WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche ethnopsychiatrique du malade réanimé : Réhabiliter l'esprit dans les pratiques de soins

( Télécharger le fichier original )
par Véronique DI MERCURIO
Université Paris 8 - Master 1 Psychologie Clinique 2007
  

précédent sommaire suivant

I.4.c Conceptions du « Souffle Vital » dans les fondements des cultures occidentales

Les pensées ont été fortement influencées par les cultures grecques et latines, puis judéo-chrétiennes. (FAIVRE, 2000)

Elles-mêmes ont puisé leurs croyances dans les 2 grandes civilisations anciennes de culture écrite, Babyloniennes et Egyptiennes.

Les Babyloniens

La mort est un long sommeil, accompagné d'une paralysie totale et d'un arrêt du coeur. Le souffle correspond au principe vital, qui quitte le corps et provoque alors la mort. Les maladies sont soignées par des exorcistes qui chassent les esprits possesseurs, esprits ou fantômes qui errent dans les ruines ou les déserts, morts sans sépulture ou filles mortes sans époux.

Egypte ancienne

L'âme est constituée de 3 parties :

· le ka : manifestation des énergies vitales comme fonction créatrice et conservatrice. Une métaphore de « mourir » : penser à son ka. Les énergies vitales entrent par le nez, passent par le coeur et les poumons, reliées au sang. La bonne santé se définit par le libre passage, sans obstruction de cette énergie vitale. Le coeur est pesé au moment du jugement dernier. Plus il y aura eu de mauvaises pensées, plus il sera lourd.

· l'akh : il appartient au ciel, et de même racine que « briller ».

· le ba : partie spirituelle de l'âme.

Idée d'énergie vitale, fluide, qui entre par le nez et circule, mais n'est pas associée à l'air.

La Bible

La Ruah est le Souffle vital que Dieu insuffle par le nez pour créer l'homme. En rapport avec l'élément du vent, principe essentiel à la vie sur terre. C'est une réalité invisible et impalpable.

Les Grecs : coexistence des conceptions dualistes et monistes

Tous les philosophies grecs se réfèrent aux principes fondamentaux de la Psyché qui veut dire « âme » désigne le principe vital, ou « Souffle vital », qui s'oppose au Sôma, qui veut dire « cadavre ». Le Souffle lui-même est considéré comme un air chaud apporté par la respiration et qui coule dans les veines avec le sang sous forme de Pneuma. On se servait d'un miroir placé devant la bouche et le nez pour voir si une personne était encore vivante. La respiration déposait de la buée sur le miroir. Pour « mourir » on emploie encore l'expression « rendre le dernier soupir ». La Psyché réside dans le Sôma et maintient la permanence et l'identité et a donné le terme de « psychologie ». Le mouvement réside dans le Démos (corps construit et vivant) qui se différencie du Sôma.

Le médecin grec Hippocrate a développé une théorie tripartite de l'âme, étroitement liée au corps qu'elle construit également en 3 régions : la tête qui contient la partie immortelle de l'âme et siège de la raison, la zone centrale avec le coeur qui contient le siège du courage, et le niveau de l'abdomen qui contient les désirs et l'ardeur.

Cette conception est analogue à la conception tripartite de l'âme immatérielle de Platon : le noûs correspondant à la raison, le thumos ou âme irascible, correspondant aux sentiments de colère ou de courage et l'epithumia ou âme concupiscente, correspondant aux appétits et désir et étroitement reliée aux sensations du corps. L'âme irascible n'est ni bonne, ni mauvaise. Elle peut se ranger du côté de la raison ou du désir selon les situations.

Pour Aristote, l'âme est de même essence que le corps, matérielle, avec une structure tripartite : l'âme rationnelle, l'âme sensitive correspondant à l'imagination et aux 5 sens et l'âme végétative correspondant à la survie biologique.

Pour Epicure, philosophe matérialiste, l'âme est composée de 2 parties : l'animus qui réside dans la poitrine et l'anima, principe vital plus léger qui circule partout.

Que ce soit dans la conception dualiste-idéaliste ou matérialiste-moniste de l'âme, celle-ci donne forme au corps car elle réalise les fonctions vitales qui animent les corps et cause ses activités.

La santé consistera en un équilibre entre corps et âme et entre les 3 parties de l'âme.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie