WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Télévision haà»tienne par càóble et couleur locale ( la télé Haà»ti )

( Télécharger le fichier original )
par Joêl Lorquet
Université d'état d'Haà»ti faculté des sciences humaines - Licence en sciences de la communication collective et du journalisme 1999
  

précédent sommaire suivant

B- Présentation de la Télé Haïti

La Télé Haïti ou "Société Haïtienne de télévision par câble", est une station de télévision privée commerciale. Elle fût la première station de télévision en Haïti et la première émettant par câble dans les Antilles. Jusqu'en 1997, la Télé Haïti émettait ses programmes sur 14 chaînes dont deux (les chaînes 2 et 6) étaient en français; une chaîne d'annonces sur caractère générateur (chaîne 3); deux en espagnol et le reste en anglais. En 1998, sur les 21chaînes de la Télé Haiti, 9 étaient en français, 9 en anglais, 1 exclusivement en espagnol et deux en anglais et espagnol alternativement. Depuis le début de l'année 1999, un petit changement a été opéré dans la programmation de la Télé Haiti et sur les 21chaînes mises à la disposition du public de Port-au-Prince, on disposait désormais d'un total de 10 en français, 10 en anglais et 1 exclusivement en espagnol.

Les signaux de la Télé Haïti partent depuis ses studios au Bicentenaire à Port-au-Prince et atteignent "Fermathe" à l'est; "Truitier", au sud et le Village Tecina, au nord. Un système technique d'antenne "microwaves" serait à l'étude en vue d'atteindre également les résidents de la Plaine du Cul-de-Sac. La publicité et l'abonnement sont les principales sources de revenus de la Télé Haïti.

L'information et la distraction, l'éducation, les films et les sports, sont les principaux objectifs de la Télé Haïti. Etant une station de câblo-diffusion, Télé Haïti ne fait que redistribuer des programmes émis sur d'autres chaînes étrangères (nord-américaines, canadiennes, mexicaines et françaises) ayant signé des contrats avec certaines des stations concernées. Des programmes locaux sont également diffusés sur la chaîne 2 à des heures spécifiques.

L'entreprise est structurée en 6 départements. Ces sections se répartissent comme suit:

- L'Administration (Direction générale; service de comptabilité)

- La Direction technique (Vidéo; Dispatching; service d'audit; de déconnection; d'installation, de reconnection et d'extention et 15 équipes de maintenance)

- La Programmation (Opérateurs/ salle de contrôle)

- La Rédaction (Regroupe les journalistes et caméramen pour la production des informations locales et internationales)

- Le Département de Publicité

- Le Service à la Clientèle (Recouvrement; doléances)

En 1998, quatre-vingt-quatre employés travaillaient à cette station télévision privée par câble d'Haïti. Près de 13.000 foyers sont abonnés avec la station, sans oublier un nombre important de prises clandestines, ce qui constitue d'ailleurs l'un des plus graves problèmes de cette compagnie. En ajoutant les prises clandestines et en estimant qu'un téléviseur dessert en moyenne 6 personnes, certains experts évaluent que la Télé Haïti toucherait environ 150.000 téléspectateurs. A signaler que sur les 13.000 clients, 10.000 sont réguliers et à jour de paiement tandis que 3.000 sont en arriéré de paiement. De plus amples détails sur ces points sus-mentionnés sont fournis tout au cours des différents chapîtres.

Historique de la la télévision par câble en Haïti: La Télé Haïti

Très peu de documents écrits sont disponibles sur l'histoire de la Télé Haïti. Les informations que nous avons trouvées provenaient du gérant responsable de la station M. Oswald Douyon (de regrettée mémoire) qui a porté la station sur ses fonds baptismaux et de Mme. Marie-Christine Mourral Bussénius, la Directrice générale.

La Télé Haïti a été inaugurée le 13 décembre 1959. Le projet de la création de la Télé Haïti a débuté en 1959 lorsque M. Gérald Bartelt, un citoyen américain, président de la Firme "Bartelt Group" visita Haïti et prit la décision de monter une station de télévision puisqu'à l'époque aucune autre n'existait localement. La Firme "Bartelt Group" assurait à l'époque un important réseau comprenant 18 stations de télévision qui couvraient 48 états des Etats-Unis avec l'aide de plusieurs centaines de relais. Notons que M. Gérald Bartelt fut un ancien professeur d'art dramatique à l'université de Wisconsin.

M. André Apaid, un industriel haïtien, apporta sa collaboration à M. Bartelt pour la réalisation de cet ambitieux projet pour l'époque. Le Sénateur Thomas Désulmé de son côté a pris la responsabilité de mener les négociations auprès du gouvernement haïtien en vue de la signature du contrat.

Le 1er août 1959 est fondé la Société Télé-Haïti S.A., dotée d'un capital de $10.000,00, pour «l'installation et l'exploitation en Haïti d'un ou plusieurs postes émetteurs de télévision».

Le 31 août 1959, la Société privée obtenait du gouvernement haïtien le droit de retransmettre des émissions de télévision. Le point essentiel stipulé dans ce contrat est le suivant: "La Télé Haïti deviendra la propriété de l'Etat haïtien après une période de dix (10) ans".

Le montage du matériel de la station a été effectué par des techniciens américains répondant au nom de Ralph Evans et Hancy Del Muro assistés de M. Edward Gentil, un ingénieur haïtien. Dans son local situé alors à la Grand Rue en face de l'Ecole des Frères de Saint Louis de Gonzague, outre son studio, la Télé Haïti disposait à ses débuts d'un atelier de réparation des appareils récepteurs des clients. D'un autre côté, un relais de 176 pieds était placé à Boutiliers.

Etant donné qu'à l'époque, aucune autre station n'existait dans le pays, il a fallu préparer l'audience. Une firme dénommée TENASA (Télévision Nationale d'Haïti S.A.) importait des appareils récepteurs en vue de les vendre aux clients. Cela était également stipulé dans le contrat signé entre la Télé Haïti et le gouvernement haïtien. Les appareils de télévision (qui représentaient un luxe à l'époque) étaient exposés au local de la station. C'était un luxe puisqu'à l'époque, selon la dimension de l'appareil, il se vendait entre $100 à $400. Cependant, avant l'inauguration de la Télé Haïti, 400 récepteurs étaient déjà vendus.

Le jour de l'inauguration, le 13 décembre 1959, toutes les familles qui pouvaient s'acheter un récepteur de télévision étaient devant leur petit écran pour découvrir les premières images de la Télé Haïti. Les responsables de la Télé Haïti avaient placé quelques appareils dans certains restaurants, cafés et places publiques pour permettre à tout la monde de participer à cette grande inauguration.

A ses débuts, la Télé Haïti opérait sur une seule chaîne hertzienne qui était la 5 et émettait avec deux antennes, l'une à Boutilliers et l'autre sur le toît de la station à la Grand-Rue. La station ne diffusait alors quelques heures par jour, des émissions pré-enregistrées. Seuls les résidents de l'aire métropolitaine pouvaient capter les images de la Télé Haïti. En semaine, la station travaillait de 6 heures à 10 heures du soir et le dimanche de 2 heures à 6 heures du soir. Toutes les émissions passaient en différé. Le rationnement d'électricité empêchait à la station d'émettre sur une plus grande durée. A l'époque, la centrale de Péligre n'était pas encore construite. Des films en langue anglaise étaient diffusés. Les ambassades des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, d'Italie et d'Allemagne envoyaient très souvent également des films à la station.

En Mars 1965, M. Moris Rosenberg, le gérant responsable de la TENASA, devint le directeur de la Télé Haïti. Il occupa cette fonction pendant un an en remplaçant M. Apaid qui était parti en exil pour ne revenir que l'année d'après. A l'époque, la Télé Haïti fonctionnait de midi jusqu'à 9h30 du soir. De sérieuses difficultés financières obligèrent M. Rosenberg à réduire les heures de fonctionnement de la station. La Télé Haïti ne devait travailler qu'une seule fois par semaine à partir du 15 mars 1965. Entre temps, la TENASA renonça au monopole de vente d'appareils que lui conférait le contrat signé 7 ans plus tôt. La rentrée d'autres maisons commerciales dans le marché de la vente de récepteurs de télévision notamment la SHASA a permis de toucher 2000 usagers.

La naissance de la télévision par câble en Haïti

La Télé Haïti qui émettait par ondes, ne bénéficiait d'aucune subvention gouvernementale ou autre. Les problèmes économiques s'amplifiaient, surtout par le fait que d'autres commerçants se sont adonnés également à la vente de récepteurs.

Seuls les bénéfices réalisés de la vente d'appareils récepteurs et du Télé guide qui coutaît $1.00, permettait de faire face aux frais de fonctionnement. Face à l'aggravation des problèmes financiers, la Télé Haïti, visiblement au bord de la faillite, décida de remettre la station au gouvernement haïtien avant l'expiration des 10 ans prévus dans le contrat. Ne pouvant pas assurer la survie de la station, le gouvernement rejeta cette proposition et demanda aux responsables d'assurer la poursuite de la gestion de la station par tous les moyens disponibles. La solution la plus facile a été évidemment de vendre la Télé Haïti à une autre station américaine. Deux autres moyens efficaces furent également envisagés en vue de surmonter la faillite: l'émission des signaux en couleur et la câblo-distribution.

En décembre 1969, la Télé Haïti obtient une concession de l'Etat prévoyant la transmission par câbles des signaux à Port-au-Prince.

Le 30 mai 1971 la télévision par câble et les images en couleur firent leur apparition pour la première fois en Haïti. Ainsi la Télé Haïti devient l'un des premiers sinon même le premier câblo-distributeur hors d'Amérique du Nord.

Avec le câble, les téléspectateurs avaient le choix entre deux chaînes, la 2 et la 4. La Télé Haïti émettait à ce moment là de midi jusqu'à minuit. Les ambassades des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, d'Italie et d'Allemagne poursuivaient leur coopération au niveau des films avec la station. Le gouvernement canadien de son côté signa un contrat avec la Télé Haïti en décembre 1960 en vue de lui fournir des films. Télé Haïti louait en grande partie, des films produits par des américains pour la somme de $100,00 l'heure et n'avait le droit de les diffuser qu'une seule fois. Notons qu'à cette époque, une vingtaine de personnes formaient le personnel de la station tandis que M. André Apaid maintenait son poste de Directeur administratif.

Evolution de la Télé Haïti

La télévision en couleur a provoqué une augmentation de l'audience de la Télé Haïti dont les abonnés s'estimaient à 5.000 dans les années soixante-dix. L'arrivée de la TV couleur en Haïti à l'epoque a obligé tous ceux qui en avaient les moyens de s'empresser de se procurer un récepteur. Les clients s'abonnaient en payant une cotisation mensuelle de $5,00 (Gdes25,00= US$5,00 à l'époque). La Télé Haïti essayait d'améliorer ses programmes en diffusant à côté des longs métrages, des émissions culturelles et un bulletin d'informations locales et internationales était présenté le soir à 7 heures. A l'avènement de la Télévision Nationale d'Haïti en 1979, la Télé Haïti avança son bulletin de nouvelles à 6:30 p.m.

Cette bonne situation n'a pas duré pour la Télé Haïti car tout ne marchait pas sur des roulettes et quatre ans plus tard en 1975, la compagnie devait faire face à de nouvelles difficultés financières. Les problèmes pour entretenir la station commençaient tandis que de leur côté, les clients ne payaient presque plus leur abonnement. La même solution fût envisagée.

Télé Haïti a été rachetée par un groupe d'investisseurs de nationalité américaine composé notamment de M. Harry Staley, Floyd Betters, M. Edward B. Hatton et un seul actionnaire haïtien, M. André Apaid. M. Edward B. Hatton, second directeur de Télé Haïti, apporta très peu de changement à la station. Il garda le personnel mais prolongea la durée de diffusion des programmes de la station qui commençait à émettre des 10 heures du matin jusqu'à minuit. De 5.000 abonnés, la Télé Haïti atteint le nombre de 6.000 clients.

M. Edward Hatton dirigea la Télé Haïti pendant 7 ans jusqu'en 1982, lorsque certains problèmes d'ordre financier obligèrent les entrepreneurs américains à revendre la station achetée par la «Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.» (SHTS S.A.).

Pour stimuler l'audience, le nouveau groupe composé de M. Owens Boris, citoyen canadien (Mountain Cable), M. Walter et Marie-Christine Bussénius, M. Philippe Bayard (33 actions chacun), M. Clarel Chevalier et M. Pierre Brisson (ces deux derniers avaient une action chacun), modifia remarquablement la station. C'est durant cette même année que la «Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.» s'est portée acquéreur de tous les actifs servant à la câblo-distribution dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Quelques mois plus tard, la nouvelle Société abandonnait la diffusion de cassettes pré-enregistrées pour retransmettre en direct, des émissions captées par Satellites. M. Bussénius introduisit donc pour la 1ère fois dans la télévision haïtienne, l'utilisation des antennes paraboliques pour capter les signaux émis des satellites. Ce nouveau système de communication permet la réception et retransmission de stations de télévision étrangères. De deux (2) chaînes antérieurement, la Télé Haïti émettait désormais sur 5 chaînes: 2 - 3 - 4 - 5 - et 6. En plus, la station fonctionnait 24 heures su 24h. A partir de ce moment, la clientèle de la Télé Haïti a augmenté de plus de 120%. La station sélectionnait son programme à partir des nombreuses émissions reçues du Canada et des Etats-Unis. La chaîne 2 émet exclusivement en français; la chaîne 3 (vidéo texte) diffuse des annonces en français préparées sur caractère-générateur; les 3 autres chaînes (4,5 et 6,) émettent en anglais. De 1985 à 1995, la Télé Haïti émet sur 10 chaînes supplémentaires, ce qui fait un total de 15 canaux. Il s'agit de la chaîne 7 (qui retransmet la TNH), la 14 (CNN), la 15 (HBO), la 16 (RFI et TV5), la 17 (Disney Channel), la 18 (Learning Channel), la 19 (TNT), la 20 (Univision), la 21 (ABC) et la 22 (Galavision).

Formée en septembre 1981 au capital de $20.000,00, autorisée le 15 mars 1982, la «Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.» reprend quelques mois plus tard l'ensemble des actifs de la TENASA, cependant la «Télé Haïti» est gardée comme nom commercial de droit haïtien.

En juillet 1985, les premiers locaux de la station, Boulevard Jean Jacques Dessalines, sont ravagés par un incendie. La S.H.T.S. décide aussitôt la construction au Boulevard Harry Truman, (bicentenaire) à côté de ses antennes de son siège actuel où sont regroupés depuis 1986 tous les services dans un immeuble d'un seul niveau couvrant 755 mètres carrés. Elle y est logée jusqu'à date.

A noter que M. Philippe Bayard a dirigé la station pendant une année de 1982 à 1983, puis M. Walter Bussénius (de regrettée mémoire depuis octobre 2009), pendant une période de 6 mois. M. Bayard a été le premier à vendre ses actions, il fut suivit par M. Owen puis par M. Walter Bussénius; l'épouse de ce dernier achetait donc toutes les actions, ce qui lui permit de diriger seule la Télé Haïti.

Fin 1984, la société a commencé la rénovation complète de son réseau de plus de 350 km de câbles, parallèlement aux travaux de modernisation du réseau de l'Electricité d'Haïti dont elle loue les poteaux. Les travaux ont été arrêtés en juillet 1990. Le coût de rénovation du réseau de Télé Haïti d'octobre 1984 à juillet 1990 a été estimé à 1.5 milllions de dollars U.S.

Le 21 mai 1987, le Directeur d'alors, M. Walter Bussénius, renouvella la licence de fonctionnement de la Télé Haïti pour une période de 10 ans. Le Moniteur publie à cette date le texte de la nouvelle concession signée le 15 avril 1987 entre l'Etat et la S.H.T.S.

Il faut signaler que jusqu'à la création de la Télévision Nationale d'Haïti (TNH) en décembre 1979, Télé Haïti était donc la seule station de télévision du pays. C'est peut être l'une des raisons de l'attachement que lui porte ses abonnés de la zone métropolitaine depuis près de 40 ans. Produisant ses propres émissions d'information et de «talk shows», elle occupe parmi les câblodistributeurs la place de «semi-broadcaster».

En janvier 1990 le capital de la «Société Haïtienne de Télévision par Satellites S.A.» est portée de 210.000,00 à un million de dollars. Aujourd'hui, la Télé Haïti dispose d'un capital social de $1.000.000,00 (5 millions de gourdes) réparti en 5.000 actions ordinaires nominatives de $200,00 chaque. Elle est dirigée par l'ex-épouse de M. Walter Bussénius, Mme. Marie-Christine Mourral Bussénius. Un personnel de 84 salariés dont une dizaine à la salle de rédaction, travaillent dans l'entreprise en vue desservir une audience estimée à plus de 100.000 personnes dans la zone câblée de Port-au-Prince et ses environs sur une distance de 380 km de câble coaxial aérien (câble 500) et de 680 km de câble de raccordement (câble RG-6 en cuivre). La Télé Haïti déploie tous ses efforts en vue de poursuivre un développement soutenu et dynamique.

La concession de la Télé Haïti

Les relations avec l'Etat sont régies par un contrat de concession signé le 15 avril 1987 («Le Moniteur- JORH» No. 42 du 21 mai 1987) l'autorisant à «télédistribuer les signaux télévisés par câbles dans la région métropolitaine de Port-au-Prince et des environs (Delmas, Pétion Ville, Carrefour, Mariani, Boutiliers, Kenscoff, Plaine du Cul-de-Sac) « art. 2.3 utilisant les canaux NTSC 2, 3, 4, 5 et 6 dans la bande VHF (art. 7.1)

La SHTS s'engage en outre à retransmettre sur son réseau les émissions de la TNH (chaîne 8 en ondes) sur la chaîne 7 VHF (art. 7.2)

Enfin la SHTS pourra utiliser une gamme de fréquences MB (126 MHZ à 174 MHZ) pour la retransmission de 8 canaux (art. 7.3).

La Société Haïtienne de Télévision par Satellites S. A n'a:

- pas de monopole ( l'ancien contrat Télé-Haïti S.A. le prévoyait)

- pas d'éxonération de taxes et d'impôts sauf pour le matériel nécessaire à la reconstruction de son réseau (art.11.2) et 12 du contrat)

Il lui est fait obligation:

- Paiement d'une redevance de 5% des recettes brutes (art.12 du contrat)

- Spécifications techniques (art.et suivants)

-Types d'émission (art. 7, 8, 10 correspondant à art. 50 à 54 décret 1977)

-Obligation de retransmettre les émissions officielles et les communiqués du gouvernement (art. 13 correspondant aux articles 55 et 56 du décret de 1977) outre la retransmission de TNH

Enfin il est prévu la :

- Protection de la concessionnaire contre l'expropriation ou dépossession sauf disposition légale (art. 16 du décret correspondant à l'article 36 de la Constitution Haïtienne)

- et l'arbitrage en cas de contestation (art. 15 du contrat).

Les projets de la Télé Haïti

Aucune institution, qu'elle soit privée ou publique, ne saurait prospérer sans établir des projets, sans penser à préparer l'avenir. Il en est de même pour la première chaîne de télévision par câble du pays qui, en dépit des moyens précaires à sa disposition et des difficultés liées à la situation d'ensemble du pays, veut tenter d'établir des projections pour le futur en vue de faire face à certains défis éventuels. Les projets de la Télé Haïti s'établissent sur deux volets, l'un technique: l'extension du réseau; l'autre se situe dans le cadre de la programmation de la station et vise la formation à distance des télespectateurs intéressés:

précédent sommaire suivant