WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les débats autour de la guerre d'Algérie à  travers le journal Le Monde


par Philippe SALSON
Université Michel de Montaigne Bordeaux III - Maà®trise d'Histoire contemporaine 2001
  

précédent sommaire suivant

C/ La question de la torture : responsabilités et justifications

Cette question est à la fois le prisme déformant, presque un stéréotype, à travers lequel on traite de la guerre d'Algérie et aussi un des enjeux cruciaux du débat où la problématique historique déborde sur la morale ou la philosophie. En effet, la pratique de la torture conduit à s'interroger sur la dignité humaine, le respect de l'autre en tant qu'adversaire et sur la barbarie latente chez l'homme. Dans ces débats, les points de vue sont dès lors tranchés, les mémoires défaillantes et les mensonges fréquents : effectivement, personne ne souhaite se présenter comme un barbare. Mais le débat se focalise non pas sur la réalité de la torture ni même sur l'ampleur de son usage, mais sur la possibilité ou non de justifier son usage et les responsabilités engagées.

1/ Les affrontements judiciaires

Dans un premier temps, la torture est l'objet de poursuites pour diffamation, malgré la loi d'amnistie ; deux diffamations bien différentes puisque dans la première affaire (l'affaire Audin), les plaignants sont des militants contre la torture et dans la seconde, il s'agit d'un officier français. Mais, le verdict et le déroulement de ces deux procès révèlent les limites des poursuites de ce genre depuis le vote de la loi d'amnistie. Pourtant, ces procès sont précurseurs de la polémique sur la torture qui revient avec force à la fin de l'année 1971

a) L'affaire Audin : suite d'un feuilleton judiciaire et politique

L'affaire Audin débute en pleine bataille d'Alger. Dans la nuit du 11 au 12 juin 1957, Maurice Audin, jeune assistant à la faculté d'Alger et militant communiste, est arrêté par des parachutistes du 1er R.C.P. Son épouse, sans nouvelles de lui, alerte les responsables politiques de l'époque et ses amis communistes. Or, on l'informe qu'il s'est « évadé » le 21 juin. Madame Audin doutant de la véracité de cette information, porte plainte en homicide volontaire, le 4 juillet 1957. De renvois en rebondissements, l'affaire débouche sur un non-

lieu le 22 décembre 1966, suite à la loi d'amnistie promulguée en juin.

La mobilisation des universitaires autour du cas Audin a été immédiate et par bien des aspects, elle fait songer à celle des intellectuels autour du cas Dreyfus. Cependant, elle reste relativement limitée puisqu'elle est confinée dans le milieu intellectuel et dans les tribunes des grands quotidiens. Pour pérenniser cette mobilisation, entretenir le souvenir du jeune professeur disparu et faire de ce cas particulier un symbole de la bataille contre la torture, se crée un comité Audin en novembre 1957. Toutes les professions universitaires et toutes les sensibilités de gauche y sont représentées, s'y trouvent, entre autres : Luc Montagnier, Laurent Schwartz ou les historiens Henri Marrou, Madeleine Rebérioux et Pierre VidalNaquet. Ce dernier va s'attacher à montrer79 que, d'une part, Maurice Audin a été torturé dans le centre de triage d'El-Biar80, « spécialisé » en la matière, et, d'autre part, qu'une fausse évasion a été jouée pour dissimuler la mort d'Audin - vraisemblablement causée par les tortures infligées - et « fabriquer » des témoignages. M. Vidal-Naquet rend responsable le lieutenant Charbonnier de cette mort « par accident »81. La version officielle de « l'évasion » n'a jamais été désavouée par les autorités militaires et civiles.

L'affaire Audin revient dans la rubrique du quotidien du soir à propos du procès en diffamation intenté par quatre animateurs du comité Audin dont Pierre Vidal-Naquet, contre La Voix du Nord et le journaliste Georges Ras auteur d'un article paru en 1960 : « Audin a-t-il était assassiné ou s'est-il évadé ? ». Le journaliste prenait à partie les quatre animateurs pour contester la version du comité sur la mort d'Audin. M. Vidal-Naquet obtient, seul, gain de cause en 1967. Les parties se pourvoient ensuite en cassation, mais seulement deux secrétaires du comité continuent la bataille juridique : Luc Montagnier et Jacques Panijel. L'arrêt définitif de la cour d'appel est alors rendu le 7 janvier 1970, relaté dans Le Monde du 9 janvier. Il condamne le journaliste et le quotidien lillois à verser un franc de dommages et intérêts à chaque plaignant et à insérer le jugement dans trois journaux. Le journal est en effet reconnu d'« avoir sciemment abusé de la confiance que lui portait le public en falsifiant ou dénaturant les textes et les témoignages [...] et d'avoir manqué à la probité intellectuelle [...]. Il a manqué

79 dans son convaincant plaidoyer, P.Vidal-Naquet, L'Affaire Audin (195 7-1978), Editions de Minuit, Paris, 1958 (1989 pour la deuxième édition)

80 d'ailleurs, Henri Alleg affirme l'avoir croisé dans le centre d'El-Biar lors de son témoignage retentissant sur la torture H. Alleg, La Question, Editions de Minuit, Paris, 1958

81 le fils de Charbonnier, dans Marianne du 24 juillet 2000, déclare que son père n'a fait qu'assumer un acte commis par un autre. De plus, le général Aussaresses, dans Le Monde du 23 novembre 2000, affirme : « Le lieutenant Charbonnier n'y était pour rien, c'est tout ce que je peux vous dire. »

au devoir d'objectivité du journaliste ».

C'est la seule victoire judiciaire, bien que peu symbolique, que remporte le comité. Elle est significative de la volonté d'enterrer cette affaire. Il est révélateur à ce titre que Le Monde ne relate que brièvement le jugement sans s'émouvoir ni prendre parti. Il est vrai que l'on peut s'interroger sur la portée d'un tel verdict lorsque le fond de l'affaire n'a pas été traité pour cause d'amnistie ? Il y a donc une volonté, à laquelle le quotidien du soir participe inconsciemment, de laisser sous silence cette part d'ombre de l'action de l'armée française en Algérie. Or, c'est l'instrument judiciaire qui fait respecter ce silence, toute enquête liée à des atrocités commises en Algérie pouvant être taxée de diffamation, c'est ce que montre l'affaire Faulques

précédent sommaire suivant