WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement financier et causalité entre épargne et investissement en zone UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine )

( Télécharger le fichier original )
par Relwendé SAWADOGO
Université Ouaga II Burkina Faso - DEA/ Master macro économie appliquée 2009
  

précédent sommaire suivant

II-2- Les catégories de développement financier en zone UEMOA

On peut donc classer les pays de la zone UEMOA suivant des catégories de développement financier. Nous nous sommes inspirés des travaux de Chouchane-Verdier (2004) et de Greenidge et al. (2004) pour faire le classement. Ainsi, un pays est dit financièrement développé dans la zone UEMOA si la moyenne de son indice est supérieure à celle de l'UEMOA pour les périodes 1990-2002 et 2003-2008. Dans le cas contraire, il est considéré comme faible financièrement. L'année1990 a été choisie comme l'année de départ car la plupart des pays de l'UEMOA ont entamé leurs réformes financières à partir de cette année. La période 2003-2008 a été choisie aussi pour intégrer la situation de la Côte d'Ivoire: la locomotive de l'Union qui conna?t une crise sociopolitique depuis 2002. Les résultats sont mentionnés dans le tableau 5.

Tableau 5 : Les différentes catégories de développement financier de l'UEMOA.

Pays

Moyennes sur les périodes

 

Rang et classification

 

1977-1989

1990-2002

2003-2008

1990-2002

2003-2008

Bénin

-1,596

1,271

0,711

2(élevé)

5(faible)

Burkina Faso

-1,443

1,044

0,88

3(élevé)

3(élevé)

Côte d'Ivoire

-0,673

1,477

2,495

1(élevé)

1(élevé)

Mali

-1,272

0,916

0,767

4(élevé)

4(faible)

Niger

-1,112

0,818

0,628

5(élevé)

6(faible)

Sénégal

1,402

-0,941

-0,983

7(faible)

7(faible)

Togo

-1,303

0,649

1,352

6(faible)

2(élevé)

Moyenne de l'échantillon

-0,857

0,748

0,835

 
 

Source : Compilation de l'auteur.

D'après les calculs, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Mali et le Niger sont classés dans la catégorie de développement financier élevé, avec la Côte d'Ivoire premier sur la période 1990-2002. Les autres pays sont classés dans la catégorie de faible niveau de développement financier. Sur la période 2003-2008 le Burkina, la Côte d'Ivoire et le Togo sont financièrement développés avec la Côte d'Ivoire toujours en tête. La situation du Sénégal depuis les années 90 : à être financièrement faible semble être surprenante. On aurait d? attribuer ceci à la détermination de l'indice vue que la première composante principale n'explique pas fortement la variance totale de l'indice composite (63,6%). Mais fort heureusement, des études antérieures ont trouvé des résultats semblables (Chouchane-Verdier, 2001).

Hormis, la situation du Sénégal dont l'explication économique nous échappe, nous pouvons donc attribuer un degré de confiance élevé à notre indice (2003-2008). D'une part, il reflète la réalité de la zone UEMOA en termes de développement financier car malgré la crise Ivoirienne, ce pays reste la locomotive de la zone. D'autre part, il traduit la situation de dispersion des niveaux de développement financier des pays de l'UEMOA. De ce fait, la première hypothèse de l'étude de faible hétérogénéité est donc rejetée.

Pour conclure, rappelons que pour construire notre indice, nous avons repris une méthode de calcul récente dans la littérature empirique telle que utilisée par Bandiera et al. (2000) ; Chouchane-Verdier (2001) ; Greenidge et al (2004). L'indice composite de développement financier des pays de la zone UEMOA est calculé par la méthode ACP. Notre indice calculé réuni les informations relatives à la taille et à l'efficacité de l'activité des intermédiaires financiers par rapport à l'économie. Plus spécifiquement l'indice déterminé montre que les pays de l'UEMOA sont hétérogènes en termes d'efficacité de structures financières. Partant de là, pensons-nous qu'un système financier pourrait être résolument perçu comme développé, si l'efficacité de l'activité et la taille sont à la fois élevées et donc source de croissance, c'est-à dire, un système financier qui permet à l'épargne collectée de financer l'investissement. C'est pour cette raison que dans le chapitre suivant nous avons testé la causalité entre épargne et investissement intérieurs.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.