WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Facteurs déterminants la faible utilisation des services des soins curatifs dans la zone de santé de Karisimbi

( Télécharger le fichier original )
par Affable IZANDENGERA ABINTEGENKE
Institut Supérieur des Techniques Médicales de Goma - Licence en santé publique 2011
  

précédent sommaire suivant

IV.2. Résultats relatifs aux facteurs socioéconomiques

1. Le revenu du ménage

Nous constatons dans le tableau n° 12 que sur un total de 372 enquêtés, 175 soit 45% disposaient d'un revenu inferieur au coût de soins de façon que pour couvrir les dépenses de soins, tout le revenu devait être consommé.

Parmi ces 175 individus, 77 soit 44% ont consulté les structures de soins lors de la maladie tandis que 108 sur 197dont le revenu est supérieur au coût de soins ont utilisé le service soit 54%.

Une fois encore le test de khi carré a confirmé la dépendance entre les deux variables.( Figure n°VIII)

Les résultats trouvés sont proches de ceux de M Hounkpati dans sa thèse de doctorat intitulé «  santé au Togo, Financement, Statistique » où est signalé que les togolais ne consultent pas directement le médecin car ils savent que le prix de la consultation engloutira le budget familial (35)

Le professeur K. KARAFULI ajoute que la demande des soins diminue avec le niveau bas de revenu(39).

2. Coût des soins

Le tableau 13 montre que 175 sur 372 enquêtés disposent d'un revenu inférieur au coût soit 47% et ceux dont le coût est inférieur au revenu sont au nombre de 197 soit 53%.

Parmi ces 175 individus, 77 soit 44% ont consulté la structure des soins lors de la maladie tandis que 108 sur 197dont le coût est inférieur au revenu ont utilisé le service soit 55%.

Egalement le test a permis de confirmé cette dépendance. (Figure n°IX)

Une étude sur les priorités de l'économie de la santé en Afrique vient appuiller cette dépendance sous ces termes «  Des nos jours, il n'est pas étonnant de s'entendre dire que ici les gens n'ont pas de sous, ils préfèrent mourir avec leurs maladies(40).

3. Le chômage

Dans le tableau n° 14 De ce tableau, nous remarquons que 92 enquêtés sur 372 n'ont pas d'emploi et parmi eux, 21 seulement ont utilisé le service des soins soit 22.82%.Tandis que les travailleurs sont au nombre de 280 sur 372 et parmi eux 164 ont consulté les structures des soins soit 58.57%.,. (Figure n°X)

De ceci, nous pouvons dire qu'on consulte plus quand on est travailleur et que le manque d'emploi entrainerait la faible utilisation des services des soins comme a montré le test.

IV.3. Résultats relatifs aux facteurs démographiques

La taille du ménage

Dans le tableau n° 15, nous constatons que chez les enquêtés dont la taille du ménage est supérieure à 6 sur un total de 153 enquêtés, 49 soit 32.02% avaient utilisé les services des soins tandis que sur 219 enquêtés dont la taille est inférieure ou égale à 6 136 soit 62.10% avaient consulté les services des soins lors de l'épisode maladie.

Il semble que les besoins familiaux y compris les soins augmentent avec la taille du ménage élevée, d'où élasticité de la demande des soins.(Figure n°XI)

Vicky Ilunga dans son étude des facteurs explicatifs de la faible utilisation des services des soins dans la zone de santé de Lemba a trouvé aussi qu'il ya relation entre la taille du ménage et la faible utilisation des services. (42).

précédent sommaire suivant