WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement durable et gestion des forêts du bassin du Congo: étude comparative des politiques forestières du Cameroun et de la République du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Parfait Oumba
Université de Limoges - Master en Droit international et comparé de l'environnement 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B- Les lacunes des textes existants

Les législations forestières congolaises et camerounaises semblent défendre la forêt pour elle-même, sans tenir suffisamment compte du rôle qu'elle joue dans la production agraire. Les systèmes d'interdits en vigueur peuvent difficilement être efficaces ; d'abord, parce qu'ils ne s'attaquent pas aux causes réelles de la dégradation qui se trouve dans les méthodes de cultures et les modes de production agro-pastorale ; ensuite, parce qu'ils prennent parfois des conséquences pour les causes : la crise du bois de feu, par exemple, n'est pas nécessairement à l'origine des dégradations forestières, elle en est bien souvent aussi la conséquence (c'est une sorte de cercle vicieux) ; enfin, parce qu'aucun système d'encadrement ne peut s'opposer durablement à une société rurale confrontée presque partout en Afrique à des pénuries alimentaires, et qui cherche à augmenter sa production agricole sous la poussée démographique.

En outre, l'absence de référence aux pratiques rurales fait naître, non seulement un véritable conflit de droits, mais encore une opposition entre l'Etat représenté par les agents forestiers et les populations locales. Aussi, le paysan cherche-t-il à éviter l'Etat tout en continuant à mener les activités prohibées ; l'infraction est intégrée par la couvre, et devient alors un phénomène social ; les forestiers, qui de toute façon ne sont pas assez nombreux pour faire face à la situation, hésitent dès lors à verbaliser le délinquant qui se trouve du reste protégé par la société dont il est membre.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net