WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Facteurs déterminants la faible utilisation des services des soins curatifs dans la zone de santé de Karisimbi

( Télécharger le fichier original )
par Affable IZANDENGERA ABINTEGENKE
Institut Supérieur des Techniques Médicales de Goma - Licence en santé publique 2011
  

précédent sommaire suivant

I.4.2. Visites à domicile

Fabien NKINAMUBANZI, Pour toutes les informations disponibles a été le seul à penser que les visites a`domicile influenceraient l'utilisation des structures de santé.

Après ses recherches dans la ZS de santé de Rubavu, il aboutit aux résultats selon lesquels les visites a`domicile ne montrent statistiquement une association significative entre les deux variables46(*)

D. Fou tain et J.Courtejoie, en parlant du rôle du centre de santé ou des activités du centre de santé disent que pour compléter et renforcer les activités de tous les domaines (promotionnel, préventif et curatif), un chose reste a`faire :les visites a`domicile.

I.4.3 .Relais communautaires

Les relais communautaires étant le point d'intersection entre la communauté (là où les maladies surviennent et observées) et les prestataires des soins (là où les maladies sont identifiées avec précision)47(*)

Par cet aspect, nous pourrions dire que non seulement les RECO jouent le rôle de surveillance avec le personnel médical mais aussi peuvent amener la population a`utiliser les structures des soins de santé.

Bauma TULINABO, dans la ZS de Karisimbi en 2006, dans ses résultats sur les déterminants de la sous utilisation des activités curatives, a mis en évidence plusieurs facteurs notamment coût de soins, revenu, distance géographique,...Il est a`signaler que 50% des ménages enquêtés ont confirmé ne pas participer au fonctionnement ou a`la construction du centre de santé, c'est a`la fin des travaux de construction qu'il ya eu intégration du comite de santé dans les structures.48(*)

C'est ainsi par cette étude, il est question de savoir si les relais communautaires de la ZS de Karisimbi sont vraiment dynamiques actuellement et participent pleinement aux activités sanitaires de façon a`améliorer l'utilisation des services de santé

En résumant cette revue de littérature nous pouvons dire que en général plusieurs auteurs ont parlé des facteurs socioéconomiques que les autres, et particulièrement dans notre milieu d'étude les facteurs comme le revenu du ménage, coût des soins avaient été considérés comme variables par nos prédécesseurs tandis que les autres facteurs comme l'appartenance a`la mutuelle de santé la confiance envers le personnel soignant, l'abus de la médecine naturelle ainsi que les facteurs démographiques et organisationnels ne sont pas encore étudiés.

Il convient a`dire que après 4ans, les facteurs qui ont été significatifs a`l'utilisation des services peuvent changer car la population n'est pas la même tous les jours et que d'autres facteurs aient été développés suite a`l'évolution de la population, voilà pourquoi il reste toujours important de mener une étude sur ce sujet dans ce milieu.

* 46 Fabien NKINAMUBANZI, Etude des déterminants de l'accès tardif aux soins intégrés dans les structures sanitaires de Rubavu, cas de l'aire de santé de nyundo, ULPGL, inedit2008 p91

* 47 F. MUTABUNGA, Eléments d'Epidémiologie Clinique et approfondie, ISTM-G, inédit 2010, p112

* 48 Bauma TULINABO, Déterminants de la sous utilisation des activités curatives dans les structures intégrées en soins de santé primaires de la ZS de Karisimbi, ULPGL, inédit2006p52

précédent sommaire suivant