WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Aspects physionomico-structurauyx de la végétation ligneuse forestière dans les monts de Dhaya et de Tlemcen (Algérie occidentale )

( Télécharger le fichier original )
par Khéloufi BENABDELI
Université Djilali liabes de Sidi Bel Abbes Algérie - Doctorat d'état en sciences 1996
  

précédent sommaire suivant

7-LES CAUSES DE LA DEGRADATION DE LA VEGETATION FORESTIERE.

Les paysages végétaux actuels de l'Oranie assez particuliers par leur physionomie, leur structure et leur composition ne peuvent trouver une explication à leur état que par l'impact de l'action

« Aspects physionomico- structuraux de la végétation forestière ligneuse face à la pression anthropozoogène dans les

monts de Tlemcen et les monts de Dhaya (Algérie occidentale)

 

1996

 
 

anthropozoogène. L'homme est directement responsable, par ses différentes interventions dans ce milieu, de cette situation puisque la plupart du temps par son imprévoyance et sa méconnaissance de l'écosystème forestier il provoque des altérations souvent irrémédiables. L'action de l'animal n'est pas à négliger comme le confirme GUINIER (1970): " En France l'épidémie de la myxomatose qui a anéanti le lapin de Garenne dans beaucoup de région, rend possible des régénérations forestières inespérées et permet la réapparition espèces dont on attribuait volontiers l'absence à une modification des conditions climatiques ".

Le processus de dégradation des formations végétales est si complexe par la multiplicité des facteurs en présence et des interactions possibles que sa prise en charge nécessite l'analyse de tous ces facteurs, du moins les plus déterminants d'entre eux. Pendant des siècles également, les relations entre sylviculture, pâturage et agriculture ont évolué dans un seul sens imposé essentiellement par une intensification constante et progressive de l'occupation et de l'aménagement de l'espace se traduisant par une agression permanente du milieu forestier. Les formations végétales étaient impuissantes pour faire face au rythme constant de pression qu'elles subissaient pour permettre la survie de deux secteurs vitaux: l'élevage et l'agriculture. Une classification des zones à sauvegarder en priorité était basée sur le concept économique d'où la forêt passait en dernière position bien après l'agriculture, l'élevage, l'industrie, l'urbanisation etc... Cette situation s'est soldée par une prise de position suicidaire des forestiers en voulant rentabiliser les écosystèmes ligneux naturels pour réhabiliter le secteur dans une société où les bilans économiques et financiers étaient d'actualité.

" Les forestiers eux même leur (les forêts) ont trop souvent appliqué les techniques d'exploitation et de conservation mises au point à propos des forêts européennes, techniques qui peuvent se révéler désastreuses en zone méditerranéenne " notait QUEZEL (1976) à propos de rentabilisation des forêts.

L'élevage est encore de nos jours à la base de l'économie locale, l'agriculture traditionnelle est toujours utilisée malgré ses limites ce qui justifie pour encore longtemps les agressions que doit subir le domaine forestier dans son ensemble. L'avenir de l'agriculture, de l'élevage, du tourisme et de l'industrie du bois est à jamais lié aux formations végétales et à leur sauvegarde.

Le rythme de dégradation et la multiplication des facteurs font que toute forme de végétation ligneuse quelque soit son stade de régression continue d'être détruite et rien n'est épargné; les derniers remparts alors de lutte naturelle contre les phénomènes de steppisation et de désertification sont menacés sérieusement. Un à un nous allons tenter d'analyser ces facteurs dégradants.

7-1. LES INCENDIES

Au rythme actuel de destruction du patrimoine végétal par les incendies, dans un siècle au plus la couverture végétale forestière sera anéantie. Annuellement les feux de forêts détruisent en moyenne prés de 2 % de la surface forestière nationale alors que les reboisements ne sont que de l'ordre de 1% soit une perte de l'ordre de 15.000 hectares par an, en supposant que tous les reboisements réussissent mais ce n'est malheureusement pas le cas.

Parmi les agressions que subit la forêt, l'incendie est le plus grave non seulement il peut entraîner la destruction totale de la végétation mais il altère le sol, enlaidit le paysage et compromet souvent la reconstitution végétale. Le feu risque de mettre en cause l'existence même de la forêt lorsqu'il est provoqué avec des objectifs d'extension de terrains agricoles, de zones urbanisables, de terrains de parcours ou tout simplement pour créer des postes de travail temporaires pour les riverains de la formation détruite. L'intensité et la fréquence des feux sont si redoutées que l'on parle dans la région de « la part du feu » pour accepter l'ampleur des dégâts que commet ce fléau. MARC (1916) cite: " Parmi toutes les causes de destruction qui menacent la propriété forestière algérienne, il n'en est certes, pas de plus grave que l'incendie. Etant donné les conditions climatiques du pays, la constitution des boisements, la mentalité et les habitudes des populations indigènes qui vivent à leur contact ".

71

« Aspects physionomico- structuraux de la végétation forestière ligneuse face à la pression anthropozoogène dans les

monts de Tlemcen et les monts de Dhaya (Algérie occidentale)

 

1996

 
 

Il y a lieu de noter que les forêts initiales de chênes sclérophylles ou à feuilles caduques (et elles ont exceptionnelles dans la région) sont caractérisées par des espèces à exigences écologiques strictes (tant du point de vue microclimat que des caractères du sol) qui contribuent par leur localisation exclusives dans ces forêts à en assurer une diversité floristique maximale (LEPART et ESCARRE, 1983). Ces forêts potentielles et leurs espèces caractéristiques ont été remplacées par des forêts de conifères à croissance rapide et par d'autres espèces favorisées par les feux soit par reproduction par graines (Cistus, Ulex, Rosmarinus, Thymus, Calycotome ) soit par multiplication végétative (Quercus, Phillyrea, Rhamnus, Brachypodium ) soit par les deux processus à la fois (Rhus, Pistacia ).

Quant aux pyrophytes, favorisés par le feu, ils constituent un pool d'espèces très agressives contribuant ainsi par leur puissance d'occupation à uniformiser et banaliser le paysage végétal et à réduire considérablement la diversité floristique des structures de végétation en modifiant notamment le jeu des processus de la concurrence interspécifique.

Dans le domaine de la prévention, les opérations sylvicoles par dépressage, les techniques de feux courants et les parcours contrôlés en forêt, sont autant de moyens pour soustraire au feu de nombreux écosystèmes. Ces particularités sont essentiellement liées aux profondes modifications survenues dans l'utilisation par l'homme des écosystèmes forestiers et en premier lieu à leur sousutilisassions voir à leur abandon.

7-1.1. Causes et importance

" Les principales causes de développement des incendies sont liées entre elles et fortement un ensemble cohérent et synchronisé. On remarque que la composition floristique et notamment la stratification des végétaux jouent un rôle prépondérant " soulignait BENABDELI (1983) sur les causes et les facteurs stimulant les incendies. L'intensité, la fréquence et l'importance de l'incendie sont en rapport avec le milieu physique et végétal qui se caractérise par les facteurs climatiques déterminants, la structure et la composition de la végétation. La naissance et la propagation des incendies est dépendante de la présence et de la réunion de cinq éléments fondamentaux:

- l'imprudence et la malveillance qui sont fonction du taux de fréquentation de la forêt et de l'intensité de l'activité des différents utilisateurs. Concernant la source de chaleur REBAI (1983) souligne: " Elle est produite par l'étincelle qui déclenche le feu; elle a une origine parfois accidentelle, mais elle est presque toujours provoquée par l'homme ",

- les causes biologiques qui accentuent ou atténuent les risques, ils sont fonction de la nature du sous-bois, des débris végétaux, de la teneur en humidité des végétaux, de la stratification de la végétation et des conditions météorologiques qui confèrent à ces paramètres divers degrés de danger et de risque d'inflammation. A ce sujet TRABAUD (1974) propose la classification suivante des combustibles végétaux qui jouent un rôle déterminant dans les incendies de forêt: les espèces végétales dominantes (ont une action sur la dynamique du feu),la répartition spatiale de la végétation (détermine le type de feu et ses possibilités de propagation) et le biovolume (volume de matière végétale susceptible de brûler en cas d'incendie ),

- les facteurs climatiques qui influent sur les risques d'incendie sont le déficit en eau et l'élévation de la température qui favorisent l'éclosion des feux. LAGARD (1973) résume ces paramètres: "Les incendies de forêts sont dus dans leur quasi-totalité à l'inflammation des déchets végétaux du sous-bois. Pour que ces déchets s'enflamment ils doivent avoir atteint un certain degré de sécheresse ",

- le parcours par ses effets de piétinement et de broyage des débris organiques, de défoliation des espèces vivaces entraînant une dessiccation de la strate buissonnante la plus inflammable,

- les travaux forestiers entraînant la destruction totale de la végétation ligneuse et l'installation d'une strate herbacée dense se desséchant pendant l'été, période propice aux incendies.

BARBERO (1988) précise que parmi les causes déterminantes il y a lieu de noter: " L'urbanisation de nombreux écosystèmes forestiers considérés par plusieurs décideurs responsables, il y a quelques années encore, comme un moyen de prévention révèle aujourd'hui ses dangers... Il y a

« Aspects physionomico- structuraux de la végétation forestière ligneuse face à la pression anthropozoogène dans les

monts de Tlemcen et les monts de Dhaya (Algérie occidentale)

 

1996

 
 

donc de nouveaux risques au moment où l'on affiche une volonté de plus en plus grande d'ouvrir aux loisirs la forêt méditerranéenne ".

C'est un fléau assez ancien, depuis la domination turque les incendies en Oranie étaient des événements d'autant plus courants que les populations locales avaient besoin de terre de culture et de renouvellement de leurs terrains de parcours. Le feu a mis en péril nos richesses forestières avec les incendies catastrophiques de 1863-1865, 1873, 1881, 1892-1894 et 1902-1903 qui ont pris des proportions désastreuses. Ce problème ravageur pour toute la couverture végétale a été étudié depuis longtemps sous toutes ses formes et diverses mesures ont également été prises telles que des dispositions législatives et réglementaires dissuasives, des recommandations dans un cadre de sensibilisation, des travaux et des mesures préventives, une répression sélective et souvent injuste. Malgré toutes les mesures autant préventives que dissuasives prises pour la défense et la sauvegarde des formations végétales d'importants sinistres eurent lieu et mis à nu toute la faiblesse et l'impuissance des textes et de la stratégie de lutte tant préventive qu'active. L'association de l'éleveur et de l'agriculteur, riverains de la forêt, au devenir de la forêt a toujours été rejetée pour des raisons injustifiables mais en liaison avec l'incapacité de gérer ce milieu avec les activités humaines qui s'y exercent. C'est sans aucun doute dans cette relation milieu forestierutilisateurs que réside la solution au problème des feux de forêt. Le rapport de la commission d'enquête sur les incendies de forêts en avril 1866 soulignait: " Habitées (les forêts) ou non, toutes étaient alternativement envahies par le feu... La majeure partie de l'étendue parcourue par le feu n'était garnie que de broussailles sans importance, n'ayant de forêt que le nom. L'autre partie était généralement peuplée d'essences à feuilles persistantes, mais non résineuses, lesquelles, douées d'une puissante vitalité, se montrent particulièrement promptes à réparer le mal qui leur est causé. C'est grâce à ces conditions spéciales que les bois ont pu, si non se développer librement en Algérie, du moins s'y maintenir en dépit des incendies systématiquement et de tout temps allumés par les indigènes ".

Un autre rapport de cette commission, 38 ans après (1904) persiste dans des conclusions discriminatoires en notant: " C'est l'application du système agricole et pastorale des Arabes qui ne cessaient de réclamer d'ailleurs le droit de débroussailler par le feu, comme il existait autrefois pour satisfaire leurs besoins coutumiers ". Une nuance était décelable dans ce rapport: " Les incendies ne sont pas systématiquement allumés pour transformer la forêt en maquis ou friche qui seraient par la suite abandonnées comme biens communaux aux gens du pays ". On ne s'est donc jamais intéressé aux causes réelles des incendies, qui obligeaient les ` indigènes' a à allumer les feux et à expliquer pourquoi c'est toujours les mêmes zones qui sont menacées et détruites.

Les causes à l'origine des incendies sont réparties presque de la même manière en 1800 qu'en 1900 et se ventilaient comme suit: 8% à des accidents, 23% intentionnelles et d'intérêt, 32% à l'imprudence et 37% inconnues. Il y a lieu de noter que 70% des incendies ont pris naissance à l'intérieur des massifs forestiers et militent pour la révision à la baisse du pourcentage de causes inconnues au profit de celles intentionnelles. Ce facteur agressif et dégradant est énergiquement présent et le sera encore pour longtemps si le secteur forestier continue à faire du milieu forestier une zone interdite.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.