WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Rôle de la communication dans l'encadrement des jeunes filles vivant dans la rue par l'ONG O.R.P.E.R. ( œuvre de reclassement et de protection des enfants de la rue )

( Télécharger le fichier original )
par Nancy Eliane NSITU MALOBA
Université catholique du Congo - Graduat 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE III

LA COMMUNICATION DANS L'ENCADREMENT

DES JEUNES FILLES DE LA RUE PAR L'ONG

O.R.P.E.R.

INTRODUCTION

L'objectif du présent chapitre est l'analyse des différentes fonctions que remplit la communication dans l'encadrement des jeunes filles en rupture familiale par l'ONG O.R.P.E.R. Ce chapitre sera structuré en trois points. A savoir : le protocole méthodologique, l'analyse proprement dite et enfin sera proposé une interprétation de l'analyse faite.

I. PROTOCOLE METHODOLOGIQUE

Dans l'élaboration de notre travail, la question de recherche est celle de connaître les fonctions de la communication dans l'encadrement des jeunes filles vivant dans la rue par l'ONG Oeuvre de Reclassement et Protection des Enfants vivant dans la Rue. Cette question nous amène à dégager comme hypothèse de travail que dans le processus d'encadrement des jeunes filles vivant dans la rue par l'ONG O.R.P.E.R. la communication remplit un bon nombre des fonctions, à savoir la transmission de l'héritage culturel, de relation sociale, de divertissement.

Pour mener à bien cette étude, nous avons procédé par la technique d'entretien avec les responsables de l'ONG. De même nous nous sommes appuyés sur la documentation recueillie sur place. L'analyse que nous allons conduire va se dérouler en trois phases. Nous avons transformé les questions dont nous nous sommes servis en thèmes autour desquels nous avons organisé les réponses recueillies. Ensuite nous avons articulé les différents thèmes sur les fonctions de la communication développées ci- haut. Enfin nous avons tenté une interprétation pour valider notre hypothèse.

30

II. ANALYSE PROPREMENT DITE

Thème 1 : Nombre des jeunes encadrés par ORPER

Le rapport annuel de 2011 nous donne l'effectif de 2 352 jeunes encadrés dont 706 filles. Ces 706 filles se divisent en trois groupes, à savoir :

a) 165 dans les foyers d'accueil ou milieu ouvert

b) 55 dans les centres d'hébergement ou milieu fermé

c) 486 en contact permanent avec le centre mobile

Le rapport annuel s'établit à partir des rapports mensuels. Bien que cela devient de plus en plus difficile parce que l'enfant n'est pas toujours à mesure de donner sa vraie identité même pour l'âge de ces enfants s'est très souvent des estimations. Un enfant sur cinq se présente sous deux à trois identités différentes.

Thème 2 : Activités organisées

Il n'existe pas une liste exhaustive des activités organisées. Dans son travail d'encadrement l'Oeuvre initie ces jeunes à trois différents types d'activités, à savoir : activités éducatives, culturelles et sportives, ponctuelles.

1. Activités éducatives

Dans cette catégorie, nous trouvons l'alphabétisation, la scolarisation, l'apprentissage des métiers (coupe et couture, esthétique, art culinaire), la remise à niveau. A travers ses partenaires, ORPER met à disposition des apprenants des filières des formations en menuiserie, électronique, électricité, maçonnerie, mécanique, peinture.

Face à ces différents métiers d'apprentissage, l'encadré est libre de porter son choix sur tel ou tel métier. Malgré cette liberté de choix, cela n'exclut pas l'implication de l'encadreur dans l'orientation vers un métier donné.

2. Activités culturelles et sportives

Ce sont des activités qui ont trait à la vie communautaire. Dans ce second type, nous retrouvons : les journées d'amitiés, le ballet, la danse moderne, la chorale, le football, la lecture, le théâtre, les excursions afin d'initier les jeunes au goût de la découverte et du savoir.

31

3. Activités ponctuelles

Ces activités sont celles ramenées aux imprévus ou même à celles qui peuvent comme ne peuvent pas avoir lieu. Nous trouvons ici :

? Des colonies de vacances, qui donne l'occasion aux jeunes de

s'épanouir à travers des jeux, et ces derniers permettent aux jeunes encadrés de cultiver un esprit d'équipe et de tolérance. A partir de ces colonies, l'encadreur arrive à dénicher des talents.

? Des Concerts de Noël, qui constituent un moment où les enfants font
des spectacles. C'est également un lieu pour sensibiliser la communauté sur le problème des enfants de la rue et aussi faire savoir à tous que ces jeunes sont aussi utiles dans la société.

? Des activités spirituelles, bien qu'elles prennent également part dans
des activités permanentes elles peuvent être ponctuelles lorsqu'elles sont sollicitées par une tierce personne. En l'occurrence des personnes qui souhaitent passer des moments des prières avec les jeunes et cela sans tenir compte des confessions religieuses cela malgré que ORPER a un grand penchant pour le catholicisme.

Il n'existe pas des contraintes religieuses, la liberté des opinions prime d'abord parce qu'elle joue dans le respect des droits de l'enfant. L'Oeuvre respecte l'appartenance de chaque enfant.

Dans les années antérieures les activités culturelles et sportives même ponctuelles se déroulaient jusqu'à l'intérieur du pays donc dans les provinces. Avec la crise économique qui frappe le monde, l'Oeuvre est devenu incapable d'assurer le coût du déplacement. Les dons et legs qui font vivre O.R.P.E.R. sont devenus insuffisants pour assumer ces déplacements. Actuellement tout se passe à Kinshasa.

Les enfants sont éduqués grâce à ses activités et arrivent à connaître des moments agréables de loisir.12

12 Périodique de l'O.R.P.E.R. « L'appel de la rue » Décembre 2001, n° 0011.

32

Thème 3 : Formation dispensée

ORPER dispense trois sortes de formations d'où elle fait recourt à l'expertise de ses partenaires.

Bien qu'il n'existe pas de convention de partenariat, l'Oeuvre appelle partenaires ceux qui travaillent dans le champ de rééducation des enfants de la rue.

1. Formation continue (éducation continue)

Nous parlons de formation continue quand l'enfant récupéré dans la rue est à l'âge de l'école primaire. L'Oeuvre l'aide à continuer sa formation interrompue.

2. Formation en métier

Hormis les formations en métiers proposées au sein des différents centres d'O.R.P.E.R. dont la coupe et couture, l'esthétique, l'art culinaire, elle fait appel aux partenaires pour compléter cette formation et proposer de nouveaux métiers d'apprentissage.

3. Formation en rattrapage scolaire

Pour ceux qui ont non seulement arrêté avec l'école très tôt et aussi ont dépassé l'âge. L'Oeuvre dispose des séances de rattrapage pour remettre les enfants à niveau.

Thème 4 : Message véhiculé par les encadreurs

Le message véhiculé dans la communication des encadreurs se base sur :

? La protection : Faire reconnaître aux jeunes qu'ils sont faibles et qu'ils

ont besoin de la protection des adultes. La rue assure en rien leur protection au contraire elle les expose à plusieurs dangers. Par la protection de l'adulte, l'enfant peut se retrouver.

? Les vraies valeurs humaines (valeurs individuelles et sociales) : Leur

montrer les repères d'une bonne morale. Mettre un accent sur les vraies valeurs de la vie humaine qui vont les aider à se sentir comme les autres étant donné que ces derniers vivent dans un contexte d'inversion des valeurs. Nous estimons que ces enfants qui ont manqué d'amour et d'espoir pour un lendemain meilleur doivent apprendre selon leur degré de maturité les vraies valeurs de la vie.

33

? L'auto prise en charge : En l'approchant, l'encadreur fait savoir à

l'encadré qu'il est utile et peut faire mieux pour son avenir, tout n'est pas perdu.

Thème 5 : Occasion pour communiquer avec les jeunes

Toute occasion est propice pour communiquer avec ces jeunes au moment où ces derniers entrent en contact avec l'oeuvre. Tout commence par le premier contact qui est précieux, déterminant et qui conditionne la relation entre ces deux parties.

Thème 6 : Moyens de communication utilisé

Parmi les différents moyens de communication utilisés, ce qui prime le plus c'est le face à face à travers les entretiens et séances d'écoute avec les enfants. Etre écouté rend facile la communication, parce que dans la réalité de la rue ses opinions n'ont jamais de place. Bien que le face à face est important et essentiel, cela n'exclut pas l'apport des autres moyens de communications. Nous avons :

1. Moyen documentaire

A partir d'un apprentissage de la lecture qui prend part dans les activités organisées par ORPER. Celle-ci l'utilise également pour communiquer avec les jeunes encadrés. Chaque centre dispose d'une bibliothèque.

2. Vidéos

Projection des films, documentaires. Après la projection sont organisés des animations autour des films visionnés. Il en est de même pour les diapositives projetées. Des bandes dessinées bien qu'elles sont rarement utilisées faute de moyens et de personnes qualifiées.

Thème 7 : Difficultés rencontrées par les encadreurs

La difficulté est liée à la nature et à la catégorie des enfants encadrés.

? Du point de vue de la nature : ils sont des enfants et qui dit enfant dit

une personne fragile sur le plan biologique (n'a pas encore achevé le processus de croissance) sur plan intellectuel (sa raison est fondée sur ce qui ne contribue pas à son développement intellectuel) et sur le plan moral

34

De sa nature d'être encore « enfant », on voit également son âge. L'âge moyen des enfants encadrés est de 13 ans, ce qui correspond au début de la puberté pour la jeune fille et de l'adolescence pour le jeune garçon où on assiste à des troubles des comportements.

? Du point de vue de la catégorie : sa catégorie des enfants de la rue,

enfant sans repère de bonnes manières, des comportements qu'il faut redresser.

Une des plus grandes difficultés c'est de redresser leur comportement. Un redressement qui devient encore compliqué avec leur caractère des enfants très mobiles (milieu ouvert) même s'ils sont plus ou moins stables dans le milieu fermé.

Comme il s'agit d'un travail d'encadrement, il faut des moyens adéquats, malheureusement l'Oeuvre souffre d'insuffisance des moyens (financier, matériel, en personnel qualifié,...) qui rend le travail difficile. La qualité du travail et la disponibilité des encadreurs dépendent de la rémunération de ces derniers.

Pour mener à bien ce travail, l'apport de la société est important, les encadreurs ont du mal à convaincre l'opinion publique que ces enfants sont comme tous les autres. Ils ont besoin de leurs soutiens, encouragements et il suffit juste de les rééduquer pour qu'ils redeviennent normaux comme eux pensent qu'ils sont anormaux. Parfois les encadreurs sont taxés des complices aux actes de vandalisme des enfants.

Thème 8 : Place ou rôle des entretiens et séances d'écoute

Ces entretiens et séances d'écoute sont pris comme des moyens ou techniques à travers lesquels l'encadreur obtient des informations relatives à l'encadré individuellement ou collectivement. Ce sont des moments propices de faire passer un message, être compris de ces jeunes encadrés et saisir le problème qui ronge chacun d'eux. A partir de ces entretiens et séances d'écoute ORPER est à mesure de documenter sur un problème concernant tel ou tel jeune. Ils donnent lieu de mener des enquêtes pour découvrir des personnes en lien de coeur et/ou de sang avec ces jeunes de la rue, pour faire une médiation entre les personnes impliquées à leur problème, pour enfin les réintégrer en famille, en société ou encore l'intégrer professionnellement.

35

Le travail d'encadrement veut qu'on identifie la personne encadrée, connaître son problème pour bien mener des enquêtes. De ce fait, les entretiens et séances d'écoute organisés sont important parce qu'ils font découvrir l'encadré, ses qualités, ses défauts, ses compétences, ...

Thème 9 : Etablir une communication entre encadreur et encadré

La communication n'est pas facile du premier instant parce que le jeune recueilli n'est pas en confiance, il se méfie de tout. Tout dépend du premier contact qui dicte à ce dernier ce qu'il attend, dans ce premier contact nous voyons en premier l'accueil de ces jeunes par les encadreurs s'il s'agit d'un foyer qu'il soit fermé ou ouvert et d'un contact permanent pour le centre mobile.

Cet accueil ou contact a pour but la mise en confiance, une fois la confiance assurée tout se fait aisément. En souvenir du bon accueil, l'enfant peut arriver à témoigner une reconnaissance qui facilitera la communication entre eux parce qu'il se dit et se voit aimé des autres, ce qui n'est pas le cas dans la rue. La communication s'établit grâce à un contact permanent avec ces jeunes de la rue.

De ces réponses recueillies des entretiens auprès des encadreurs puis thématisées découlent 3 fonctions de la communication dans l'encadrement des jeunes filles vivant dans la rue soulignées dans notre hypothèse de travail. Nous avons : la transmission de l'héritage culturel, de relation sociale et de divertissement.

Transmission de l'héritage culturel : La culture se définit essentiellement par ce qui est partagé et transmis, ce que nous avons de commun avec d'autres. Il s'agit de la transmission des normes sociales et des valeurs d'un groupe. Cette transmission se fait à travers différentes activités organisées et la formation dispensée.

O.R.P.E.R. met à disposition des encadrés des activités éducatives et culturelles où nous trouvons l'alphabétisation, la scolarisation, la lecture, le ballet, l'apprentissage de métiers et des projections des vidéos qui constituent des moments non seulement de détente, aussi et surtout de culture. Le fait de partager le même monde culturel rend l'échange entre les mêmes membres d'une culture facile.13

13 Jean C. Kapumba AKENDA, Identités Culturelles Africaines et Nouvelles Technologies, « Identités Culturelles Africaines comme processus d'identification croissante avec les nouvelles exigences techno- culturelles. Thèses sur la dialectique des éléments étrangers et authentiques dans l'unité d'une culture d'identité », Kinshasa-Limite, Saint Paul, 2002, p95.

36

Transmission de relation sociale : Par des colonies de vacances où l'enfant encadré crée des relations avec les autres à travers des jeux organisés. En même temps, il arrive à cultiver un esprit d'équipe et de tolérance qui n'existe pas dans la rue. Par moment, O.R.P.E.R. organise des concerts de Noël qui constituent un moment qui met un accent sur la relation entre les enfants de la rue et la société.

Transmission de divertissement : La communication est également destinée à amuser les personnes. Des moments de divertissement qui passe par les organisations des matchs de football, des excursions, de théâtre, des concerts organisés par les enfants eux-mêmes. Occasion pour eux de présenter des spectacles devant les gens.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.