WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les débats autour de la guerre d'Algérie à  travers le journal Le Monde


par Philippe SALSON
Université Michel de Montaigne Bordeaux III - Maà®trise d'Histoire contemporaine 2001
  

précédent sommaire suivant

2/ La télévision et l'écrit : deux moyens de se souvenir

a) Les premières émissions télévisées sur la guerre d'Algérie

Dans les années 1970, la télévision devient peu à peu un média de masse. Son influence est alors considérable : ce qui est diffusé à l'écran est regardé par des millions de personnes. Tout événement prend une ampleur considérable dès qu'il en a été question à la télévision. Il s'agit d'une caisse de résonance d'une bien autre importance que Le Monde. La télévision devient alors le vecteur indispensable du débat public. Sa large audience lui permet d'avoir un impact notable sur la société : l'élaboration d'une mémoire collective ne peut se faire sans la télévision. Preuve de cette évolution décisive, la télévision prend de plus en plus de place dans un quotidien réputé austère comme Le Monde : chroniques consacrées à l'actualité du petit écran, suppléments radio-télévision, programmes télévisés...

De plus, l'O.R.T.F., organisme de diffusion télévisée, s'est peu à peu libéré de la tutelle gouvernementale. Conséquences de cette autonomie plus grande : programmes plus variés, multiplication des chaînes, émissions plus pertinentes... Ce sont principalement des émissions de débat qui mettent en scène occasionnellement la guerre d'Algérie : Les Dossiers de l 'écran constituent ainsi une référence. Cette émission fait suivre un film d'un débat sur le même thème. Le Monde consacre généralement un compte-rendu à l'émission : le quotidien contribue à faire de l'émission un moment incontournable du débat public. Ainsi, c'est aux Dossiers de l 'écran qu'est née la polémique sur Erulin (cf. p.72).

L'émission sert souvent de point de départ de réflexion pour le chroniqueur du Monde. Ainsi, à propos de la torture en Algérie, thème des Dossiers de l 'écran en mai 1978, P. de Boisdeffre écrit : « On a raison de rappeler les horreurs auxquelles a donné lieu la guerre d'Algérie (horreurs partagées car le terrorisme, s'il n'excuse pas la torture, lui fournit un prétexte). Mais la France n'a pas la palme de l'injustice »150. Le journaliste reste modéré quant à la résurgence des anciennes affaires de torture : est-il alors révélateur de l'opinion générale de la rédaction - une lassitude vis-à-vis de ces affaires - ou de la divergence des points de vue au sein de cette rédaction - en effet, Planchais et Viansson-Ponté ne semblentils pas reprocher cet oubli de la guerre ? Toujours est-il que l'émission Les Dossiers de l'écran s'affirme comme la principale arène publique, lieu où le débat public s'expose avec ses protagonistes : c'est elle qui fait l'actualité, qui aide à se forger une opinion.

précédent sommaire suivant