WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement financier et causalité entre épargne et investissement en zone UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine )

( Télécharger le fichier original )
par Relwendé SAWADOGO
Université Ouaga II Burkina Faso - DEA/ Master macro économie appliquée 2009
  

précédent sommaire suivant

II-Les niveaux de développement financier des pays de l'UEMOA : le résultat de l'indice financier

Il s'agit ici de présenter d'abord la méthode d'analyse en composantes principales qui a permet de générer les indices financier et de catégoriser les pays de l'UEMOA en termes de développement financier.

II-1-Mesure de développement financier : l'analyse en composantes principales (ACP)

Le tableau d'analyse des corrélations (voire annexe A-1) montre que les trois indicateurs de développement financier sont fortement corrélés dans la plupart des pays. Ainsi, on peut donc utiliser l'analyse en composantes principales pour les réduire en un seul indice qui permet de capturer la plupart des informations initiales.

L'ACP est une méthode de représentation géométrique des individus et des caractères. Les caractères principaux doivent être complémentaires et indépendants au sens de l'information. Elle permet donc de quantifier l'importance relative de leurs différents déterminants. Son but est d'obtenir une représentation des individus dans un espace de dimension réduite. Il faut donc déterminer les axes qui prennent mieux en compte la dispersion du nuage. Ce sont les axes factoriels qui permettent au mieux de représenter les points du nuage. L'ACP remplace les caractères initiaux par des caractères non corrélés de variance maximale et d'importance décroissante. Les axes factoriels sont les vecteurs propres de la matrice associée aux valeurs propres. Les variances d'une composante principale sont les valeurs propres. Ici, ce qui nous intéresse est de savoir de combien la variance totale est expliquée par la première composante principale. Plus elle l'expliquera, plus la confiance en notre indicateur composite sera grande.

Le tableau 4 résume les résultats de l'ACP effectués pour chacun des pays de l'UEMOA. La colonne valeur propre indique les valeurs calculées. La troisième colonne donne la proportion de la variance expliquée par la première, la deuxième et la troisième composante principale. Enfin, la colonne de vecteur propre1 étale le vecteur propre correspondant à la première valeur propre. L'indice de développement financier sera obtenu par la pondération de ces vecteurs propres.

Tableau 4 : Résultats d'analyse en composantes principales

Pays

Valeurs propres

Proportion de la
variance

Vecteur propre1

1ere

2e

3e

1ere

2e

3e

LDCBS

LDCPS

LLPIB

Bénin

2,135

0,709

0,154

0,711

0,236

0,051

-0,640

-0,617

0,456

Burkina Faso

2,145

0,825

0,029

0,715

0,275

0,009

-0,363

0,659

0,658

Côte d'Ivoire

2,629

0,315

0,055

0,876

0,105

0,018

-0,581

-0,601

-0,547

Mali

2,098

0,814

0,0873

0,704

0,271

0,029

-0,673

-0,537

0,506

Niger

2,392

0,379

0,228

0,797

0,126

0,076

-0,586

-0,589

-0,555

Sénégal

1,909

1,063

0,027

0,636

0,354

0,009

0,711

0,699

-0,063

Togo

2,714

0,284

0,001

0,905

0,095

0,000

-0,542

-0,594

-0,593

Source : Calculs de l'auteur à partir de WDI, 2010

Les valeurs propres indiquent (tableau 4) que la première composante explique plus de 70% (excepté pour le Sénégal 63,6%) la variance totale de l'indicateur composite étudié. La première composante est calculée comme combinaison linéaire des trois indicateurs de développement financier avec des poids donnés par le premier vecteur propre. Ainsi, la première composante principale traduit mieux le niveau de développement financier, car elle est en mesure de capturer plus de 70% de l'information de l'ensemble de données initiales. Les éléments du vecteur propre1 pour chaque pays donnent les contributions des indicateurs initiaux dans l'explication de la variance de la première composante. Ces vecteurs propres sont utilisés comme pondération dans la construction de l'indice du développement financier (IDF).

Le graphique 4 illustre l'évolution de l'IDF des pays de l'UEMOA de 1977 à 2008. L'évolution des indices dans le temps n'est pas similaire suivant les pays et souvent très irrégulière. Les expériences de libéralisation financière n'ont donc pas donné les résultats escomptés et dans l'ensemble, les indices de développement financier ont plutôt eu tendance à baisser dans le temps. Par ailleurs, l'évolution des indices montre que la libéralisation financière semble entraîner une forte instabilité financière en zone UEMOA puisque l'évolution de l'indice dans le temps est irrégulière. Cette tendance à la baisse de l'indice à partir de 2000 dans tous les pays semble s'expliquer en partie par les effets négatifs de la crise sociopolitique ivoirienne.

Graphique 4: L'évolution de l'indice de développement financier des pays de l'UEMOA de 1977 à 2008.

IDF

-1

-2

-3

-4

4

2

0

5

3

1

EVOLUTION DE L'IDF DE 1977-2008

BEN BF CIV MALI NGER SNG TGO

Source : construit par l'auteur.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.