WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La culture de l'igname ( Dioscorea sp ) et sa valeur sociale, culturelle et économique dans le canton de Dimori en pays Bassar au Togo

( Télécharger le fichier original )
par Bassa KPAKPADJA
Université de Lomé Togo - Maitrise en lettres et sciences humaines 2011
  

précédent sommaire suivant

2.3- Les crises foncières et l'atomisation des exploitations

Les litiges fonciers n'existaient pas dans le canton de Dimori jusqu'aux années 90. Une cohabitation pacifique existait entre les paysans de toutes ethnies jusqu'à ce que la démocratie et le multipartisme ne viennent changer la donne, car à Dimori, l'on donnait la terre aux nécessiteux. Suite à la pression démographique et aux penchants politiques, ces litiges fonciers ont commencé par surgir et se traduisent par des disputes entre paysans (autochtones et immigrants ; autochtones de différents clans) à propos des terres cultivables.

En effet, les problèmes et les querelles naissent entre les cultivateurs surtout lors des défrichements de nouvelles portions de terres pour les champs de Dioscorea sp, car la culture de cette plante se fait de façon itinérante pour les raisons décrites précédemment. Même si ces litiges ne sont pas très importantes comme ailleurs, le tableau n°9 nous permet d'en mesurer l'ampleur.

Tableau n°9 : Evaluation de l'ampleur des litiges fonciers

Modalité

Effectifs

Pourcentage

Paysans ayants des litiges fonciers

32

26,67

Paysans n'ayants pas de litiges fonciers

88

73,33

Total

120

100,00

Source : travaux de terrain, 2011.

D'après le tableau n°9, le nombre de cultivateurs n'ayant pas connu de litiges fonciers est très important. Ils représentent 73,33 % de nos enquêtés. Mais, ce chiffre ne cache pas pour autant le problème car les cultivateurs qui en ont ne sont négligeables non plus (26,67 %). Le phénomène peut aller en s'amplifiant et à court ou à moyen terme, presque tous les producteurs de Dioscorea sp devront faire face au même problème car la méfiance et l'ethnocentrisme se lisent sur les visages et dans les paroles des autochtones vis-à-vis des immigrés. De ce fait, les paysans ayant connu ces litiges fonciers non résolus, sont dans l'obligation de réduire considérablement la taille de leurs exploitations. Ceci pour ne pas susciter la jalousie ou la convoitise de la part des propriétaires terriens ou des autochtones n'appartenant pas au même clan car selon notre enquête, 53, 12 % de ceux qui ont des litiges fonciers, les ont avec les propriétaires et seulement 21,88 % les ont avec un autre clan.

Pour enrayer ce phénomène ou l'atténuer au cas échéant, il faut envisager une nouvelle technique d'utilisation du sol basée sur son occupation par les plantes, notamment le Dioscorea sp. Cette technique suppose un rapport suffisant de fertilisants ; cela permettrait de cultiver aussi longtemps que possible le Dioscorea sp sur une parcelle donnée. Mais, à cause des variétés de Dioscorea sp cultivées, cela est il possible ?

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.