WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Implémentation d'un portail SMS à base du logiciel KANNEL


par Tchapo TANTE-GNANDI
Université des Sciences et Technologies du Bénin/ISMAD - DUT en télécommunications 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III.1.2.2- Installation

Après la compilation, il est nécessaire d`installer certains programmes complémentaires qui prennent en compte les différents blocs du serveur, juste en tapant : make install = [répertoire]

Dans cette commande, le répertoire dans lequel seront installés les fichiers objets est à préciser. Dans notre cas, c'est le répertoire /etc/Kannel qui a été choisi. A la fin de l`installation de la passerelle/serveur, la possibilité est offerte

26

d'en faire un portail SMS et/ou un portail WAP selon le besoin. La configuration des fichiers sera faite en fonction du choix retenu.

III.1.2.3- Configuration des fichiers relatifs au serveur SMS

En fonction de l`utilisation que l'on veut en faire, le libellé des fichiers de configuration, essentiellement organisés en groupes, varie. Cependant, les fichiers relatifs au «bearerbox» sont obligatoires. En effet, les groupes « core » et « smsc » administrent le bearerbox tandis que les groupes « smsbox », « smsservice » s'occupent du « SMS box ». Les différents groupes sont définis par une succession de variables. La syntaxe impose que ces groupes soient séparés les uns des autres par au moins une ligne vierge. D`une façon générale, il existe trois types de variables à savoir :

> les variables obligatoires : elles sont indispensables au bon fonctionnement du groupe,

> les variables optionnelles : elles ne sont mentionnées que lorsque besoin il y'a,

> les variables facultatives : leur absence, n`entame en rien le bon fonctionnement de l`application.

La syntaxe générale des lignes de variable se présente comme suit : Variable = valeur.

Toutefois, une variable peut être ajoutée et désactivée, juste en plaçant « # » au début de la ligne correspondante.

L`édition des fichiers de configurations est strictement personnalisée, puisque dépendant des besoins exprimés .Cette édition peut se faire à partir de l'éditeur de texte, « Emacs » dans notre cas. Le fichier final est enregistré dans un répertoire à rappeler chaque fois que l`on voudra démarrer l'application.

a- Configuration du groupe core

27

La configuration du groupe nommé « core » est indispensable au même titre que le « bearerbox » qu'il paramètre. Le fichier fonctionnel n'est réduit qu`aux lignes qui ne seront pas précédées du signe dièse « # ». Une configuration simple du groupe nommé « core » peut se présenter comme suit :

group = core

admin-port = 13000

admin-password = icom

status-password = icom

admin-allow-ip = ``*.*.*.*``

admin-deny-ip = ?127.0.0.1;*.*.*.*?

smsbox-port = 14000

#wapbox-port = 2000

box-deny-ip = ?*.*.*.*?

box-allow-ip = ?127.0.0.1;*.*.*.*?

log-file = ?tmp/kannel.log?

log-level = 1

access-log = ?tmp/smsinfo.access?

store-file = ?tmp/sms.store?

unified-prefix = ?+228, 00228,0 ; +,00?

white-list = ?http ://localhost/whitelist.txt?

b- Configuration du groupe « smsbox »

Ce groupe précise à Kannel de ne fonctionner seulement que comme un

serveur /passerelle SMS :

group = smsbox

bearerbox-host = 127.0.0.1; #sendsms-port = 1025

sendsms-chars = ?1234567890?

28

global-sender = 123456

log-file = ?/tmp/smsbox.log?

log-level = 0 a 4.

access-log = ?tmp/smsbox.access? white-list = URL

c- Configuration des services

Le groupe «sendsms-user» permet de définir les utilisateurs accrédités pour l'envoi de SMS, alors que le groupe « sms-service » permet de définir les services SMS à tester. Chaque service est identifié par un mot clé dont l'application se chargera de renvoyer de façon automatique la réponse lui correspondant. Bref, ce sont ces services qui confèrent à Kannel sa fonction de serveur SMS ; la configuration de ces services peut se présenter comme suit :

group = sendsms-user username = icom

password = icom

user-deny-ip = «*.*.*.*» user-allow-ip = «*.*.*.*» faked-sender = 1

omit-empty = 1

forced-smsc = smsc-id

group = sms-service keyword = heure

header = icom

footer = merci

text = date

accepted-smsc = smsc

29

faked-sender = 100 omit-empty = 1

d- configuration du « Fake SMSC » ou « SMSC logiciel »

L'étape suivante va consister à configurer le groupe « smsc ». En effet, c'est cette configuration qui précise le SMSC de l'opérateur avec lequel peut dialoguer l'application. Le plus important des paramètres est le protocole de communication avec le SMSC ; une fois le protocole défini, il ne restera qu`à effectuer une configuration adéquate des paramètres restants, pour relier le serveur à ce dernier. En pratique, il n'en est pas ainsi puisque les opérateurs préfèrent offrir très souvent des connexions relais (passerelle), utilisant plutôt le protocole HTTP (très répandu). Kannel en a aussi tenu compte et a proposé un type de groupe « smsc » spécial appelé « http ». En effet, Ce SMSC de type HTTP permet un accès à tout SMSC d'opérateur dont très souvent la passerelle offre une interface HTTP; nous n'en sommes pas encore là, puisque cette option fera l'objet d'un autre paragraphe. Pour l`instant, l'important est de s'assurer que l'installation s'est opérée parfaitement. Cette vérification passe par le test par le « Fake SMSC ». En effet, le « Fake SMSC » joue le rôle d'un SMSC distant et permet de tester la fonctionnalité de l'application ; ajoutons qu'il est purement logiciel et est implanté dans le serveur Kannel.

La configuration d'un « Fake SMSC » se présente comme suit :

group = smsc

smsc = fake

port = 10000

connect-allow-ip = 127.0.0.1

30

La figure III-1 matérialise la connexion entre le « Fake SMSC » et le serveur SMS :

Figure III-1 : Position logique du Fake SMSC

Bien qu'ayant été installé avec le serveur, l'appréhension de sa fonction nous conduit à le placer à l'extérieur de ce dernier. Le test du « fakesmsc » se fait selon la syntaxe : test/fakesmsc [option] «message à envoyer».

La figure III-2 regroupe les résultats du test que nous avons effectué :

31

Figure III-2 : Résultat du test de la connexion du serveur au Fake SMSC

L'analyse de la figure III-2 en sa seconde ligne révèle que nous avons envoyé cinq (5) fois le message « heure ». Il apparaît clairement qu'une réponse est envoyée à chaque requête, et vaut « mer+jui+30+2008 +16 :07 :03 » En effet, cette réponse est conforme à notre configuration, puisque cette dernière précise qu'à tout message correspondant à « heure », que la réponse renvoyée corresponde à la date et à l'heure du moment. Ces tests sont rassurants, mais pas absolument selon nous, pour baliser la voie à la mise en place d'une liaison spécialisée entre le SMSC et notre application. Comme alternative, nous avons proposé de passer par le test des services, à partir d'un modem GSM (SMSC virtuel) et pour cause, il arrive parfois que la pratique s'éloigne de la théorie.

32

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy