WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude bibliographique sur les bio-indicateurs et biomarqueurs des effets des perturbations des ecosystèmes par les pesticides

( Télécharger le fichier original )
par Mathias KAYALTO
Institut agronomique et vétérinaire Hassan II du Maroc - Diplome de 3ème cycle d'ingénieur agronome 2011
  

précédent sommaire suivant

1.4.Structure et fonction des écosystèmes

Tout écosystème évolue de façon naturelle (sans aucune implication de l'homme dans son fonctionnement, mais il peut subir des modifications artificielles suite aux activités de l'homme. C'est malheureusement le cas observé depuis quelques siècles où des espèces animales et végétales ont complètement disparues et l'environnement (sol, air et eau) est pollué. A l'origine d'un écosystème il y a une interdépendance entre les êtres vivants. On rencontre des producteurs primaires (les végétaux autotrophes chlorophylliens) et ceux qui s'en nourrissent (les herbivores). Au fil du temps, de nouveaux êtres ont fait leur apparition dans la chaîne alimentaire : les carnivores créant alors un déséquilibre dans l'écosystème naturel. C'est grâce à cette diversité conflictuelle que les ressources des écosystèmes sont exploitées pour produire de la matière organique (voir figure 6). L'écosystème pourra être stable tant que la biomasse produite sera supérieure à la consommation par les herbivores. Il ne sera pas surexploité car il y aura une régulation naturelle (Maison de l'Alzaz, 2011). Malheureusement l'environnement peut courir le danger de l'usage abusif et intensif des pesticides employés dans l'agriculture et pour combattre les vecteurs des maladies. On note parmi ces pesticides les organochlorés, organophosphorés et les carbamates. En réalité, tout traitement est d'abord dirigé contre le ravageur ciblé mais les premiers êtres vivants à s'intoxiquer sont les producteurs primaires (les végétaux chlorophylliens) ensuite se passe le phénomène d'amplification - accumulation. Ce phénomène évolue en allant de degré en degré dans la chaîne alimentaire jusqu'au dernier maillon (les super-prédateurs : requins, oiseaux piscivores, poissons carnivores et l'homme) (Maison de l'Alzaz, 2011). Afin d'évaluer les effets de certains pesticides, il est nécessaire de tenir compte de certains paramètres importants comme: i) certaines substances ont des solvants organiques. Ceux-ci ont tendance à s'accumuler dans le corps de l'animal ; ii) la mortalité complémentaire peut s'avérer crucial pour une population donnée ; iii) la diversité des espèces est mise en relation avec la stabilité de l'écosystème dont l'étude des changements dans la diversité permet de déterminer le niveau de contamination ;

iv) L'adsorption des composantes du sol est un facteur décisif et contribue à la biodisponibilité et la dégradation des pesticides (Rombke et al., 2000).

Figure 7 : Exemple des relations dans un Ecosystème
Source : Maison de l'alzaz ou blog de l'écologie (2011)

Figure 8 : Altération de l'écosystème par les insecticides
Source : Lagadic et al., 1997

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.