WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'Opus Déi et l'éducation au Chili

( Télécharger le fichier original )
par Mathilde Nicolai
Institut d'études politiques Aix en Provence - Diplôme de sciences politiques 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Section II - Recruter les numéraires auxiliaires

Fontanar, l'école technique d'hôtellerie et restauration, oeuvre corporative de l'organisation, est l'un des plus anciens établissements éducatifs de l'Opus Dei au Chili. Il répond principalement au besoin de recruter des numéraires auxiliaires pour s'occuper des centres de l'organisation, mais aussi à la nécessité de répandre ses valeurs centrales chez les employées de maison.

§ I - Fontanar: former les numéraires auxiliaires de l'Opus Dei

A Fontanar, les sols brillent, les toilettes sont impeccables, l'air sent le propre. Il n'y a pas un seul papier par terre, ni une voix plus haute que l'autre dans les couloirs. Comme tous les établissements de l'Opus Dei, l'endroit est immaculé et calme.

Fontanar na»t en 1965, pour améliorer les qualifications des employées de maison et revaloriser le travail domestique. C'est un b%otiment discret fait de briques rouges, avec une minuscule entrée donnant sur la rue Vicku-a Mackenna, dont la création correspond à une ligne d'action mondiale de l'Opus Dei, qui met l'accent sur la nécessité de former des employées domestiques pour les maisons de l'institution. Les numéraires Otilia Trenova Balharry, professeur, et Sandra del Campo Mullins, assistante sociale, en sont les fondatrices. La fondation dans son statut proclame son influence dans « l'éducation et la formation professionnelle, scientifique, culturelle et morale de tout type de personne50 ». Le conseil de direction est aujourd'hui fondé exclusivement de femmes piliers de l'OEuvre au Chili, avec à leur tete Rosita Err‡zuriz, directrice depuis 1999, surnuméraire. Les débuts furent difficiles, raconte Rosita

50 www.fontanar.cl

Errázuriz51 : Ç On a l'impression que l'Opus Dei a beaucoup d'argent. C'est vrai qu'il y a des gens dans l'Îuvre qui ont de l'argent, mais ce n'est pas pour ca que nous, nous pouvons utiliser cet argent. Et quand je voyais que tous les mois il me manquait de l'argent pour régler les factures, et je me mettais à prier et prier, essayant de l'obtenir. È

Fontanar a commencé comme un cours de formation pour femmes au foyer, puis en 1978, l'Îuvre créa le Collège, un établissement technique qui donne un diplôme d'hôtellerie. Il fonctionne toujours aujourd'hui mais de moins en moins d'éleves le fréquentent, et il est question de le fermer, car beaucoup d'équivalents existent aujourd'hui dans différents établissements. Par contre, en 1998, Fontanar ouvre le centre de formation technique, qui avait déjà des racines dans les ateliers de coiffure, de couture ou encore de peinture que fréquentaient les employées de maison, et les femmes au foyer de Santiago. Cependant avec les années, beaucoup de municipalités avaient imité cette idée, et Fontanar a préféré par la suite se concentrer exclusivement sur la formation technique. Le centre commence avec trente éleves, qui suivent des cours du soir. Les cours du jour naissent seulement en 1999, quand Rosita Errázuriz est nommée au poste de directrice. Deux carrieres, qui donnent un titre de Ç technicien de niveau supérieur È, sont alors ouvertes : gastronomie, et hôtellerie, deux champs dans lesquels les femmes de l'Opus Dei sont spécialisées. Les deux carrieres durent quatre semestres en cours diurnes, et six semestres en cours du soir, car les éleves n'ont cours que trois soirs par semaine. Pour pouvoir préparer ces diplômes, il faut avoir l'équivalent du baccalauréat, et passer un examen d'admission, et une entrevue personnelle52.

Fontanar est une autre des grandes idées de l'Opus Dei. A partir de 1999, l'école devient un lieu de formation de techniciennes en services gastronomiques, hôteliers et de restaurants, techniciennes en infirmerie, et techniciennes en assistance de direction. Mais la préparation est aussi humaine, éthique, et culturelle, comme dans toutes les institutions éducatives de l'Opus

Dei. Les éleves ont des cours d'anthropologie, de relations humaines, de théologie et d'éthique. De plus, elles ont chacune une tutrice personnelle et recoivent une formation spirituelle et les sacrements qu'elles n'ont pas, explique la directrice. Elle ajoute Ç Monseigneur Escriva désirait qu'il y ait des Ïuvres corporatives de service. Ici on enseigne aux jeunes filles que servir l'autre n'est pas avilissant, cela sert à démontrer son amour au prochain. »53

51 MONCKEBERG, Maria Olivia, ouvrage précité, p398

52 MONCKEBERG, Maria Olivia, ouvrage précité, p412

53 MONCKEBERG, Maria Olivia, ouvrage précité, p414

Fontanar se targue de former des techniciens d'excellence dans le secteur tertiaire, en adéquation avec les besoins du pays, puisque l'école s'adapte aux demandes des entreprises pour former des spécialistes selon leurs attentes. Dedans, tout fonctionne comme une véritable entreprise. Le bâtiment de plus de 2000m2 possède, en plus de la chapelle et de la bibliothèque, obligatoires dans toute institution éducative de l'Îuvre, de gigantesques chambres froides, des cuisines aux meubles en acier inoxydable, équipées avec toute la technologie moderne, un four de dernière génération et tous types d'ustensiles, et un dortoir aménagé comme un hTMtel, oü les élèves apprennent à faire le ménage et à faire les lits.

Les diplTMmées de cette école travaillent maintenant dans des hTMtels ou des restaurants, mais beaucoup d'entre elles demandent aussi leur admission comme numéraires auxiliaires, ces femmes qui dévouent leur vie à servir dans les maisons de l'Opus Dei.

Le parcours vers la vie et la vocation de numéraire auxiliaire commence d'ailleurs souvent encore plus tTMt. Si on examine la promotion diplTMmée de l'équivalent du baccalauréat en 2009 à l'Almendral, on voit que sur 80 fillettes, 12 sont en 2010 à l'université, une travaille à l'école comme assistante, plus de 15 ont trouvé un travail directement, et 12 ont continué leurs études à Fontanar. De celles-ci, trois ont déjà demandé leur intégration comme numéraires, tandis que celles qui ont choisi d'aller à l'université sont toutes à l'Université Los Andes, dans la carrière d'infirmière, grâce à un accord spécial avec l'université. Les stratégies d'apostolat fonctionnent parfaitement dans ces quartiers.

Le fonctionnement de Fontanar est une routine bien installée, et inamovible, comme aime à le répéter la directrice. En gastronomie, chaque élève travaille à un poste et après usage, doit le laisser absolument impeccable. Les moules d'aluminium ont quelques années, mais ils brillent comme s'ils sortaient de l'usine. Une liste identifie tout ce qu'il y a à disposition, et une élève est responsable de tout ce qui entre et sort de la pièce de rangement, chaque jour. Toutes les courses et tout ce qui s'utilise dans les ateliers est suivi par ordinateur et le coüt de fabrication est calculé automatiquement à la minute près, durant les cours. Ce qui n'a pas été utilisé est étiqueté, pesé, et rangé. Rien ne se perd et rien ne se jette.

Toutes ces activités ont évidemment un coüt, important pour le niveau de vie chilien. Le cursus normal coüte 77 000 pesos par mois (environ 100 euros), et celui en cours du soir coüte 58 000 pesos. Il existe un centre de bourse, et beaucoup d'entreprises se sont engagées à aider les élèves les plus pauvres. Elles font des

remises de 5 à 20% sur le coüt complet de la formation, mais seule la bourse que donne l'entreprise de poulets Ariztia à la meilleure éléve couvre 100% du coüt. Chaque éléve en gastronomie représente une somme de 170 000 pesos par mois (250 euros environ), on fournit tout le matériel, les aliments, et même l'uniforme. 54

car

leur

C'est pourquoi des le début de leur cursus, les éléves travaillent beaucoup en stage, pour se préparer le plus rapidement possible à la vie active. Elles doivent effectuer trois stages internes et deux stages externes. La cafeteria du centre a été créée spécialement en forme de restaurant pour que les éléves puissent mettre en Ïuvre la pratique enseignée. Tous les jours à 12h15, huit éléves de classes différentes doivent préparer à grande vitesse un repas du midi qui doit être prêt à 13h30, pour tout le centre. On profite de ce qui n'a pas été utilisé dans les ateliers pendant la matinée, et on se sert d'aliments pré élaborés. De plus, les lundis et vendredis, c'est un repas avec invités qui est élaboré. Au cours de notre journée à Fontanar, nous avons participé à un de ces repas, et avons été extrêmement surpris de la rapidité d'exécution, et du résultat, étonnant, qu'avaient pu obtenir les éléves en si peu de temps. Toutes les semaines, des hommes d'affaire et des hôteliers sont invités, pour pouvoir admirer le travail des éléves de gastronomie, qui font la cuisine, et des éléves d'hôtellerie, qui font le service.

Les étudiantes en hôtellerie ont par ailleurs une laverie, oü elles apprennent à laver et repasser de la meilleure

maniére, et pratiquent aussi dans l'édifice d'à côté, qui est un centre de retraite spirituelle et de week-ends de réflexion organisés par l'Opus Dei, durant lesquels elles travaillent comme dans un hôtel, organisant le service des chambres et de la restauration, pendant que des étudiantes en gastronomie préparent le petit déjeuner, le repas du midi, le thé et le repas du soir. Chacune des étudiantes doit donc travailler dans ce centre un weekend end par semestre, à tour de rôle.

De plus, au milieu de leur cursus, elles font un stage d'un mois, trouvé par Fontanar, dans des hôtels ou restaurants avec qui l'organisation a des accords, et à la fin de leurs études, le stage dure trois mois, en général dans la même structure. Les stages proposés montrent que l'école est déjà trés reconnue dans le milieu éducatif chilien, pour pouvoir proposer à ses éléves des stages dans des hôtels comme le Hyatt Regency, le Holiday Inn, le Kennedy, ou le Radisson, parmi les hôtels les plus

54 MONCKEBERG, Maria Olivia, ouvrage précité, p418

prestigieux de la ville, ou encore dans des restaurants comme l'Opera y Catedral, ou l'Union el Golf, tous les deux trés luxueux55.

Les résultats de tous ces efforts, indubitablement, sont là. Le cursus de gastronomie est un succés incroyable au Chili, et provoque beaucoup d'intérêt. L'hôtellerie a un succés plus relatif car, avec ce diplôme, les étudiantes accédent à des postes seulement techniques, car, ne suivant aucun cours d'anglais, elles ne peuvent être en charge de postes plus importants dans l'administration. Elles ont, selon le personnel enseignant, un tel déficit en anglais en arrivant à Fontanar qu'il serait illusoire de leur faire rattraper le retard en deux ans. Elles peuvent donc être femmes de ménage, serveuses, voire chef d'étage ou de salle, mais pas réceptionniste par exemple.

Les promotions qui sont déjà sorties de Fontanar, depuis 2003, ont toutefois recu un trés bon accueil dans des entreprises aussi prestigieuses que l'hôtel Radisson, ou la cha»ne de restaurants Mariott, et la grande majorité a aujourd'hui un emploi stable, bien que peu qualifié.

Cet accueil trés favorable est en partie dü aux valeurs transmises par l'Opus Dei au travers de Fontanar, puisque l'organisation a établi une véritable anthropologie du service : en effet, avec l'éducation technique, elle donne aux éléves une formation morale qui les rend différentes, selon elle. Les étudiantes sont amenées à se demander pourquoi elles doivent servir, et pourquoi c'est digne de le faire. Elles suivent également un cours de théologie, obligatoire, malgré la diversité de religion des éléves, dont beaucoup de témoins de Jehova et d'évangéliques. Par ailleurs, comme à l'université de Los Andes, chaque éléve à une conseillére académique, qui est un guide durant toutes ses études, et peut aussi la conseiller dans sa vie privée. En effet, certaines d'entre elles ont de gros problémes personnels, alcoolisme, drogues, grossesse, et ne peuvent se consacrer pleinement à leurs études.

Bien sür, le but est que le plus grand nombre possible de numéraires auxiliaire suivent un cursus à Fontanar, et celles qui le font accédent ensuite à des postes de plus haute responsabilité dans les maisons de l'Opus Dei. Dans l'autre sens, beaucoup des éléves qui suivent ces cours demandent ensuite leur admission comme numéraires auxiliaires. D'ailleurs, les familles surnuméraires recoivent avec plaisir des diplômées de Fontanar comme personnel domestique à domicile, ce qui se fait trés fréquemment au Chili. Historiquement, il y a encore une trentaine d'années, l'énorme majorité des

55 www.fontanar.cl

familles chiliennes possédait encore une Ç nana È, cÕest à dire une femme de ménage, cuisinière, nounou des enfants, qui vivait très souvent Ç puertas adentro È, dans la maison, dans une petite piece qui lui était réservée, souvent bien séparde du reste de la maisonnée. AujourdÕhui, même si leur nombre diminue, un très grand nombre de familles assez favorisées possède encore sa « nana », qui est un membre de la famille à part entière, et les familles surnuméraires préfèrent de loin avoir affaire à une personne éduquée selon les valeurs de lÕOpus Dei, sachant que la Ç nana È va etre amenée à passer beaucoup de temps en compagnie des enfants.

La section dÕinfirmerie, qui commence juste à prendre son envol, sert également à lÕÎuvre, bien que lÕavantage quÕelle retire dÕavoir des infirmières formées à son idéologie para»t moins evident. Effectivement, lÕOpus Dei possède déjà une clinique dans la commune défavorisée de San Bernardo, au Sud Est de Santiago, et est en train de développer un projet de construction dÕune autre clinique à San Carlos de Apoquindo, à cTMté de lÕuniversité Los Andes. Pour les deux, il est nécessaire dÕavoir à disposition des infirmières formées selon les valeurs chrétiennes, qui jamais ne seraient en faveur de lÕavortement, même thérapeutique, ni de quelconque moyen de contraception, par exemple.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net