WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Bio-écologie des anophèles de part et d'autre de la falaise des Mbô et leur implication dans la transmission du paludisme d'altitude


par Billy TENE
Université de Yaoundé 1 - DEA 2007
  

précédent sommaire suivant

2.1.2. Santchou

Située à la frontière sud de la Menoua à 5°25' Nord et 10°10' Est, elle est limitée au sud par les chaînes montagneuses du Manengouba et au nord par une falaise la limitant de la région de Foréké, du côté de Dschang. C'est une zone relativement plane et inondée en saison de pluies et serpentée par la rivière Nkam. La végétation est constituée d'une savane arbustive avec quelques régions boisées isolées le long des ruisseaux. La température moyenne est de 25°C 3, l'humidité relative 80% et la pluviométrie moyenne annuelle 2200 mm/an.La répartition des saisons est semblable à celle de Dschang,soit quatre saisons par an (archives SEMRY).

L'approvisionnement en eau courante n'étant pas encore assuré, la population consomme l'eau des puits etforages, ce qui augmente la prévalence des maladies du péril fécal et réduit la santé publique et conséquemment la résistance individuelle au paludisme. Les gîtes larvaires sont constitués par les eaux de puits, des flaques d'eau, des eaux d'inondations et des rizicultures.

A Santchou (figure 6), les habitations choisies pour les captures nocturnes sont réparties en fonction du niveau d'urbanisation. Lecentre-ville de Santchou représente la zone urbaine et les cases y sont choisies en fonction de l'éloignement de l'axe routier (tableau 2).La zone suburbaine est représentée par les quartiers périphériques avec des habitations isolées et entourées de quelques bosquets etla zone rurale par un regroupement de cases situées dans les plantations au bas de la falaise.Les maisons de capture ont été choisies en fonction de la proximité des gîtes permanents ou temporaires et surtout, de la coopération des habitants.

Tableau 2 : Localisation des sites de capture en fonction de l'urbanisationdans la plaine

Degré d'Urbanisation

Quartiers

Zone urbaine

Cassalafarm, Madagascar et "Nouveau quartier"

Zone Suburbaine

Fombap

Zone rurale

Ntengué

Route Principale

Route secondaire

Cours d'eau

Piste

Courbe de niveau altitudinale

Source : CNC Yaoundé

Figure 6 :Carte de la région de la plaine des Mbô

2.2.COLLECTEDES MOUSTIQUES

Les descentes sur le terrain ont été faites une fois par saison afin d'avoir une diversité sur toute une année. Deux techniques de capture ont été utilisées :

2.2.1. La capture sur volontaires 

Pour ce faire, les aspects éthiques ont été pris en compte tout au long du processus de préparation de notre étude pour garantir aux "captureurs" et résidents des habitations retenues une juste information sur leur participation et leurs droits dont le respect est assuré pendant toute la période, ainsi que de leur libre consentement. Aussi, tous les volontairesont reçuaprès les captures un traitement présomptif à base d'une combinaison Amodiaquine-Artésunate.

La capture est faite de nuit car les anophèles ont une activité nocturne. Les "captureurs"étaient de jeunes hommes de 18 à 30 ans qui, après avoir été formés, collectaienteux-mêmes les moustiques dans leurs domiciles,certains à l'intérieur des habitations et d'autres à l'extérieur. Deux équipes étaient utilisées : la première travaillant de 18h à 01h et la seconde de 01h à 06h. Leur équipement était composé d'un réveil, de sacs marqués par tranches horaires,d'une torche à pilesetde tubes à hémolyse pour contenir les moustiques. Ils attrapaient les moustiques au moment de la piqûre à l'aide des tubes qu'ils bouchaient ensuite avec du coton. Ces tubes étaient numérotés en fonction des lieux de captures et des tranches horaires puis rangés au frais.

précédent sommaire suivant