WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Facteurs déterminants la faible utilisation des services des soins curatifs dans la zone de santé de Karisimbi

( Télécharger le fichier original )
par Affable IZANDENGERA ABINTEGENKE
Institut Supérieur des Techniques Médicales de Goma - Licence en santé publique 2011
  

précédent sommaire suivant

I.1.2. Coût des soins

Le coût des soins intervient dans l'utilisation des structures des soins de santé.

Une étude sur les priorités de l'économie de la santé en Afrique vient confirmer cette relation en stipulant ce qui suit. « De nos jours, il n'est pas étonnant de s'entendre dire Ici les gens n'ont pas de sous, ils préfèrent mourir avec leurs maladies' ». La généralisation du recouvrement du coût imposé par les bailleurs des fonds dans les formations sanitaires n'a-t-elle pas transformé celles-ci en centres des soins payant «pas d'argent, pas de soins» au point d'en vider les structures, les tarifs de consultation très élevés pour 59% des populations pauvres constitue la première cause de non consultation »40(*)

Comme nous l'avons dit précédemment, Les togolais ne consultent pas le médecin immédiatement car ils savent que le prix de la consultation pourra engloutir le budget mensuel de la famille.

Voila comment bon nombre de personnes n'utilisent pas les services de soins de santé car le prix des soins est supérieur à leurs revenus mensuels

I.2.3. Le chômage

Le chômage comme état de ne rien faire, la période d'inaction, constitue aussi en grande partie une des causes de la sous utilisation des services de soins de santé et accompagnent les variables comme revenu et coût des soins.

Au Togo, une étude sur l'utilisation illustre l'impact du chômage sur cette dernière «l'appartenance de la personne malade a`un ménage dont le chef est issu d'un groupe socioéconomique donné a une influence sur l'utilisation des soins médicaux. L'utilisation des structures sanitaires par les malades appartenant aux ménages dont le chef est salarié du secteur de l'Etat ou privé est plus forte avec des proportions respectives de 88 et 72%, que ceux dont le chef est inactif ou chômeur, 61% suivis des agriculteurs avec 58%41(*)

* 40 http://www.afhea-org/conference/files,les priorités de l'économie de la santé en Afrique, consulté le 16/01/2011

* 41 http://www.tg.undp.org,Utilisatuion des services des oins de santé au Togo, consulté le 20/02/2011

précédent sommaire suivant