WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Peuples autochtones et droit au développement au Cameroun. Cas des pygmées Baka de l'est

( Télécharger le fichier original )
par Marielle KOLOKOSSO
Université catholique d'Afrique Centrale Yaoundé - Master en droits de l'homme et action humanitaire 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B- Droit au développement

L'article premier de la Déclaration9(*) donne une définition satisfaisante du droit au développement et mérite de ce fait qu'on s'y arrête. Il fait ressortir les trois aspects principaux du droit au développement, à savoir le droit de participer et de contribuer à un développement dans lequel tous les droits de l'homme et toutes les libertés fondamentales puissent être pleinement réalisés, le droit de bénéficier de ce développement, et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

De plus, dans le préambule de cette déclaration, le sens du concept « développement » est lui-même précisé comme « un processus global, économique, social, culturel et politique, qui vise à améliorer le bien être de l'ensemble de la population et de tous les individus. »10(*) C'est dire que le processus du développement englobe tous les aspects. L'on ne saurait parler de développement après ou sans avoir amélioré un seul de ces aspects. Il s'agit d'éliminer ainsi le paradoxe suivant lequel malgré les formidables progrès de la science et des techniques et la vertigineuse augmentation de la productivité, et des biens disponibles, les conditions de vie d'une bonne partie de l'humanité sont chaque jour de plus en plus déplorables.

Dans cette étude, il convient de considérer le droit au développement sous deux aspects : d'une part, celui de la participation, la contribution d'un peuple au développement, et d'autre part celui du bénéfice qu'en tire ce peuple. Ainsi, le droit au développement est le droit qu'a chaque peuple de participer à la réalisation du développement dans l'Etat auquel il appartient, et de bénéficier de ce développement.

S'agissant des peuples autochtones, leur assurer le droit au développement revient donc à les laisser définir et décider de leurs propres priorités de développement. Cela signifie qu'ils ont le droit d'exercer un contrôle sur leur propre développement économique, social et culturel, d'être consulté et de participer, de voir réaliser des évaluations de l'impact des projets, de bénéficier des projets de développement, de posséder et utiliser leurs terres, territoires et ressources11(*).

Après avoir cerné les concepts clés, il est plus aisé de déceler et de présenter l'intérêt que revêt cette étude.

* 9 Déclaration sur le droit au développement, adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986

* 10 Paragraphe 2 du préambule de la Déclaration sur le droit au développement, adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986

* 11 OIT, Les droits des peuples autochtones dans la pratique : un guide sur la Convention n°169 de l'OIT, Première édition, Genève :OIT, 2009, p118

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.