WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement de l'employabilité à  partir d'une réflexion sur la responsabilité sociale de l'entreprise

( Télécharger le fichier original )
par Nathalie Marcopoli
Conservatoire national des arts et métiers Paris - Mémoire de DESS développement des systèmes d'organisation 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.1.3 La problématique de la légitimité du concept de RSE

2.1.3.1 Développement de l'aspect théorie des organisations 6(*)

L'étude des théories des organisations relatives à la RSE conduit à se poser la question du référentiel 7(*) sur lequel reposera la conception de la RSE. Chacune de ces théories constitue un référentiel spécifique qui doit orienter la définition du champ des responsabilités et qui doit servir de base à l'entité évaluatrice. Concernant la RSE, le référentiel touche les différentes façons de positionner l'entreprise dans son environnement, la rendant ainsi plus ou moins responsable au regard de la société.

Autre question posée à travers l'étude de la RSE sous l'angle des théories des organisations : celle d'un fonctionnement conjoint de la RSE et de la performance globale possible sur le long terme et tout à fait normalisé. Deux grandes conceptions s'opposent : les théories économiques néo-classiques pour lesquelles la seule finalité que doit poursuivre l'entreprise est le profit, et les théories du courant moraliste éthique pour lesquelles l'entreprise a une responsabilité morale et se doit d'agir de manière socialement responsable. Entre ces deux visions extrêmes existent divers courants qui intègrent à différents niveaux l'entreprise dans son environnement social et admettent dés lors une convergence plus ou moins grande entre l'intérêt général et l'intérêt de l'entreprise. Il est possible de les regrouper en trois tendances :

- un courant classique, économique et libéral,

- un courant qui situe l'entreprise dans un réseau de parties prenantes ; la responsabilité de l'entreprise est basée sur la notion de contrats,

- un courant qui place l'entreprise au sein d'un environnement social dans lequel l'entreprise cherchera à développer des stratégies en cohérence avec les valeurs de la société.

Premier courant : le courant classique

Théorie néo-classique défendant la responsabilité sociétale au profit des actionnaires : cette approche est représentée par Milton Friedman et l'école de Chicago. La poursuite d'objectifs sociaux et environnementaux ne se justifie que dans la mesure où elle assure de bons résultats financiers, donc si elle sert les intérêts de l'actionnaire. Cette logique n'ayant jamais été démontrée dans les faits, il est évoqué la notion de « profit à long terme » pour justifier l'intégration d'une stratégie sociétale à la stratégie globale de l'entreprise. L'essentiel de cette stratégie porte concrètement sur le contrôle des dirigeants en vue de protéger les actionnaires (gouvernement des entreprises).

Théorie de la dépendance à l'égard des ressources : l'entreprise est soumise aux demandes des acteurs sociaux qui lui fournissent les ressources indispensables à la poursuite de son activité (ressources financières, humaines, naturelles, etc. ). La nécessité de répondre à ses attentes amène l'entreprise à poursuivre des objectifs sociétaux. Il s'agit donc d'un engagement sous contrainte. Cette théorie constitue un premier pallier de la théorie des parties prenantes.

Deuxième courant : théories intégrant la notion de parties prenantes

Théorie des parties prenantes : les parties prenantes d'une entreprise sont des acteurs intéressés par les activités et les décisions de l'entreprise (on trouvera également les notions de « parties intéressées » ou de « porteurs d'enjeux »). Les différentes définitions de ce concept engendrent la prise en compte d'un périmètre plus ou moins large d'acteurs (acteurs influencés, acteurs supportant un risque). La construction de typologies de parties prenantes permet de distinguer les parties prenantes primaires, bénéficiant d'un contrat explicite avec l'entreprise (partenaires de l'entreprise) et les parties prenantes secondaires, liées à l'entreprise par un contrat implicite ou moral (l'entreprise dans la société). Pour gérer les parties prenantes, l'entreprise les sélectionne en utilisant les critères de pouvoir, de légitimité et d'urgence. Les limites de cette théorie sont : l'idée qu'une résolution des conflits d'intérêts est possible en maximisant les intérêts de chacun ; la construction d'une vision réductrice de la responsabilité sociétale de l'entreprise qui ne prend pas en compte les parties prenantes muettes ou absentes 8(*). Cette vision segmentée sert de base à l'essentiel des travaux consacrés à la responsabilité sociale de l'entreprise.

Théorie des biens communs mondiaux : la théorie des parties prenantes est insuffisante pour traiter la problématique du développement durable au niveau mondial. Dune part, la diversité des intérêts particuliers est telle que la politique du consensus ne peut être menée ; la définition de l'intérêt collectif doit alors être donnée par un organe décisionnaire public. D'autre part, son mode de fonctionnement n'intègre pas l'existence de parties prenantes muettes ou absentes, ce qui est incohérent avec la notion de responsabilité de l'entreprise dans le cadre d'un développement durable, telle qu'elle a été définie par les Nations unies depuis le sommet de Rio en 1992. Le développement de la notion de « biens communs mondiaux » indispensables à la survie des sociétés humaines permet une meilleure approche du développement durable à l'échelle planétaire. Le travail autour de la responsabilité sociétale consiste alors en une préservation et un développement de ces biens communs de l'humanité.

La théorie des biens communs mondiaux est une théorie intéressante car il est possible de mettre en oeuvre certains principes à l'échelle de la planète, ce qui est bien moins envisageable avec la théorie des parties prenantes. Dans le cadre de la théorie des parties prenantes, plus nous raisonnons au niveau global, plus nous devons opérer une sélection des parties prenantes afin de ne pas être submergé par leur nombre, d'où la vision segmentée de la responsabilité sociale à laquelle fait référence l'auteur. La théorie des biens communs mondiaux permet au contraire de faire agir l'ensemble des hommes en vue de la sauvegarde d'un bien donné, sans passer par l'étape d'identification et éventuellement de sélection des parties prenantes. Cette théorie facilite l'action collective de grande envergure. Au lieu de rechercher les spécificités des attentes de chacun pour les satisfaire au mieux au sein d'un consensus, la théorie des biens communs mondiaux conduit à identifier les attentes communes (concrétisées par la notion de biens communs) et à mettre en oeuvre (sans nécessité de compromis ou consensus) la réalisation de ces attentes. Nous noterons que cette théorie peut s'appliquer de la même façon à n'importe quel périmètre plus restreint que la planète, ce qui constitue un autre de ses avantages.

Théories de la responsabilité sociétale des entreprises : 3 théories sont identifiables. La théorie « Business and Society » : l'absence de frontière entre entreprise et société et la multiplicité de leurs interactions que l'on peut traduire par l'existence d'un contrat moral justifient l'exercice d'un contrôle social par la société. La théorie du « Social Issue Management » fournit des outils de gestion pour intégrer la dimension sociale à la stratégie de l'entreprise. La théorie « Business Ethics » prête à l'entreprise un statut d'agent moral qui lui donne une responsabilité morale.

Les premier et deuxième courants sont basés sur l'idée que le consensus entre entreprise et parties prenantes est possible par l'établissement de contrats justes.

Troisième courant : le courant sociologique

Dans l'approche sociologique néo-institutionnelle, l'entreprise est intégrée à la société et elle recherche en permanence une légitimité au sein de cette dernière. Cette légitimité est institutionnalisée dans la mesure où la société a établi des exigences, des normes sociales et culturelles que l'entreprise doit respecter si elle veut acquérir cette légitimité. Ce comportement est omniprésent et non mesurable. Avec l'habitude, il peut n'être qu'apparence et ne pas correspondre à la réalité des activités de l'entreprise. Trois types de comportement sont possibles pour l'entreprise : la conformité totale et partielle (contrôlée par les contraintes légales, les contraintes normatives ou les contraintes mimétiques) ; l'évitement (par la construction d'une image de conformité) ; la manipulation (par l'exercice d'une influence sur les pressions institutionnelles et les évaluations).

Globalement, nous retiendrons qu'il existe deux paradigmes relatifs aux liens entre entreprises et sociétés :

- une approche par les contrats

- une approche par l'encastrement de l'entreprise dans un réseau social

Tableau de synthèse de la RSE sous l'angle des théories

 

Courant classique

Courant des parties prenantes

Courant sociologique

Théorie...

néo-classique

de la dépendance à l'égard des ressources

des parties prenantes

des biens communs mondiaux

de la responsabilité sociétale des entreprises

sociologiques néo-institutionnelles

Concepts utilisés / idées

profit à long terme

acteurs détenteurs de ressource

partie prenante (PP)

biens communs mondiaux (BCM)

Rôle moral, social de l'entreprise

légitimité

Postulats / hypothèses

la seule finalité de l'entreprise est la maximisation des profits pour les actionnaires

l'entreprise est soumise à des demandes des acteurs sociaux détenteurs de ressources indispensables à l'entreprise

l'entreprise est environné de PP ayant des attentes sociétales et environnementales spécifiques

il est possible de définir un ensemble de BCM sur lesquels l'entreprise a un impact

l'entreprise a un statut d'agent moral qui l'amène naturellement à intégrer des principes de RS

l'entreprise est totalement intégrée dans la société et doit acquérir une légitimité

 

il est possible de satisfaire les principes de RS par l'établissement de consensus s'appuyant sur des contrats justes

 

Principes de fonctionnement vis-à-vis de la RS

développement d'actions sur le contrôle des dirigeants

développement d'actions de RS en accédant à ces demandes

développement d'actions de RS en contentant les PP

développement d'actions de RS en cohérence avec la notion de BCM

développement d'actions de RS en respect du rôle social de l'entrep.

développement d'actions de RS en fonction des attentes de la sté

Finalités ...

... de l'entreprise

développer le profit des actionnaires

... de l'entreprise

assurer la survie de l'entreprise

... de l'entreprise

faciliter le développement de l'entreprise par la satisfaction des PP

... de la société

assurer une meilleure prise en compte des attentes des PP

... de l'humanité

assurer le maintien et le développement des BCM

... de la société

faire en sorte que l'entreprise ne détériore pas la qualité de vie sociétale et environnementale

... de l'entreprise

obtenir une légitimité

... de la société

faire respecter les valeurs dominantes de la société par l'entreprise

Conception du lien entre entreprise et société

un lien entre l'entreprise et la société s'il permet d'engendrer de bons résultats financiers

un lien existe entre l'entreprise et ses fournisseurs de ressources indispensables à son activité

un lien existe entre l'entreprise et ses parties prenantes

un lien existe entre l'entreprise et la société

un lien existe entre l'entreprise et l'ensemble de la société

un lien existe entre l'entreprise et l'ensemble de la société

Définition des bases du référentiel de responsabilité

l'entreprise est responsable de ses impacts sur la société dans la mesure où cette responsabilité permet un meilleur niveau de profit des actionnaires

l'entreprise est responsable de ses impacts sur la société dans la mesure où cette responsabilité permet l'obtention des ressources indispensables à son activité

l'entreprise est responsable de ses actes dans la mesure où ils engendrent des conséquences sur les parties prenantes, dont les attentes doivent être prises en compte

l'entreprise est responsable de ses actes dans la mesure où ils engendrent des conséquences sur les BCM, dont la sauvegarde doit être assurée

l'entreprise est responsable de ses actes dans la mesure où ils sont contraires à la morale et l'équilibre social, dont les valeurs doivent être défendues

l'entreprise est responsable de ses actes dans la mesure où ils impactent sa légitimité dans la société et où ils doivent respecter les valeurs dominantes de la société

* 6 Les éléments de ce paragraphe ont été développés à partir de l'ouvrage de M.Capron, F.Quairel-Lanoizelée, op.cit., 2004, p92

* 7 Voir paragraphe 2.1.1.1 concernant cette notion

* 8 Y. Biefnot, Y. Pesqueux, L'éthique des affaires, Editions d'Organisation, Paris, 2002

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.