WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Microfinance et développement: une mise en évidence théorique et empirique de la relation

( Télécharger le fichier original )
par Hermann-Didier TEBILI
Université Paul Cézanne Aix en Provence Faculté d'économie Appliquée - Master Institutions et Développement 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.2. Enforcement ou mise en oeuvre des règles

L'enforcement n'est pas dû à l'asymétrie informationnelle. Mais il s'explique par l'incapacité du prêteur à appliquer les sanctions à l'encontre des emprunteurs «délinquants ». Même si le projet de l'emprunteur réussit et qu'il est en mesure de rembourser son prêt; il pourrait refuser de rembourser le prêt. Ceci peut s'expliquer par des faiblesses du système légal ou par l'extrême pauvreté de l'emprunteur qui n'a pas permis une sanction efficace [Ghatak 1999].

Besley et Coate [1995] soulèvent un problème: comment la responsabilité conjointe pousse les récalcitrants à honorer leurs engagements. Ils montrent que le prêt de groupe à deux effets opposés sur le taux de remboursement. L'avantage des groupes, c'est qu'ils permettent à un

membre dont le projet a eu un rendement élevé de s'acquitter de la dette d'un partenaire qui a fait défaut.

Mais le prêt de groupe à caution solidaire a des inconvénients. Prenons l'exemple, d'un emprunteur dont les rendements de son projet sont moyens. Si l'un des ses partenaires fait défaut, l'emprunteur doit faire face aux obligations de son partenaire. Le fardeau que représente le remboursement du prêt de son partenaire peut entraîner la faillite du premier emprunteur.

Cependant, si les liens sociaux sont assez forts, l'effet net est positif. Car n'honorant pas ses engagements, l'emprunteur encourt les sanctions de ses pairs et de l'institution de micro crédits. Ainsi, le système de prêt de groupe à caution solidaire permet des taux de remboursement supérieurs à ceux obtenus avec les prêts individuels.

3.3. Problème du lien social

L'obstacle majeur de la responsabilité conjointe comme mécanisme de prêt survient lorsque les liens sociaux entre les emprunteurs potentiels sont trop faibles pour assurer un sentiment de solidarité. C'est un problème important dans les prêts à responsabilité conjointe surtout dans les tentatives de réplication du modèle de la Grameen Bank dans les pays plus développés.

Mondal et Tune [1993] ont discuté du problème «replicabilité » du système de la caution solidaire du Bangladesh aux compagnes de l'Arkansas.

Les Good Faith Fund crée en 1988 dans l'Arkansas ont adopté le modèle de la Grameen Bank. La responsabilité conjointe si efficace au Bangladesh n'a pas l'air de fonctionner à l'Arkansas. Ceci s'explique par les différences sociales et culturelles qui existent entre les deux pays d'après Mondal et Tune. Les compagnes de l'Arkansas sont beaucoup moins peuplées que celles du Bangladesh. De plus, la population américaine est plus hétérogène du point de vue racial et religieux. Ce qui constitue un véritable frein pour l'esprit de solidarité et la formation de groupes caution solidaire. Mais la faiblesse des liens sociaux à l'Arkansas s'explique par un autre phénomène selon Wydick [1999]. En effet, l'identité des paysans du Bangladesh dérive de celle de la communauté. Alors que les Américains sont plus individualistes.

Pitt et khander [1995] décrivent dans le cas de la Grameen Bank la ferveur presque religieuse qui est manifestée par les membres du groupe lors de réunions. En effet, une pression sociale très forte est exercée sur les membres pour qu'ils assistent à réunion. Lors de ces réunions les emprunteurs prêtent des sermons solennels à l'égard des autres membres et jurent de respecter les principes de fonctionnement de la banque. En outre les emprunteurs sont amenés à éprouver des sentiments de remords, de culpabilité ou de honte à l'égard des actes qui pourraient nuire aux autres membres du groupe. Aussi ils doivent ressentir de la fierté concernant les actions d'entraide.

Par ailleurs, il ne faut pas sous estimer l'importance des prescriptions religieuses et morales. En Malaisie par exemple, l'institution AIM a ajouté à son programme les principes moraux de l'Islam. A savoir l'obligation spirituelle de rembourser les prêts contractés. Ainsi l'islam est un facteur supplémentaire qui augmente les taux de remboursement des institutions de microfinance. [Hulme, 1990 p294].

Toutefois, la responsabilité conjointe se relève inefficace si les individus concerné ne sont pas prêts à appliquer une pression et sanctionner les membres fautifs. Comme le prouve l'échec du système des caisses coopératives en Irlande durant le 1 9eme siècle.

Cependant, l'abondante littérature sur le prêt de groupe considère la pression des pairs et les autres aspects de la responsabilité conjointe comme bénéfiques et utiles. Ceci à l'exception de Montgomery et al [1996 pp. 154-155] qui ont noté que les membres des groupes pouvaient affliger des sanctions agressives et disproportionnées aux fautifs au bangladesh. Dans certain cas, ces sanctions peuvent prendre la forme de saisis des maigres actifs personnels tel que le bétails ou les biens de ménagers. Selon Ghatak et Guinnane [1999], les professionnels doivent garder à l'esprit le risque implicite de ces sanctions sur les liens sociaux. Compte tenu du fait que ces liens sociaux sont essentiels pour le bon fonctionnement des programmes de microcrédit.

Toutefois, il semble pertinent de ne pas considérer les garantie pour elle-même mais plutôt de les intégrer dans une réflexion plus large sur le crédit décentralisé. En effet, le point le plus important nous semble la relation de proximité qu'entretient l'institution de microfinance vis-à- vis de son client. Ce qui nous semble justifié par le fait que les transactions fondées sur les relations de proximités qui minimisent les risques d'aléa moral et d'anti-sélection. De plus, la proximité conditionne en fin de compte les résultats des institutions de microfinance. Cependant, le point le plus crucial est la minimisation du coût de transaction grâce à cette relation de proximité entre l'IMF et son client, élément clé de sa performance économique. En outre, nous

avons que le succès des IMF tient à leur minimisation des coûts de transaction et de fonctionnement. D'un point de vu théorique, on sait que l'effet des coûts de transactions est utilisé comme facteur explicatif des formes institutionnelles [Williamson, 1975,1985]. D'autre part, il ne faudra pas négliger l'importance de la gouvernance. En effet, la gouvernance est un facteur essentiel du succès ou de l'échec des IMF.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.