WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les débats autour de la guerre d'Algérie à  travers le journal Le Monde


par Philippe SALSON
Université Michel de Montaigne Bordeaux III - Maà®trise d'Histoire contemporaine 2001
  

précédent sommaire suivant

c) Importance des articles ayant trait à la guerre d'Algérie

A partir de 1968, la guerre d'Algérie revient dans les colonnes du quotidien mais, il n'existe pas pour autant de rubrique dédiée aux « événements ». 1968, c'est aussi l'année d'une tourmente d'un tout autre genre. Face à cette actualité riche, quel est le poids des articles traitant de la guerre d'Algérie dans le journal ?

Comme on peut le voir sur le graphique8, la période 1968-1972 est assez dense en articles sur la guerre d'Algérie, et c'est cette caractéristique de la période qui explique le découpage chronologique effectué. On remarque que le nombre d'articles augmente jusqu'en 1970 puis stagne jusqu'en 1972. Mais si on s'intéresse uniquement aux articles d'une certaine importance (ceux qui occupent au moins un tiers de page), on constate une croissance continue de 1968 à 1972. En 1968, le nombre de ce genre d'articles est très faible. Faut-il y

voir là une redécouverte progressive de la guerre d'Algérie par l'opinion, comme si le débat mûrissait lentement avant de devenir une composante majeure du débat public? Il faut noter ainsi que les comptes-rendus de témoignages sur ce conflit sont très fréquents à partir de 1970, le temps étant peut-être venu de rassembler ses souvenirs. Ou bien, cela est-il dû à l'actualité riche des années 1968 à 1970 qui monopolise les principales colonnes du journal et occulte les autres débats ? En effet, les discussions sur la guerre d'Algérie n'étant pas ou peu en rapport avec l'actualité, c'est quand celle-ci est relativement pauvre que journalistes et chroniqueurs prennent le temps et la place de les évoquer. Enfin, dernière raison permettant d'expliquer les variations d'intensité du débat, c'est « l'effet anniversaire ». L'année 1972 est celle du dixième anniversaire de la signature des accords d'Evian, de l'exode des pieds-noirs, de massacres et attentats de l'O.A.S. et du F.L.N. En plus des articles commémoratifs, c'est aussi l'année que choisissent les maisons d'édition pour sortir des ouvrages en rapport avec les « événements ».

L'importance des articles sur la guerre d'Algérie ne se mesure pas uniquement par leur nombre total ou leur longueur, mais aussi par l'endroit où ils se situent dans le quotidien. Ainsi, les pages spéciales, les éditos ou les analyses écrites par les chroniqueurs sont les articles les plus visibles et abordant le sujet de manière la plus directe; en outre, ce sont ceux qui nous apprennent le plus sur l'opinion du Monde. Or, on retrouve principalement des articles sur le conflit dans les pages « Culture » (comptes-rendus de livres et de films), dans le courrier des lecteurs, dans les pages « Justice », avant que la jurisprudence sur l'amnistie ne rende vaine toute procédure judiciaire, et les pages « Rapatriés ». Cela est significatif de la place de la guerre d'Algérie dans la société : elle n'est pas au coeur des débats, mais un thème récurrent qui est discuté de manière indirecte, partielle et partiale - un témoignage ne peut être qu'un aperçu d'une mémoire subjective et retravaillée.

précédent sommaire suivant