WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La créativité en musicothérapie auprès de personnes schizophrènes comme re-création de soi d'un point de vue phénoménologique


par Aude Cassina
Université des Arts de Zurich (Suisse) - Master of Advanced Studies en musicothérapie clinique 2010
  

précédent sommaire suivant

3.2. Monsieur F.

Monsieur F. est né en 1964. Il est l'aîné d'une fratrie de trois enfants tyrannisée par un père alcoolique. A cinq ans, il est vu par un service médical psychiatrique qui note des difficultés scolaires chez un enfant timide et sensible qui a du mal à supporter l'échec. A l'adolescence, il abandonne ses études et le bradypsychisme remarqué à l'époque lui vaut des examens chez un neurologue qui ne relève rien de probant. Il entreprend ensuite un apprentissage d'électricien qui s'avère être un échec et devient aide-maçon durant six mois, avant que le bradypsychisme ne réapparaisse et ne l'oblige à cesser toutes activités. Les échecs à répétition essuyés par monsieur F. font l'objet de la colère de son père, la mère ayant le rôle de tampon.

En 1982, il devient de plus en plus mutique, figé et souffre d'anorexie. Le médecin soupçonne une hébéphrénie et le fait hospitaliser en septembre alors que son état péjore. Il fait une tentative de défenestration, évitée de justesse, et part en centre de jour où il effectue une formation de menuisier.

En 1985, il est à nouveau admis à l'hôpital psychiatrique pour un état dépressif et une décompensation psychotique qui l'obligent à suspendre sa formation pendant trois mois. Il reprend ensuite son apprentissage, présentant néanmoins des troubles du comportement et de la conduite, avec une tendance à se refermer sur lui et à se saboter. Par périodes, il se sent persécuté, dispersé et déprimé. Cependant, il suit de façon correcte ses cours et après un stage pratique pendant lequel on constate un manque d'initiative et d'adaptation ainsi que des blocages, il reçoit son diplôme de menuisier. On lui trouve un poste qu'il doit quitter en raison de ses nombreuses difficultés. Il doit alors réintégrer sa famille, situation qui le déstabilise psychiquement.

En 1987, nouvelle hospitalisation pour décompensation, à la suite de laquelle il est réorienté vers un centre de jour où il suit un programme de réadaptation. Le diagnostic posé à cette période est celui de troubles schizophréniques chroniques de type désorganisé, avec exacerbation aiguë qui deviendra, au fil du temps, une schizophrénie avec séquelles. Actuellement, monsieur F. est en phase résiduelle (F20.5).

Traitement

Son traitement comprend les médicaments suivants : 1. Un neuroleptique atypique de type dibenzodiazépine. 2. Un anxiolytique de type benzodiazépine anxiolytique. 3. Un stabilisateur de l'humeur de type anticonvulsivant. 4. Un anti-acidité, inhibiteur de la pompe à protons. 5. Un traitement anti-cholinergique pour traiter une hyper salivation.

précédent sommaire suivant