WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Archives photographiques au bénin : Problématique de la gestion d'un patrimoine documentaire menacé


par Franck Komlan OGOU
Ecole Nationale d'Administration et de Magistrature / Université d'Abomey Calavi - Technicien supérieur de l'information documentaire 2004
Dans la categorie: Communication et Journalisme
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

1.2.2.2 Forces et faiblesses de l'Accord Culturel Cadre de la CEDEAO

A l'instar de tout instrument juridique, l'Accord Culturel Cadre de la CEDEAO présente des forces et des lacunes.

L'Accord a proposé un programme ambitieux de développement culturel qui constitue le point de convergence et de départ de toutes les actions à mener pour un développement culturel ouest-africain. Ce programme a été adopté le 22 novembre 1996 à Lomé suite aux recommandations de la 8ème réunion de la Commission des Affaires Sociales et Culturelles.

Pour assurer la mise en oeuvre du programme culturel et l'élaboration de stratégies et programmes sectoriels visant à accélérer la mise en exécution dudit programme, un comité ad hoc composé de la Côte d'Ivoire, du Ghana, du Mali, du Nigeria et du Sénégal a été mis sur pied. Cela a permis la création de plusieurs festivals en Afrique de l'Ouest dont les plus importants sont : le FESPACO du Burkina-Faso, la Biennale de Dakar, le FITHEB du Bénin. La CEDEAO a créé elle-même son festival dénommé ECOFEST.

Quant aux faiblesses, il faut dire que la CEDEAO n'a pas échappé aux problèmes qui sont ceux de toutes les organisations sous-régionales et internationales de ne pas faire appliquer les décisions prises. En dépit des difficultés propres au fonctionnement de la CEDEAO, l'Accord a péché par endroits. Il s'est trop appesanti sur la circulation des biens culturels et de des artistes à travers les frontières. Cette situation pourrait être une porte de sortie pour le trafic illicite des biens culturels.

A l'issue donc de l'étude de l'Accord Culturel Cadre de la CEDEAO, on peut conclure que les biens culturels en général et les archives photographiques en particulier ne sont pas protégées alors que nos pays africains sont pillés depuis l'organisation de la Biennale de Bamako sur la photographie en 1994. Elle a braqué les projecteurs sur cette richesse qui constitue le patrimoine visuel de l'histoire africaine. L'exemple béninois qui a fait l'objet de notre étude confirme l'effectivité de ce commerce illicite qui se mène au nez et à la barbe de tous.

Nonobstant les mesures prises au niveau de l'UNESCO à travers la Convention de novembre 1970 et l'Accord Culturel Cadre de 1987, quelles sont les dispositions prises au niveau national ?

1.2.3 La politique nationale de protection des biens culturels

Le Bénin s'est doté de textes juridiques pour assurer la sécurité de ses biens culturels. Vu comme l'un des réservoirs africains de richesses culturelles, l'armature législative permet-elle réellement de consolider la protection du patrimoine culturel ? Quelles en sont les origines ? Quelles sont les forces et faiblesses des textes juridiques du Bénin ?

précédent sommaire suivant