WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement durable et gestion des forêts du bassin du Congo: étude comparative des politiques forestières du Cameroun et de la République du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Parfait Oumba
Université de Limoges - Master en Droit international et comparé de l'environnement 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1- La Conférence des ministres d'Afrique centrale (COMIFAC)

La COMIFAC, d'abord Conférence des ministres d'Afrique centrale avant de devenir une institution intergouvernementale sous-régionale, regroupe aujourd'hui dix Etats d'Afrique centrale. Elle a été créée en décembre 2000, à la suite du premier sommet des chefs d'Etat d'Afrique centrale sur les forêts tenu en mars 1999 à Yaoundé (Cameroun), à l'issue duquel une déclaration dite de Yaoundé a été signée par ces derniers. C'est l'organe politique et technique d'orientation, de coordination et de décision en matière de conservation et de gestion durable des écosystèmes forestiers en Afrique centrale. De ce fait, elle harmonise et coordonne les politiques forestières et environnementales de ses Etats membres.

Adopté par le conseil des ministres, le plan de convergence de la COMIFAC définit les stratégies communes d'intervention des Etats et des partenaires au développement de l'Afrique centrale en matière de conservation et de gestion durable des écosystèmes forestiers et de savanes. Les axes stratégiques en sont:

a. L'harmonisation des politiques forestières et fiscales ;

b. La connaissance de la ressource ;

c. L'aménagement des écosystèmes,

d. La conservation de la diversité biologique ;

e. La valorisation durable des ressources forestières, lutte contre la pauvreté, développement socio-économique, contrôle, filière bois, marché sous-régional du bois ;

f. Le renforcement des capacités, participation des acteurs, information, formation, sensibilisation ;

g. La recherche - développement ;

h. Le développement de mécanismes de financement ;

i. La coopération et les partenariats.

La COMIFAC travaille en étroite collaboration avec les autres institutions régionales ou africaines. On peut citer:

l'Organisation africaine du bois (OAB), l'Agence intergouvernementale pour le développement de l'information environnementale (ADIE), l'Organisation pour la conservation de la faune sauvage en Afrique (OCFSA), le Réseau des aires protégées d'Afrique centrale (RAPAC), la Conférence sur les écosystèmes de forêts denses et humides d'Afrique centrale (CEFDHAC). Outre ces institutions régionales, la COMIFAC travaille avec les différents partenaires engagés dans la conservation et la gestion durable des forêts du bassin du Congo.

2- L'Organisation africaine du bois (OAB)

Créée en 1976, l'OAB est un organisme international de coopération et de consultation dans les domaines de l'économie forestière et du commerce du bois. Elle a pour objet d'encourager ses Etats membres à étudier et à coordonner leurs activités pour leur permettre de mieux valoriser leurs produits forestiers. L'OAB rassemble 15 pays membres producteurs de bois africains; son siège est établi à Libreville (Gabon). En Afrique centrale, les Etats membres sont: le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, la RDC, le Gabon, la Guinée-équatoriale et Sao Tomé et Principe. Les principaux objectifs assignés à l'OAB à sa création incluent:

a. Assurer entre les pays membres un échange continu d'informations et un soutien mutuel en ce qui concerne leurs politiques d'exploitation, de conservation et de valorisation des ressources forestières;

b. Encourager l'élaboration des politiques nationales visant la conservation et l'utilisation durable de leurs écosystèmes forestiers;

c. Coordonner les politiques d'industrialisation des pays membres;

d. harmoniser les politiques de reboisement, d'aménagement forestier et d'environnement.

En fait, les activités de l'organisation tournent principalement autour du secteur de l'exploitation industrielle du bois d'oeuvre. Depuis quelques années, l'OAB s'est engagée sur des questions telles que la définition et la promotion de principes, critères et indicateurs de gestion forestière durable.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net