WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude bibliographique sur les bio-indicateurs et biomarqueurs des effets des perturbations des ecosystèmes par les pesticides

( Télécharger le fichier original )
par Mathias KAYALTO
Institut agronomique et vétérinaire Hassan II du Maroc - Diplome de 3ème cycle d'ingénieur agronome 2011
  

précédent sommaire suivant

1.2.6. Les ressources en eau

Le bassin tchadien couvre une superficie de 2,3 millions de km2 subdivisé en bassins endoréiques secondaires dont le plus vaste est celui du Lac-Tchad (25 000 km2) alimenté par les fleuves Chari et le Logone. Le réseau des eaux de surface est donc constitué du Lac-Tchad et du fleuve des lacs secondaires (Fitri, Iro, Léré etc.) et des mares pérennes et temporaires. Les mares et les cours d'eau temporaires sont nombreux et contribuent à la recharge de la nappe souterraine dans la partie sahélienne où le biotope du Criquet pèlerin reçoit des conditions favorables à la survie de l'espèce (MERH, 2009). Les eaux souterraines sont constituées des bassins sédimentaires vastes et profondes dont les principaux sont la cuvette tchadienne, les formations du continental et terminal et les grés de Nubie. La superficie de l'aquifère plio-quaternaire est d'environ 360 000 km2. Le volume d'eau renouvelable est estimé à 13 300 milliards de m3. L'alimentation des eaux souterraine se fait par percolation et infiltration d'une partie des pluies efficaces (MEE, 2004).

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.