WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement de l'espace budgétaire au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Joseph ABANDA
Université de Yaoundé II Cameroun - Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS ) en gestion de la politique économique 2010
  

précédent sommaire suivant

4.2.2 Dépenses Publiques d'investissement par secteur

L'investissement public se diffuse dans l'économie à travers plusieurs canaux : les infrastructures, la santé et l'éducation, la production et le commerce, etc. Empiriquement, l'effet sur la croissance de l'investissement public est fonction de chaque secteur. Dans cette partie, nous allons nous intéresser à la structure de l'investissement public au Cameroun.

L'analyse des données de 2008 et 2009 nous permet de ressortir les éléments suivants :

Les secteurs jugés prioritaires représentent dans le BIP, 54,9% et 69% respectivement en 2008 et 2009. Dans ces secteurs, les infrastructures constituent le principal poste de dépenses avec 33,5% du BIP de 2008, et 30% de celui de 2009. Les dépenses d'enseignements, formation et recherche se situent en deuxième position avec 9,7% et 14,3% respectivement en 2008 et 2009. La part de la santé passe de 3,8% en 2008, à 11,7% en 2009. Ce secteur passe donc de la quatrième position en 2008 à la troisième en 2009. La part des affaires sociales passe de 0,8% en 2008 à 2,1% en 2009.

Tableau 15 : répartition du BIP par secteurs d'activités(%)

Source : MINEPAT/rapport d'exécution BIP 2008 et 2009, Calculs de l'auteur

Présenté et soutenu par Joseph ABANDA

En vue de l'Obtention du DESS en Gestion de la Politique Economique

Développement de l'espace budgétaire au Cameroun

4.2.3 Répartition du BIP par nature économique

Les deux principaux postes de dépenses d'investissement au Cameroun concernent les immobilisations corporelles et les transferts de capital, avec des parts respectives de 40,8% et 43,7% en 2009 contre 54,6% et 35,3% en 2007. Les immobilisations5 sont des biens ou des valeurs destinées à servir de façon durable l'activité de l'Etat et qui ne se consomment pas par le premier usage. De manière cumulée, les immobilisations (à l'exception des transferts de capital) représentent 64,7% du BIP 2007, 69,1% de celui de 2008 et 56,3% de celui de 2009. L'effort à faire est de porter autour de 75% la part des immobilisations dans le BIP.

Le tableau ci-dessous détaille ces évolutions.

Tableau 16 : répartition du BIP par nature économique

Années

Frais amortissables
et immobilisations
incorporelles

Terrains

Immobilisations corporelles

Immobilisations sur
fonds de contrepartie

Titres de
participations

Transfert de capital

Total

En milliards de FCFA

2007

37

1

312

20

0

202

571

2008

61

2

367

29

87

244

789

2009

48

16

261

28

7

280

641

En valeurs relatives(%)

2007

6,4

0,1

54,6

3,5

0,0

35,3

100,0

2008

7,7

0,3

46,5

3,7

11,0

30,9

100,0

2009

7,5

2,5

40,8

4,4

1,1

43,7

100,0

Source : MINEPAT/rapport d'exécution BIP 2007,2008 et 2009, Calculs de l'auteur

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.