent de s'adapter à des situations nouvelles, qui permettent à l'individu de s'adapter, sont les suivantes :

- L'inhibition (capacité de s'empêcher de produire une réponse automatique) - La mise à jour (rafraîchir le contenu de sa mémoire de travail)

- La flexibilité mentale (passer d'un comportement à un autre)

- La récupération active d'informations en mémoire

- L'attention divisée (être attentif à deux activités en méme temps)

- La planification (organiser une série d'actions)

Le fonctionnement exécutif a initialement été associé à l'activité dans les régions cérébrales frontales (Schmidt, 2009). A ce sujet, des tâches relevant du cortex pré-frontal relativement complexes (Tour de Londres, Wisconsin Card Sorting Test, tâche de raisonnement logique) se sont révélées sensibles aux effets du moment de la journée et à la déprivation de sommeil (Drumond, Brown, Salamat, Gillin, 2004; Jones, Harrison, 2001; in Blatter & Cajochen, 2006). Un nombre grandissant d'études récentes démontre qu'une partie du fonctionnement exécutif dépend de régions cérébrales postérieures (essentiellement pariétales) (Harrison, Jones & Waterhouse, 2007 ; in Schmidt, 2009).

2.1. L'inhibition

L'inhibition est la capacité à s'empêcher de produire une réponse automatique, à arréter la production d'une réponse en cours et écarter les stimulations non pertinentes pour l'activité en cours (Degiorgio et al., s.d.). Cette fonction cognitive trouve donc sa place dans une étude sur les stéréotypes et les rythmes circadiens. En effet, si un sujet ne parvient pas à s'empêcher de produire une réponse automatique et qu'à ce moment de la journée sa réponse est davantage stéréotypique, un pont peut être jeté entre les deux notions.

précédent sommaire suivant