WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'octroi des microcrédits par les institutions de microfinance et l'amélioration des conditions socio-économiques des ménages dans la ville de Goma

( Télécharger le fichier original )
par Didier MUGALIHYA MULUMEODERHWA
Institut supérieur de développement rural - Grade en planification régionale 2012
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

O.2 PROBLEMATIQUE

La République Démocratique du Congo est comptée parmi les pays pauvres très endettés du monde malgré ses immenses potentialités naturelles, économiques, humaines. La population congolaise vit dans une pauvreté extrême aggravée par des événements multiples dont la mal gouvernance, les guerres, les crises politiques et économiques consécutives à la longue et difficile transition politique (5(*)).

Près de 80 % de sa population survivent à la limite de la dignité humaine. Les ménages congolais, particulièrement ceux vivant dans les régions affectées par les conflits, ont payé un lourd tribut. Ils ont vu leurs actifs essentiels de la vie considérablement détruits. L'accès aux services et aux infrastructures socio-économiques de base a été considérablement réduit. Les mouvements migratoires intenses des régions de l'Est vers les Zones non en conflits, surtout vers les milieux urbains, ont exacerbé la vulnérabilité des populations (6(*)).

Les personnes contraintes de vivre avec moins d'un dollar (1$) par jour ont rarement accès aux services financiers. Pourtant, cet instrument leur permettrait d'échapper à l'engrenage de la pauvreté. La coopération au développement en est consciente depuis longtemps. Mais, il a fallu attendre jusqu'à aujourd'hui pour que les milieux financiers voient eux aussi dans la micro-finance un moyen de lutter contre la pauvreté (7(*)) en améliorant les conditions de vie des populations et surtout sur le plan social et économique.

Goma est une ville relativement jeune. Elle comprend un noyau constitué par l'ensemble de bâtiments administratifs et commerciaux ainsi que des institutions bancaires d'une part et, d'autre part les zones d?auto-constructions dans lesquelles la pauvreté se découvre au travers de la précarité des matériaux de construction utilisés. Dans ces quartiers populaires les murs sont réalisés en planches et quelques fois en feuilles de bananiers. La couverture est généralement en tôles et, à l'intérieur des habitations, le sol est en terre (8(*)).

Les ménages dans la ville de Goma traversent une dure situation : « 14,7 % des familles prennent un repas par jour, 72,1 % consomment deux repas par jour, 2,2 % des ménages consomment moins d'un repas par jour » (9(*)). Ce repas est insignifiant sur le plan énergétique : Il est généralement constitué de la pâte de manioc (appelée localement foufou) et les feuilles de manioc (appelées SOMBE)

Les conditions de vie des ménages dans la province en général et dans la ville de Goma en particulier sont assez mauvaises avec la pauvreté qui touche sept ménages sur dix. Le taux de chômage est plus élevé que la moyenne nationale (10(*)).

Parmi les instruments de lutte contre la pauvreté, la micro-finance a le vent en poupe et pas seulement parce que 2005 était l'année internationale du microcrédit. Les institutions des microcrédits ne sont pas nouvelles. Elles ne sont pas non plus un remède miracle (11(*)).

Pour résister à la pression environnementale et répondre aux besoins familiaux, les ménages se sont lancés dans les microcrédits octroyés par les Institutions de Micro Finance (12(*)).

De tout ce qui précède, nous nous sommes posé trois questions:

· Est-ce que les institutions de microfinance que nous retrouvons dans la ville de Goma arrivent-elles à satisfaire les besoins élémentaires des ménages membres ? C'est-à-dire arrivent-elles à assouvir la pauvreté ?

· Est-ce que les prêts demandés sont réellement utilisés à leur fin (Tels négociés entre l'emprunteur et le prêteur) ?

· Y'a-t-il en place des mécanismes pour assurer la durabilité/le long terme des actions de ces institutions de micro-finance ?

C'est autour des ces différentes questions que ce présent travail tentera de réfléchir et apporter tant soit peu une contribution.

* 5 Document des stratégies pour la réduction de la pauvreté : DSRP /Province du Nord Kivu : Goma, Décembre, 2005, p 11.

* 6 Idem.

* 7 La micro-finance, clé de la lutte contre la pauvreté ? Désormais, les milieux financiers s'y intéressent également, Direction du Développement et de la Coopération (DDC), 2005.

* 8 Unité de pilotage du processus DSRP, Monographie du Nord Kivu, Kinshasa, 2005, p.125.

* 9 DSRP, op.cit, p.125.

* 10 Programme de nations Unies pour le développement, unité de lutte contre la pauvreté, Profil résumé, pauvreté et conditions de vie des ménages, Mars 2009.

* 11 Ibidem.

* 12 RUGAMBWA IRAGI Adolphe, Les microcrédits et le bien être socio-économique des ménages dans la ville de Bukavu, Mémoire, inédit, ISDR Bukavu 2006-2007.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour