WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Télévision haà»tienne par càóble et couleur locale ( la télé Haà»ti )

( Télécharger le fichier original )
par Joêl Lorquet
Université d'état d'Haà»ti faculté des sciences humaines - Licence en sciences de la communication collective et du journalisme 1999
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II- Evolution des systèmes de signaux de télévision et standards de couleur en usage dans le monde

Une image de télé est formée de 40.000 points lumineux sur l'écran. Il faut les contrôler un par 25 fois par seconde. Tout cela prend beaucoup de place dans le monde des ondes électromagnétiques. Chaque émetteur occupe un canal de fréquence à large bande pour faire passer ses propres images.

Dans un canal, on transmet un signal de luminance (ce sont les points noirs et blancs composant une image); un signal de chrominance qui contient les informations couleur, et un signal

audio qui s'applique au son.

Tous ces signaux modulent de façon différente dans le même canal et déterminant la norme d'émission.14(*)

Trois grands systèmes sont en usage actuellement dans le monde15(*):

1) N.T.S.C. Le système américain N.T.S.C. (National Television System Committee) qui a été adopté en 1952 par une trentaine de firmes américaines.

2) P.A.L. Le système allemand P.A.L. (Phase Alternative Line) qui a été mis au point par W. Brush aux laboratoires Telefunken.

3) SECAM et le système français SECAM (Sequential Couleur à Mémoire) qui a été conçu par H. de France.

Il y a eu donc principe commun à tous ces systèmes qui réside en ce qui suit: Pour obtenir une image en couleur, il faut transmettre un signal de luminance de chaque point (Y),

comme en noir et blanc, et trois signaux de couleur, bleu, vert et rouge (B, V, R). Mais il n'est guère obligatoire en fait de transmettre tous ces signaux pour les reconstituer; il existe en effet entre eux une relation connue qui est donnée par la formule: Y+0, 59V + 0,30R = 0,11B. Dans ces conditions, si l'on transmet Y, il faudra transmettre deux (2) des trois signaux R.B.V. En l'occurence, le rouge et le bleu; le troisième (le vert) sera déduit algébriquement par la formule sus-mentionnée.

Q = 0,48 (R-Y) + 0,41 (B-Y) et I = 0,74 (R-Y) - o,27 (B-Y)

La modification d'amplitude porte la saturation de la couleur; la modulation de phase porte la teinte.

Ces signaux I et Q sont transportés de manière que leur spectre s'intercale avec celui de Y.

Dans le système P.A.L., à chaque instant, un seul signal couleur est transmis par la sous-porteuse en chrominance. Il est un corrollaire en effet qu'en deux points voisins et deux lignes successives la couleur est pratiquement identique. Ces deux signaux de couleur ont transmis séquentiellement une ligne sur deux; l'information transmise étant mise en mémoire pour être utilisée pendant la ligne suivante durant laquelle elle ne sera transmise, puisque ce sera le tour de l'autre information d'être transmise, et ainsi de suite. Selon Robert Guilolien "les signaux R-Y et B-Y sont donc transmis séparément et séquentiellement, ils ne peuvent réagir l'un sur l'autre. Quoique plus délicat à mettre en oeuvre sur le plan industriel que ce concurrent, le système SECAM offre l'avantage de mieux se prêter à l'enregistrement magnétique; il est d'un usage plus aisé, puisque l'onde sous-porteuse étant modulée en modulation de fréquence, il n'a besoin d'aucun réglage particulier à la couleur, tandis que le récepteur N.T.S.C. doit être muni d'un bouton de réglage de la saturation destinée à corriger les erreurs dûes aux perturbations affectant la modulation d'amplitude de la modulation de phase et que le récepteur P.A.L. doit également comporter un bouton de réglage de la saturation.

a) La Télévision couleur

Les premiers essais de T.V. couleurs ont été présentés par Baird en Grande Bretagne. Réalisations industrielles. Le principe de la production d'images en couleurs est la même à la TV que celui qui est utilisé en photographie: On rétablit une image multicolore en superposant trois images d'une seule couleur représentant la même scène. Le bleu, le vert et le rouge sont les 3 couleurs utilisées.

C'est en 1928 que John Baird fit appel au principe classique de la trichromie. Chacune des couleurs est transmise séparément et à la réception, les trois images monochromes sont superposées pour reconstituer les couleurs de l'image originale.

La première télévision couleur a été utilisée aux Etats-Unis en 1950.

Tous ces signaux modulent de façon différente dans le même canal et déterminant la norme d'émission.16(*)

Les standards du national television System Commitee (NTSC) ont été adoptés par la Commission Générale des communications dès 1953. Le premier appareil de télévision couleur était fabriquée en 1954 et vendu aux environs de $1000. En 1964, les systèmes de télévision en couleur furent en service régulier aux Etats-Unis et au Japon; en 1966 au Canada, puis venaient le Grande-Bretagne, l'Allemagne de l'Ouest, la France, les Pays-bas, la Suisse, l'Autriche, le Mexique, les Philippines et la Thaïlande. En 1963, l'Italie, la Belgique, la Suède, le Danemark et l'Australie ont été gagnés par la télévision en couleur. En 1971, plus de 30 millions de familles américaines possédaient la télévision en couleur.

En fait, simplifions en disant que la télévision couleur serait fondamentalement le tournage d'une scène avec 3 caméras équipés respectivement de filtres colorés en bleu, vert et rouge. Ces caméras transmettraient en même temps par 3 ondes porteuses les tensions électriques recueillies. Enfin elle les ferait parvenir à trois oscillographes produisant 3 images en noir et blanc qu'on projetterait simultanément sur un écran à travers des filtres bleu, vert et rouge.

* 14- Réf. Ganz Pierre, dans Le reportage radio et télé, CFPJ, Paris, p. 82.

* 15- Réf. Lucien Jean-Bernard, dans Manuel des sciences de la communication collective, FASCH, t. 3, p. 26.

* 16- Réf. Hilgard E. et al: Introduction to psychology. Seven Edition. The mass Media. Gerber et Gross, 1976. Page 255.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net