WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Discrimination sur le marché du travail : les femmes

( Télécharger le fichier original )
par Youssef Belhassen FENNIRA
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne - Licence 2009
  

sommaire suivant

 

UNIVERSITE PARIS I

Discrimination sur le marché du travail : les femmes

Mémoire présenté pour l'obtention d'une licence d'économie

 

Professeur : Elèves :

Mme Catherine SOFER Nassila BENSEMANE

Yasemin BICKEN

Youssef FENNIRA

2008-2009

SOMMAIRE

SOMMAIRE 1

INTRODUCTION 1

I. Les nouvelles théories économiques de la discrimination et mesures économétriques 3

I.1. L'approche de Becker et les mesures de la discrimination 3

I.1.1. La discrimination des différents agents du marché 4

I.1.2. Modèles de recherche d'emploi 6

I.1.3. Les travaux économétriques 8

I.2. La discrimination statistique 12

I.2.1. Fiabilité de l'information 12

I.2.2. Discrimination statistique et stéréotypes 14

II. Discrimination des femmes sur le marché du travail 15

II.1. Discrimination des femmes à l'entrée sur le marché du travail 16

II.1.1. Les causes des discriminations 16

II.1.2. Les disparités contractuelles à l'embauche 17

II.2. Discrimination sectorielle des femmes 19

II.2.1. La place des femmes dans les différents secteurs d'activité 19

II.2 .2. Essor du secteur tertiaire 20

II.3. Discrimination des salaires et des revenus 22

II.3.1. Théories explicatives et évolutions salariales 22

II.3.2. Salaires par secteur et retraites 23

III. Les politiques sociales portant sur la discrimination 25

III.1. Les actions de l'Etat 26

III.2. Les politiques sociales au sein de l'Union Européenne 27

III.2.1. Objectifs de l'UE dans la lutte contre la discrimination 27

III.2.2. La Feuille de route, engagement de la Commission à faire progresser la politique d'égalité entre les femmes et les hommes. 28

III.3.Comparaison au sein de l'Union européenne 30

CONCLUSION 31

BIBLIOGRAPHIE 32

ANNEXE I 34

ANNEXE II 36

Salaires horaires nets moyens dans le secteur privé à temps complet et à temps partiel 36

INTRODUCTION

La féminisation du marché du travail est indéniable. La part des femmes dans la population active française est passée de 34 % à 47 % de 1962 à aujourd'hui. Malgré cette hausse, les inégalités salariales entre les hommes et les femmes persistent. Les femmes sont statistiquement moins enclines à occuper des hauts postes et obtenir des salaires élevés ; leur salaire mensuel moyen est inférieur de 20 % à 27 % à celui des hommes. Le sexe reste donc un facteur déterminant de la position professionnelle des individus sur le marché du travail.

Ces inégalités sont représentatives de la discrimination que subissent les femmes, mais n'en sont que la partie visible.

De manière générale, la discrimination signifie que pour deux individus de productivités identiques, l'un des deux aura moins de chance d'accéder au marché du travail, de grimper dans la hiérarchie et d'avoir le même salaire. On peut distinguer deux types de discrimination : la discrimination dite économique, illustrée par l'exemple ci-dessus et la discrimination à l'embauche dans certains secteurs qui poussent les femmes à choisir certains types d'études au lieu d'autres ; études qui ont la réputation d'avoir des débouchés discriminants sur le marché du travail et sont donc moins attrayant pour les femmes car moins rentables. Dans ce dernier exemple, la variante est que la discrimination sur le marché est à l'origine des écarts de productivité entre les deux sexes ; écart de productivité qui peut aussi être expliqué par le harcèlement ou le dénigrement de leur participation sur leur lieu de travail par leurs collègues masculins qui peuvent engendrer une baisse de productivité.

Il existe une autre forme de discrimination qui trouve son origine dans les choix et les préférences des agents (facteurs exogènes) qui peuvent exprimer une préférence pour la sphère domestique au détriment de la sphère productive, caractéristique propre à la division sexuelle du travail car elle l'amplifie, ce qui la différencie de la discrimination raciale, sur laquelle la division du travail domestique ou non domestique n'interfère pas. Les choix de spécialisation des femmes sont donc dictés par le rôle que leur attribue la société ce qui en fait une discrimination de type social.

Les femmes se retrouvent prisonnières d'un marché du travail principalement masculin par sa direction, qui perpétue les valeurs du passé et ne s'adapte pas aux caractéristiques de l'emploi féminin qui pourtant est un gain de productivité indéniable sur le marché.

Mais pourquoi les femmes sont-elles donc discriminées ? Pourquoi ont-elles tant de mal à intégrer le marché du travail et s'y développer ? L'écart de salaires constaté est-il le fruit de pratiques discriminatoires ? La discrimination devient-elle une attitude en société ?

Différents travaux, comme ceux d'Oaxaca -Blinder (1973) et d'autres qui en découlent, ont cherché à déterminer la part due à la discrimination dans les inégalités de salaires observées. D'autres comme Becker (1957) ont essayé de trouver les origines même de la discrimination sur le marché du travail.

Pour comprendre quels sont les déterminants de la discrimination sur le marché et comment ils sont perçus, nous allons dans un premier temps étudier les différentes théories économiques et les travaux économétriques afin de mieux cerner les causes de la ségrégation et les écarts de salaires qui persistent dans le temps. Dans un second temps, nous allons présenter le constat français de ces discriminations et comment celles-ci sont expliquées. Enfin, nous présenterons les différentes politiques sociales mises en oeuvre pour y remédier à l'échelle française et européenne ainsi que le bilan de chaque pays.

sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie