WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Peuples autochtones et droit au développement au Cameroun. Cas des pygmées Baka de l'est

( Télécharger le fichier original )
par Marielle KOLOKOSSO
Université catholique d'Afrique Centrale Yaoundé - Master en droits de l'homme et action humanitaire 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II. Les obstacles liés à la faiblesse de la capacité politique des pygmées baka

Sur le plan politique, la faiblesse est marquée par la qualité du leadership des communautés baka (A) et l'absence de représentation des élites pygmées dans les institutions politiques locales et nationales (B).

A- La qualité du leadership des communautés pygmées

Les chefs des pygmées baka peuvent représenter eux aussi des obstacles à la mise en oeuvre du droit au développement des baka au Cameroun. En effet, le chef qui, le plus souvent est désigné est celui qui a reçu ne serait ce qu'un minimum d'éducation scolaire. Or, le programme éducatif mis en place par l'Etat camerounais est propre à modifier les mentalités des baka. Ainsi, ceux-ci ne perçoivent plus le développement comme un moyen de promouvoir leur identité et leur culture, mais l'opportunité d'acquérir les mêmes biens que les autres et au même titre qu'eux. Dans ce contexte, il est difficile de réaliser le développement propre aux peuples autochtones.

De même, les associations créées par les jeunes visent la plupart du temps l'amélioration des conditions de vie des populations, sans qu'il ne soit fait cas avec insistance de la promotion de leurs valeurs culturelles. Ils ont tendance de par leur comportement à reproduire le mode de vie des bantous, ce qui n'est pas propice à la mise en oeuvre du développement des baka.

C'est ainsi que le chef et les élites baka constituent en eux-mêmes une contrainte au développement, dans la mesure où ils se fondent dans la volonté des bantous et acceptent sans restriction les propositions de ces derniers. Par conséquent, il serait difficile que l'implication du chef ou celle des élites soit significative dans les institutions politiques locales et nationales.

B- L'absence de représentation des élites pygmées dans les institutions politiques locales et nationales

Les entretiens et enquêtes opérés dans l'arrondissement d'Abong Mbang ont permis de constater que les élites baka n'étaient pas conviées aux instances de prise de décision au niveau local. De même, sur le plan national, ils ne sont généralement pas consultés lors de l'élaboration des politiques ou des projets les concernant de près ou de loin. De ce fait, leurs spécificités, leur identité et leur doléances ne sont pas intégrées dans ces politiques, ou le sont mais pas de manière appropriée.

Certes, au cours de la JIPA2, le MINAS avait convié des représentants des baka aux réunions préparatoires en vue de présenter les besoins de leur communauté, dans l'optique de leur faire des dons. Mais, au cours de ces réunions l'occasion n'était pas donnée aux représentants baka de remettre en question les décisions prises pour exploiter les financements reçus. Ils auraient pu dire qu'ils ne préfèrent pas des dons en nature mais plutôt en espèces ou faire des propositions, mais il leur était assigné une tâche précise et unique. En dehors de ces initiatives, l'Etat camerounais au niveau local ou national n'intègre pas les baka dans les processus de prise de décision, dans les domaines les concernant de près ou de loin.

Au-delà des difficultés liées aux cadres juridique et politique, il convient de relever les obstacles relatifs aux domaines sociologique et culturel.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.