WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les débats autour de la guerre d'Algérie à  travers le journal Le Monde


par Philippe SALSON
Université Michel de Montaigne Bordeaux III - Maà®trise d'Histoire contemporaine 2001
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 1 :

1968-1972: LA REDECOUVERTE DE LA GUERRE

D'ALGERIE

La guerre d'Algérie s'est distinguée des autres guerres coloniales par le fait qu'il s'est aussi agi d'une « guerre d'opinion » 2 . Etant donnés l'intransigeance des pieds-noirs, l'émergence d'une pensée tiers-mondiste, l'aura de de Gaulle et le poids du pacifisme dans l'opinion, la guerre a suscité des commentaires enflammés, des prises de position radicales et des polémiques sans fin qui ont rempli les colonnes des journaux. Ce débat, souvent plus passionnel qu'argumenté, autour de la guerre d'Algérie n'a pas pris fin avec le conflit et resurgit en fonction de l'actualité. Or, entre 1968, date de la première grande loi d'amnistie collective, et 1972, année du dixième anniversaire des accords d'Evian, les occasions ne manquent pas pour parler de la guerre. C'est justement cette loi de 1968, qui impose un oubli et un pardon sur « les événements », qui est à l'origine d'une redécouverte de la guerre d'Algérie : elle rend possible le retour ou la libération des anciens activistes qui s'empressent de justifier, par écrit, leur action.

A/ Une tentative d'écriture de l'Histoire

1/ Le Monde: caisse de résonance ou faiseur d'opinion ?

a) Les origines idéologiques du Monde

Pour comprendre la politique éditoriale du quotidien durant cette période, il apparaît nécessaire de revenir sur son origine et ses influences. Le journal a été fondé en décembre 1944 par Hubert Beuve-Mery sur la volonté du général de Gaulle. Le gouvernement s'est en effet réservé le sort du Temps, journal modéré qui est condamné pour ses positions

2 expression employée dans l'ouvrage de B. Droz et E. Lever, Histoire de la guerre d'Algérie 1954-1962, Paris, Seuil, 1982

conciliantes vis-à-vis du régime de Vichy. Le général de Gaulle souhaite créer à partir des infrastructures du Temps, un journal de prestige qui remplisse des fonctions de service public. Ce serait Georges Bidault, ministre de l'Information, qui évoque le nom de Hubert BeuveMery pour prendre la tête de ce nouveau quotidien3.

Hubert Beuve-Mery fait partie de cette génération de jeunes cadres issus de l'école d'Uriage et qui, à la suite de son directeur Dunoyer de Segonzac, se rallient au général de Gaulle en 1944. Les origines du Monde se situent alors à la confluence de quatre héritages idéologiques. Du Temps, le quotidien de Beuve-Mery ne reprend pas uniquement ses anciens journalistes mais aussi sa morale libérale, pacifiste, rationaliste et sa conception élitiste du journalisme. Le quotidien se doit d'être complet au niveau de l'information et sérieux du point de vue de ses sources. Le Monde retient ensuite des idées de la Résistance une méfiance vis-à-vis des grands groupes financiers, une volonté d'indépendance envers les pouvoirs politiques et économiques et la conscience de l'importance politique de la presse. L'école d'Uriage, quant à elle, a influencé Beuve-Mery, et par ricochet la ligne éditoriale, sur la question de la modernisation nécessaire des structures économiques et le rôle primordial que doivent jouer les technocrates dans cette modernisation. Enfin, le dernier héritage s'explique par le parcours personnel de M. Beuve-Mery, il s'agit de sa foi catholique, oecuménique et sociale.

Par le biais de ces divers legs, Le Monde s'enracine en profondeur dans l'humus idéologique et culturel de la société française : il s'inscrit dans la tradition libérale et positiviste d'une élite dont l'éducation reste très marquée par le catholicisme. Son succès et son positionnement lui ont assuré un statut de référence, quasiment incontesté, au sein de la presse française. C'est ce statut de référence qui fait de lui un bon révélateur de l'opinion; mais étant donné son lectorat, cette opinion est celle d'une élite éclairée et non de la société française dans son ensemble.

précédent sommaire suivant