WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Microfinance et développement: une mise en évidence théorique et empirique de la relation

( Télécharger le fichier original )
par Hermann-Didier TEBILI
Université Paul Cézanne Aix en Provence Faculté d'économie Appliquée - Master Institutions et Développement 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Section 3: les relations à promouvoir entre l'Etat, les Banques et les institutions de microfinance

L'institutionnalisation est importante pour promouvoir les activités des SFD. Comme nous l'avons déjà souligné, cette nécessité découle du renforcement des relations de partenariat entre ces institutions dans leurs relations d'affaires avec tous les partenaires. En effet, les relations de partenariat à promouvoir vont du renforcement des liens entre ces institutions et les banques dans un but d'améliorer leur efficacité respective et de nécessité de mise en place de fonds de garantie aux microcrédits.

§1: Institutionnalisation des liens de Partenariat des SFD

Une modalité d'intervention de l'État peut consister à créer une institution qui servant d'interface entre les banques classiques et les SFD. Cette institution sera en charge de la vérification et du respect des règles prudentielles, ainsi que du respect des procédures. Elle sera aussi en charge de veiller à ce que les groupes de crédits ne soient pas fictifs pour favoriser leurs relations de partenariat avec les banques. Dans le cas de l'union, elle institution s'identifie à la commission de la réglementation sur les SFD. Cette institution aura aussi pour mission assurer la formation des animateurs des SFD, groupes de crédit et des cadres des banques classiques pour améliorer leur professionnalisme notamment dans le domaine de la prise de risque, la sélection des groupes de crédit et le montage de petits projets. Toutefois, les liens institutionnels peuvent se faire directement entre les banques et les institutions décentralisés de microcrédit ou même indirectement [cf. Prescott, 1997 ; Lapenu C, 1999].


· Les relations banques et micro emprunteurs

L'état peut contribuer au lien direct entre les banques et les micro-emprunteurs individuels ou à des groupes types tontiniers. Le rôle de l'État pour amener les banques à aller dans ce sens, pourra par exemple, être l'octroi de subvention aux banques pour la formation et le conseil des micro-entrepreneurs ou encore conditionner les subventions à la détention d'un certain pourcentage de microcrédits dans le portefeuille des institutions bancaires classiques.


· Les liaisons indirectes entre les banques et les SFD

Les SFD peuvent servir de relais entre les banques et les emprunteurs pour faciliter l'accès au plus grand nombre de personnes au crédit. En effet, les institutions de microfinance peuvent pleinement jouer le rôle de détaillant du crédit bancaire ceci dans une répartition des rôles entre les deux institutions. Dans cette configuration, la banque commerciale assure la fonction de grossiste et le système financier décentralisé celui de détaillant aux emprunteurs ultimes. Ce mécanisme à pour avantage accroître la part de marché des banques mais surtout d'augmenter l'offre de fonds prêtables. Cette articulation entre les banques et les systèmes financiers décentralisés ou groupes d'entraide devient ainsi avantageuse pour les deux institutions en partenariat. En effet, en assurant le financement ou le refinancement des SFD, les banques accèdent indirectement à une nouvelle clientèle, mais aussi pour les SFD d'assurer leurs viabilités et pérennités grâce à cette articulation. (Voir le chapitre 2)

Ce type de relation à pour avantage pour les banques de réduire leurs coûts de transactions, ainsi que les risquent de crédit improductif et surtout d'améliorer leur profitabilité. Les études montre que lorsque les banques recourent au partenariat avec les organismes de proximité type ONG ou groupe d'auto assistance, que les coûts de transactions ont été moins élevés par rapport à la situation où elles ont prêté directement aux populations pauvres notamment en milieu rural [cf. Puhazhendhi, citée par Mc Guire B et Conroy J.D., 1997]. De plus, cette étude montre l'efficacité des banques en matière de recouvrement lorsqu'elles font intervenir les organismes de proximité dans leur liaison avec le monde rural.

Dans le cas de l'UEMOA, comme nous l'avons précédemment rappelé, le portefeuille de prêt des SFD fait ressortir une part importante de prêt à court terme (inférieur ou égal à un an) estimé à 75% contre 25% de prêt à moyen terme (supérieur à un an et inférieur ou égal à trois ans) qui peut être corrigé par des ressources longues en provenance des banques commerciales. Donc il nous semble nécessaire de créer un cadre de concertation entre ces deux institutions afin qu'elles apprennent à mieux se connaître et à agir de manière complémentaire.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.