WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Pratiques de responsabilité sociale des entreprises industrielles au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Joseph Herman TIONA WAMBA
Université de Douala Cameroun -  Diplôme de professeur d'enseignement technique grade 2 ( DIPET II ) 2009
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION GÉNÉRALE

Cette recherche s'interrogeait au départ sur les réalités des activités de responsabilité sociale des entreprises au Cameroun. Elle a donné lieu à une analyse qui a abouti à la caractérisation des activités de RSE au Cameroun en quatre approches dont une principale et trois auxiliaires. Ce résultat est le fruit du concours conjoint d'une méthode qualitative (l'analyse factorielle du contenu) et d'une méthode quantitative (tri à plat et tris croisés). La seconde méthode venant confirmer les résultats de la première.

La thématique de ce travail est la responsabilité sociale des entreprises au Cameroun. La problématique que nous avons particulièrement traitée est celle des réalités des activités extra économiques des entreprises situées au Cameroun. Cette préoccupation nous a amené à retenir comme objectif principal, la caractérisation des pratiques de RSE au Cameroun.

Pour y parvenir, nous avons effectué une étude exploratoire auprès de trente-deux (32) entreprises industrielles de la place, après avoir obtenus un entretien à la délégation régionale de l'environnement et de la protection de la nature. Entretien au bout duquel nous avons constaté à notre grande surprise, une forte implication du MINEF dans la lutte contre la pollution. À l'issu de nos différentes analyses, on abouti à des résultats propres au système économique camerounais souvent qualifié d'économie mixte.

En effet, on a abouti au résultat selon lequel, les activités de responsabilité sociale des entreprises au Cameroun présentent un caractère mixte c'est-à-dire, une combinaison du volontariat et du légal. Ce résultat nous a permis de concevoir et construire le modèle de la page 108, modèle que nous proposons de généraliser à l'ensemble des entreprises camerounaises du secteur industriel.

De plus nous nous sommes rendu compte que le dénominateur commun à toutes les pratiques de responsabilité sociale identifiées est la composante économique. En effet, nombreuses sont les entreprises de la place, qui pensent que la RSE est un outil stratégique qui assure la compétitivité et la rentabilité de l'entreprise dans le moyen et long terme. Mais il convient tout de même de rappeler que les responsables rencontrés nous ont fait comprendre qu'ils rencontrent de sérieuses difficultés tant en externe qu'en externe lors de la mise en oeuvre de leurs démarches RSE.

En interne, on les difficultés sont relatives à la mise en place d'une culture d'entreprise. En effet, dans certaines entreprises, nombreux sont les employés qui refusent de s'arrimer aux prescriptions établies par la direction. C'est ainsi qu'on peur témoigner l'entrée en atelier de certains ouvriers, sans mesures de sécurités, la raison avancées étant que les vêtements et autres casquettes de protection empêchent l'exécution rapide du travail. On assiste même dans certaines entreprises de la place, au refus catégorique de la part de certains employés de s'affilier à la CNPS. C'est dire qu'en interne, tout réside dans la culture individuelle de chaque employé qu'il faut concilier à la culture d'entreprise, car « la responsabilité sociale de l'entreprise c'est aussi la somme des responsabilités individuelles des personnes qui là constitue ».

En externe, les difficultés sont principalement relatives à l'absence de moyens techniques et financiers permettant soit d'évacuer les déchets, soit de les traiter en vue de leur recyclage. Mais, qu'elle soit appliquée en interne ou externe, la responsabilité sociale de l'entreprise doit affronter de nouveaux défis. Ces défis sont relatifs à :

· La règle implicite des affaires qui veut que les cadres dirigeants s'empêchent de s'impliquer dans une activité qui pourrait réduire les profits ;

· Pour certains, telle ou telle des parties prenantes peut se trouver en position dominante et privilégier ses objectifs propres.

Dans cette perspective, les résultats de la présente recherche peuvent être élargis à un échantillon plus grand et plus représentatif de la population des entreprises industrielles situées au Cameroun. C'est dans cet ordre d'idées que nous pourrons par la suite, envisager, comme c'est déjà le cas sous d'autres cieux, une étude visant à établir la relation entre RSE et performance.

Enfin, compte tenu du fait que la RSE est un phénomène très peu connu, bien que largement pratiqué, nous proposons aux responsables des programmes académiques d'insérer la Responsabilité Sociale des Entreprises parmi leurs différents programmes académiques afin de favoriser une meilleure compréhension du problème. Aux dirigeants d'entreprises, nous proposons de mettre sur pied, au sein de leurs structures, des programmes de formation sociétale en vue d'inculquer la culture d'entreprise à leurs différents employés qui semblent jusqu'ici privilégier leurs cultures individuelles au détriment de la culture d'entreprise.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.