WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Production de saccharum officinarum (canne à  sucre) dans la commune de Sèmè-Podji: impacts socio-économique et environnemental

( Télécharger le fichier original )
par Parfait C. Alexis AHOHOUNDO
Université d'Abomey-Calavi - Maitrise 2009
  

précédent sommaire suivant

4.3- Avantages environnementaux de la canne a sucre

La canne a sucre est une graminée dont le système racinaire vigoureux contribue a la lutte anti-erosive en retenant les particules terreuses (Courteau, 2005). La canne a sucre joue un role important dan s la lutte contre l'érosion. En effet, ses caractéristiques morphologiques lui permettent de participer a la conservation mais aussi a l'amélioration des sols. Des etudes ont montré que les racines de canne a sucre atteignent des profondeurs respectivement 3.5 et 1.4

fois plus importantes que celles du maIs ou du sorgho, ceci pour les mêmes conditions de culture. En effet, les racines sont extrêmement développées et explorent le sol de manière très efficace. Le système racinaire améliore la structure du sol. La decomposition des racines présente dans les moindres interstices du sol, active le développement de la microfaune. La canne a sucre favorise l'enrichissement du sol en éléments minéraux grace aux exsudats des ses racines. La decomposition de l'ancien système racinaire participe a ce phénomène et contribue de plus a l'amendement humique du sol. Ces caractéristiques racinaires font de la canne, une plante fixatrice du sol.

La couverture quasiment permanente qu'offre la plante, permet elle aussi de limiter les phénomènes d`érosion (Van Dillewijn, 1960). Des le quatrième mois de croissance, grace a un taux de couverture élevé, la canne a sucre assure une bonne protection du sol contre les impacts de la pluie. Elle est ensuite relayée lors de la coupe par le paillis constitué par les résidus de récolte laissés sur le champ. Ainsi, la couverture végétale réduit l'érosion potentielle en :

· protégeant la surface du sol des impacts de la pluie,

· ralentissant la vitesse des écoulements et en permettant le dépôt des sediments,

· retenant physiquement les sols en place grace aux racines,

· augmentant les taux d'infiltration par l'amélioration de la structure et de la porosité des sols grace aux résidus des racines (USVICD, 1995).

Selon Paillat et al (1998), la decomposition des pailles de canne a sucre améliore la fourniture d'éléments au sol et a la canne. Cette degradation permet une augmentation de l'ordre de 0,2 % du taux de carbone organique dans les dix premiers centimetres du sol après 5 ans. Le paillis réduit l'impact direct des gouttes de pluie sur le sol, ralentit l'eau de ruissellement, agit comme un filtre qui retient les particules de sol en suspension dans l'eau, améliore l'infiltration et de ce fait, diminue l'érosion. Outre l'apport d'éléments au sol et a la plante, le paillage a une forte influence sur les équilibres biologiques : modification de la flore adventice, evolution de la biologie des sols, de la faune souterraine et aérienne. Tout comme son role dans la lutte contre l'érosion, le maintien des résidus de récolte permet de réduire la degradation des sols, voire d'améliorer leurs qualités a long terme. De même, il permet une meilleure conservation de la structure des sols grace a une stabilité accrue des agrégats et une diminution des phénomènes de croüte de battance après de fortes pluies. C'est une méthode efficace pour améliorer les qualités des sols tout en maintenant un bon rendement.

La canne a sucre présente a part le jus , une phase solide , insoluble : la fibre, essentiellement composée de cellulose, nommée <<bagasse >>, obtenue après extraction du jus par pressage des tiges. Rondeau (2002), estime qu'une tonne de canne a sucre produit 310 kg de bagasse qui fournissent 130 kWh. Selon le même auteur, le pouvoir calorifique d'une tonne de bagasse, équivaut a celui de 260 kg de charbon ou de 180 kg de fioul ou de 210m3 de gaz naturel ou

encore de 550 kg de bois. Ces épluchures de canne a sucre comme sources d'énergie naturelle et renouvelable, présentent un bon potentiel combustible (photo 8).

Comme les autres plantes, lors de la photosynthèse, la canne a sucre capte du gaz carbonique (CO2) et produit de l'oxygène (O2). Elle fait partie des plantes << de type C4 >>. Ces plantes montrent une meilleure capacité a absorber le CO2. En un an, un demi-hectare de canne peut absorber plus de 30 tonnes de Co2 et produire 21 tonnes d'O2 (Memento de l'agronome, 1984).

Photo 8 : la bagasse est utilisée comme combustible par la Sajutro

Ces résidus agricoles peuvent être recyclés séchés et utilisés comme

combustibles en complément du bois énergie.

CLICHE : AHOHOUNDO, Juillet 2007, Sajutro (Village de Podji)

précédent sommaire suivant