WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La commercialisation de la mangue bio du Mali: perspectives de développement

( Télécharger le fichier original )
par Boubacar TRAORE
Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux - Master complémentaire 2008
  

précédent sommaire suivant

PARTIE : II

ANALYSE DES CHAINES D'APPROVISIONNEMENT MANGUE BIOLOGIQUE

33

CHAPITRE 4 : LE DIAGNOSTIC ACTUEL DE LA CHAINE
D'APPROVISIONNEMENT MANGUE BIO DU MALI ET SON BENCHMARKING

I. Objectifs

Les objectifs de ce chapitre sont de :

Délimiter la chaîne d'approvisionnement mangue bio du Mali,

Identifier les principaux acteurs de la chaîne d'approvisionnement mangue bio à travers leurs rôles,

Déterminer les difficultés pratiques rencontrées par ces acteurs, Analyser les comptes financiers de ces acteurs,

Faire l'analyse des Atouts, Forces, Opportunités et Menaces (AFOM en Anglais SWOT) de la chaîne d'approvisionnement mangue bio.

II. Méthodologie

Pour atteindre les objectifs, il a été fait une revue documentaire et des collectes de données auprès des principaux acteurs de la chaîne. Avec un échantillon raisonné de 9 producteurs de mangue bio du bassin de Sikasso (dont 6 de la coopérative de Sibirila et 3 de la coopérative de Doussoudiana), 2 exportateurs (AOM du Mali et Fruiteq du Burkina Faso), 2 structures techniques d'appui (Helvetas, PCDA), et 3 pisteurs, le travail a été réalisé en deux mois (du 15 février au 14 avril 2008). Des questionnaires ont été soumis aux différents acteurs et des interviews auprès d'eux ont complété le dispositif d'enquête.

L'analyse des résultats a permis de faire la description du produit, des itinéraires, des acteurs, des opérations, des flux, de l'environnement institutionnel, des interventions d'ONG et de l'État. Le fonctionnement de la chaine d'approvisionnement mangue bio, à travers les liens (horizontal et vertical) entre les acteurs a été analysé aussi. Pour l'analyse financière, les comptes d'exploitation du producteur et de l'exportateur ont été élaborés.

A partir des leçons apprises au Maroc et Burkina Faso (chapitre 6), des recommandations de stratégies ont été formulées pour corriger les écarts de compétitivité s'ils existaient afin de mettre à niveau la chaine d'approvisionnement mangue biologique du Mali (chapitre 7).

III. Résultats et discussion

1. Définition et délimitation de la chaîne d'approvisionnement mangue biologique du Mali

La chaîne d'approvisionnement ne saurait être comprise sans que la notion de filière soit définit. Alors disons d'emblée que la filière n'a pas une définition standard admise par tous. Sa définition est très souvent fonction de l'objectif du chercheur.

Ainsi, La filière en tant que méso économie est un sous ensemble de l'économie qui est composé d'un ensemble d'acteurs et de transactions relatives à un produit et à ses transformations, (P. Hugon, 1998).

34

La filière se définit aussi comme une succession de stades de production liés par des flux physiques ou encore un ensemble organisé d'acteurs autour de relations verticales, (Loïc Sauvée, 2007).

Une filière peut posséder en son sein une ou plusieurs chaînes d'approvisionnement et une ou plusieurs chaînes de valeur en même temps.

Dans cette étude pour plus de facilité d'analyse et de délimitation de l'objet d'étude,

l'approche chaîne d'approvisionnement (supply chain en Anglais) a été préférée à l'approche filière.

La chaîne d'approvisionnement se définit comme un « ensemble de procédures et de logiciels permettant de gérer de façon optimale la totalité des flux d'information, des flux physiques et des interfaces entre les différents acteurs, producteurs et fournisseurs qu'implique la fabrication d'un produit ou l'offre d'un service. Ils se basent sur les renseignements concernant la demande jusqu'aux données nécessaires à la distribution, en passant par la conception et la production proprement dite. »18

Au Mali la filière mangue possède plusieurs chaînes d'approvisionnement avec des degrés de spécialisation différents. Il s'agit entre autres des chaînes d'approvisionnement mangue conventionnelle export avion, mangue conventionnelle export bateau, mangue bio export bateau, mangue conventionnelle export régional, mangue marchés locaux. Il peut donc en exister autant de chaînes d'approvisionnement qu'il y'a d'opérations organisées pour un marché bien précis.

Quant à la chaîne de valeur, elle se définit comme un ensemble d'activités principales et de soutien d'une entreprise ou d'un groupe d'entreprises mis en oeuvre pour créer la valeur ajoutée. Josée Vincelette 19 la définit ainsi « mode de gestion qui relie étroitement quelques partenaires dans une chaîne en particulier dans le but de répondre à un besoin précis du marché ».

Ceci étant, l'étude a identifié deux chaînes d'approvisionnement de mangue biologique. Les Contours de ces deux chaînes sont représentés dans les figures 7 et 8.

a) La chaîne d'approvisionnement mangue bio équitable (figure 7) : Helvetas - Mali en appui aux bureaux privés a initié, encadré et accompagné les producteurs de Doussoudiana et de Sibirila dans leur reconversion en producteurs de mangues bio, leur mise en relation avec d'autres acteurs notamment l'exportateur, etc.

· Sibirila Pisteurs de Fruiteq au

Producteurs Pisteurs Exportateur

· Doussoudiana Sikasso Burkina Faso

Figure 7. La chaîne d'approvisionnement mangue bio équitable du Mali

18 http://www.agrojob.com/dictionnaire/definition-Cha%C3%AEne-d-approvisionnement-Supply-chain-2638.htm consulté le 14.05.08

19 Mme Vincelette est conseillère en chaine de valeur, principale responsable de l'initiative chaine de valeur du Québec (Canada).

35

b) La chaîne d'approvisionnement mangue bio uniquement (figure 8) : l'exportateur AOM avec le soutien de l'US AID et IFCD Mali a sensibilisé et convaincu certains producteurs de Sikasso à se lancer dans la production de mangues bio. L'AOM en collaboration avec le bureau d'étude GREFA a accompagné les producteurs jusqu'à leur certification. Ici, c'est l'exportateur malien qui est à la base de l'organisation de la filière avec l'appui de l'US AID et l'encadrement du GREFA.

Producteurs

Sikasso

Pisteurs

Pisteurs

Sikasso

Exportateur

Sikasso

Figure 8. La chaîne d'approvisionnement mangue Bio du Mali

2. Analyse fonctionnelle de la chaine d'approvisionnement mangue bio du Mali 2.1 La production

de

AOM à

Le rendement annuel des vergers de mangue bio du Mali est de 5 à 6 tonnes par hectare. La production malienne de mangues certifiées biologiques en 2007 était de 1 600 tonnes dans la zone Sikasso20 et environ 300 tonnes dans la zone de Bougouni et 700 tonnes dans la zone de Yanfolila. Ce potentiel est amené à croître quant on sait qu'il y a d'autres vergers qui ont commencé le processus de reconversion. Il faut noter que toute la production certifiée bio n'est pas de qualité export marché international, il y a les écarts de tri de la production qui sont écoulés sur le marché local.

En 2005 dans les zones de Bougouni et Yanfolila, ils étaient 11 producteurs certifiés bio regroupés dans une coopérative. En 2006, c'était 45 producteurs dans 2 coopératives. Actuellement, c'est plus de 100 producteurs répartis entre 2 coopératives. Cette évolution augure de perspectives meilleures pour la production.

Relations entre producteurs et autres agents :

Ils produisent les mangues bio, sont organisés en coopérative, vendent leurs produits aux pisteurs. Il existe un contrat entre producteur et exportateur, mais leur lien physique n'est pas direct. L'exportateur envoie le pisteur avec de l'argent et les matériels de cueillette chez le producteur et celui-ci revient avec les mangues dans la station de conditionnement de l'exportateur. Les producteurs sont encadrés et appuyés financièrement par des structures techniques d'appui, les prestataires privés et les exportateurs.

20 D'après Mouctar Fofana, Directeur de la société AOM, c'est AOM qui a organisé et accompagné les producteurs à la certification.

36

Le dénombrement des réponses à la question : « Quelles sont les principales difficultés que

vous rencontrez dans la production et la commercialisation de vos mangues ? » a donné les éléments ci-après.

Les principales difficultés rencontrées par les producteurs :

> Surveillance du verger contre les animaux au moment de la cueillette

> Pénurie de main d'oeuvres

> Rôle de la coopérative

> Exclusivité à un seul exportateur (contrat)

> Période d'achat

> Mouche du fruit

> (Pas de difficultés parce que nouveau verger, mais travail minutieux, beaucoup d'adventices)

> Trouver vite des exportateurs

> Difficultés de recouvrement des sous

> Relations souvent tendues entre les pisteurs et les producteurs à cause de la méthode du choix des mangues à cueillir

> Pénibilité des travaux d'entretien du verger

> Problème d'adventices

> Relations entre les producteurs eux même

> Toute la quantité cueillie par le pisteur n'est pas prise par l'exportateur

La production de la mangue bio est soumise à une organisation bâtie autour des exigences et spécificités de l'AB.

Organisation de la certification AB :

Les producteurs désireux de convertir leurs vergers conventionnels en bio ou d'en implanter de nouveaux font la demande auprès du projet Helvetas Mali. Ensemble Helvetas et prestataires privés élaborent le canevas de reconversion suivant les critères du cahier de charges de l'organisme de certification Ecocert.

Les deux bureaux de prestataire privé BEACIL à Bougouni et AMS à Yanfolila font le travail de sensibilisation, de formation et d'encadrement pour accompagner les producteurs.

Le contrôle est organisé en deux types : le contrôle interne qui s'effectue au moins deux fois par an. Il est assuré par les producteurs avec l'encadrement des deux bureaux de prestataire privé. Le contrôle externe qui s'effectue une fois par an par un auditeur d'Ecocert.

Chaque producteur est inspecté individuellement mais le certificat AB est délivré collectivement à la coopérative.

37

Pour ce qui concerne la chaîne d'approvisionnement de la mangue Bio uniquement, les procédures sont identiques mais le financement et la coordination de la certification est assuré par l'AOM au lieu d'Helvetas - Mali dans le premier cas (figure 9).

Inspection de

1 fois par an

mangue

Bio

certification

(Helvetas, AOM)

bureaux privés 2

fois par an

Figure 9. Organisation de la certification Bio au Mali

l'expert d'Ecocert

Coordination et

financement des

activités de

Contrôles internes

par les

producteurs et les

L'avantage financier lié au signe AB est difficile à évaluer avec la chaîne

d'approvisionnement mangue bio équitable, puisque la prime du commerce équitable (91,82 F

CFA/kg bord verger)21 vient s'ajouter au bénéfice du signe AB. Quant à la chaîne

d'approvisionnement mangue bio uniquement, il est plus aisé d'en évaluer le bénéfice.

Vergers de

Au cours des enquêtes, la question « Qu'est-ce qui vous motiverait davantage à produire plus

de mangues bio ? » a été posée aux producteurs. En réponse, ils ont dit :

Les raisons de la motivation :

> Augmentation du prix

> Cueillette à temps

> Payement à temps

> Plus d'aides financières pour la mise en place du verger, la sécurité du verger contre

la divagation des animaux au moment de la cueillette

> Plus de demande des exportateurs

> Plus de profit

> Le respect des clauses du contrat

La principale raison qui pousse les producteurs à faire plus de mangues bio est l'argent. Sur les sept raisons évoquées par eux, cinq ont trait à l'argent.

Les Signes Officiels de Qualité (SOQ) sont une politique favorable pour les petites exploitations paysannes, les zones difficiles voire les pays pauvres. Ils mettent en valeur les pratiques locales et les produits du terroir. Selon (Hassan et al., 2006), deux conditions sont nécessaires pour que les SOQ soient un instrument de valorisation des terroirs, ils disent à propos qu'il faudrait que : « Le marché doit accorder une plus value aux produits sous SOQ,

21 Pour la mangue de l'Afrique de l'Ouest, le prix minimum du FT bord verger est de 459,12 F CFA/kg et la prime FT est de 91,82 F CFA/kg (FLO, janvier 2008). Ces prix n'étaient pas effectifs lors de la campagne de commercialisation 2007, cela pause la question de la transparence de la chaîne d'approvisionnement bio FT.

38

en plus, que cette plus value soit redistribuée en partie vers l'amont » autrement dit que les producteurs bénéficient des retombées du SOQ. Qu'en est-il pour les producteurs de la filière malienne de mangue bio ?

Du moment que leur principale motivation de production est l'argent et qu'ils continuent à en produire, il peut être admis que le bénéfice du signe leur parvient. Mais un constat ressort de leurs propos, c'est qu'ils ne sont pas tout à fait satisfaits du prix qui leur est payé.

À propos, ils disent : « Ce qui me ferait plaisir pour que j'augmente ma production est que le prix augmente f...] », « C'est le fait de mettre plus de prix au kg, et de tirer plus profit. C'est cela qui nous encourage », « bon, c'est d'avoir un meilleur prix au Kg f...] ». Qui donc profite le plus du SOQ de la mangue, sachant que le producteur n'est pas tout à fait satisfait ? Le consommateur paye un surplus pour la mangue bio, si le producteur ne ressent pas bien les retombées, ce sont les acteurs de la distribution (importateur, exportateur, GMS) qui profitent mieux de ces retombées. Cette situation peut s'expliquer par leur pouvoir de marché très fort par rapport aux producteurs.

Vu que c'est l'argent qui motive les producteurs à faire la mangue bio, deux faits pourront limiter la production au Mali :

a) Actuellement le coût de la certification bio est pris en charge par le projet d'appui (Helvetas) et l'AOM. Quand ces deux structures cesseront de payer ce coût pour les producteurs, ils auront des difficultés pour faire face à cette nouvelle charge.

b) Le développement de la logistique mangue bio va offrir la possibilité de mettre de grosse quantité sur le marché et cela va tirer les prix vers le bas. Si le prix du kg de mangue bio venait au même niveau que celui de la conventionnelle, les producteurs ne seront pas motivés pour faire la mangue bio.

2.2 Les pisteurs

Les pisteurs sont des intermédiaires entre producteurs et exportateurs qui organisent la cueillette et l'achat des mangues avec les producteurs. Ils sont au compte de l'exportateur. Ils ont reçu des formations pour cueillir les mangues qualité export marché UE, s'occupent de la logistique du verger jusqu'à la station de conditionnement. Ils sont localisés à Sikasso, travaillent avec les transporteurs pour l'acheminement des mangues à la station. Les relations entre les pisteurs et les producteurs ne sont pas toujours faciles au moment de la cueillette. Les producteurs reprochent aux pisteurs de faire un tri rigoureux des mangues et mettent en cause leurs critères de tri.

2.3 La transformation

À ce jour il n'y a pas de transformation faite sur la mangue bio du Mali. Pendant les enquêtes des femmes promotrices d'unités de séchage de mangues conventionnelles ont émis leur souhait de faire la mangue bio séchée. Des initiatives de transformation de la mangue bio peuvent constituer des solutions au problème de non commercialisation de toute la quantité produite, évoqué précédemment par les producteurs. Les écarts de tri au moment de la cueillette qui posent souvent des difficultés entre producteurs et pisteurs peuvent être valorisés en d'autres produits transformés.

La boisson gazeuse, boisson pulpeuse, confiture, sirop, bois en ébénisterie, pharmacopées, mangues séchées et vinaigre de mangue sont des produits de la transformation de la mangue

39

dont le développement assure une augmentation des flux d'échange internationaux de mangue. Le volume des exportations de mangues a grimpé de 38% principalement en raison de la croissance de la demande de produits transformés à base de mangue (FAO, 2005). Il y a là une perspective de soutenir la demande globale.

Des mangues bio séchées du Burkina Faso ont été retrouvées sur le marché européen en Belgique dans les magasins Oxfam. Oxfam est une ASBL qui travaille à combattre la pauvreté par des projets d'appui aux producteurs de mangues bio en amont, et des initiatives de commercialisation en Europe des produits issus des projets qu'elle a financés (photo 2).

Photo 2. Mangue bio séchée conditionnée par Oxfam les magasins du monde

Des opportunités d'affaire avec des ASBL et ONG existent en Europe, puisque ces dernières années les associations telles que « GEPA », « Solidarmarke », « Oxfam », « Claro, SA », « Ecological Farmers Association » vendent des fruits secs bio, (Strunden, 2004).

2.4 L'exportation

L'évolution des exportations des trois dernières années sur le graphique 9 indique une progression plus rapide de la mangue conventionnelle par rapport à la mangue biologique. Certes le bio est une niche, mais son volume d'exportation peut être amélioré encore, vu les perspectives du marché et le développement de la logistique bio qui s'installe. Le seul exportateur malien qui a une licence bio est en train de faire ses premières opérations cette année, cela améliorera dans le futur les volumes d'exportation.

40

Graphique 9. Évolution des exportations de mangues du Mali de 2005 à 2007

Comme précédemment dit plus haut, il y a deux chaînes d'approvisionnement de la mangue bio du Mali. Les deux chaînes sont organisées autour des exportateurs AOM localisés au Mali et Fruiteq au Burkina Faso.

L'exportateur Fruiteq à Bobo-Dioulasso a une évolution d'exportation (graphique 10) plus rapide que celle qui a été observée au Mali. Bien qu'une partie de ces approvisionnements proviennent du Mali, même si les mangues du Mali ne rentraient pas dans les statistiques, ces volumes d'exportation restent toujours largement supérieurs à ceux du Mali. En déduisant les quantités provenant du Mali, il restera 168 T en 2005, 506 T en 2006 et 1 000 T en 2007.

Graphique 10. Évolution des exportations de Fruiteq de 2005 à 2007

Ces exportateurs achètent avec les pisteurs qui s'approvisionnent chez les producteurs. Ils conditionnent les mangues dans leurs stations respectives, puis l'expédient en Europe. Selon les clauses du contrat avec leurs partenaires clients, ils vendent en FOB. Au Mali, c'est le FOB point de départ Sikasso et au Burkina le FOB point d'embarquement port d'Abidjan.

Les différentes fonctions de l'exportateur sont résumées dans le tableau 2 ainsi que la présence ou l'absence de(s) étape(s) du process chez les deux exportateurs respectivement au Mali et au Burkina Faso.

41

Tableau 2. Process de conditionnement et de logistique

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Conditionnement

Réception du produit

Pesage

Calibrage

o = oui

n = non

Mali&BF

Logistique

Mali

Burkina

Tri

Nettoyage

o

o

o

o

o

Palettisation

Pesage

Empotage

Pré cooling

Stockage en froid

Gestion d'intrant

o

o

o

n

n

o

o

o

o

o

o

o

o

o

o

Il ressort de l'analyse du tableau, que la logistique chaîne du froid (Pré cooling et chambre

froide) n'est pas présente chez l'exportateur malien. Ceci est une différence remarquable

pour la qualité du produit à l'arrivée du point de destination finale (Europe).

Stickage

Emballage

o

o

Expédition

Transport

o

o

Les infrastructures de conditionnement disponibles au Mali sont de deux types, les stations privées et les stations collectives.

Transit

o

La station PLAZA est une infrastructure collective construite grâce à l'aide de la coopération néerlandaise. À la PLAZA, il y a la présence d'un segment de la chaîne du froid (2 chambres de pré cooling et 2 chambres cooling) plus 5 modules de conditionnement non encore équipés de chaîne de conditionnement mécanique. Cette station répond aux standards internationaux, mais à l'heure actuelle aucun exportateur de la chaîne d'approvisionnement mangue bio n'est locataire d'un des 5 modules et la station n'a pas encore de licence bio.

Les stations de Bougouni et de Yanfolila sont aussi des infrastructures collectives qui n'ont pas de licence bio et ont du mal à faire des opérations d'envergure aussi.

2.5 Les structures techniques d'appui

Les principales structures qui interviennent dans la chaîne d'approvisionnement mangue bio sont Helvetas Mali, le PCDA et le GREFA. Elles assurent l'encadrement des producteurs, la prise en charge de la certification des vergers et l'accompagnement de tous les acteurs de la chaîne.

Helvetas Mali

Helvetas est une association suisse de coopération au développement créée en 1955 en Suisse. Elle intervient dans 22 pays à travers le monde pour la lutte contre la pauvreté. Ses domaines d'intervention sont la gestion durable des ressources naturelles, les infrastructures rurales, l'éducation et la culture, la société civile et l'État.

42

Avec le ProFil, Helvetas joue depuis 2004 le rôle d'appui financier et technique dans la chaîne d'approvisionnement de mangue bio équitable du Mali à travers l'accompagnement, la formation, l'information et la facilitation des liens entre les acteurs.

Les actions en cours et les résultats obtenus par le ProFil sont la formation et l'encadrement des producteurs de Séribala et de Doussoudiana aux techniques du mode de production de l'agriculture biologique, la prise en charge du coût de la certification des producteurs et la mise en relation des producteurs avec les autres acteurs.

Interviewé n° 5 : « au Mali, Helvetas est pionnier dans la filière biologique, d'abord à travers le coton biologique et maintenant à travers la mangue biologique. Donc nous avions formé des organisations. Nous avions d'abord identifié les organisations qui étaient susceptibles de pouvoir conduire ce processus, nous les avions formé, nous les avions mis en relation avec des exportateurs. Nous avons facilité les transactions entre producteurs, organisations de producteurs et exportateurs. Nous avons aussi facilité la formation des pisteurs, notamment sur tout ce qui est capitalisation. »

Le Programme de Compétitivité et Diversification Agricoles

Le PCDA est un programme cofinancé par la Banque Mondiale et le Mali pour la promotion des productions Agricoles pour lesquels le Mali jouit d'un avantage comparatif. Il a démarré ses activités en janvier 2007 et devrait prendre fin en 2010.

Le PCDA a identifié 9 filières (mangue, haricot vert, pastèque, gomme arabique, karité etc.) pour lesquelles le Mali peut se positionner sur le marché international. Parmi elles la filière mangue figure au premier rang. Pour une approche plus orientée vers le marché, le PCDA a détecté 5 chaines d'approvisionnement au sein de la filière mangue et travaille à lever les contraintes spécifiques pour chacune des chaines.

Bien qu'il n'y ait pas dans le programme d'interventions du PCDA des activités directes pour le développement de la chaine d'approvisionnement mangue bio, certaines activités du plan de compétitivité de la filière mangue élaboré par le PCDA ont des effets positifs sur la chaine d'approvisionnement mangue bio du Mali. Il s'agit entre autre des activités de : suivi régulier des marchés européens pendant la campagne d'exportation du Mali par des experts spécialisées en commerce des fruits et légumes sur le marché européen ; bilan de la campagne basée sur les éléments du suivi de campagne ; élaboration de référentiel technico économique pour l'implantation de nouveaux vergers ; aide incitative à l'adoption de nouvelles pratiques et technologies (irrigation, matériel de récolte, implantation de pépinières certifiées) ; mise en place et opérationnalisation d'un centre de mise en froid et logistique d'exportation par bateau à Sikasso (PCDA,2008).

Le PCDA envisage de travailler en synergie avec Helvetas - Mali pour promouvoir la production et la commercialisation de la mangue biologique du Mali.

Interviewé n° 4 : « Donc il serait très important pour nous, même si nous intervenons directement dans la filière bio, de venir en appui, en complémentarité aux actions qui existent pour le développement de la filière biologique au Mali. Sur cela je parle notamment pour la mangue biologique, je pense surtout à Helvetas qui a beaucoup travaillé sur la mangue bio au niveau de la région de Sikasso. Et nous, nous sommes un peu focalisés dans le domaine de la certification biologique et que nous venons en complément. Il y a d'ailleurs des propositions de partenariat entre Helvetas et PCDA et certainement d'autres acteurs. »

43

3. Analyse financière des comptes d'exploitation de la chaine d'approvisionnement mangue bio du Mali

Comme l'objectif n'est pas une analyse économique et financière de la chaîne d'approvisionnement mangue biologique du Mali, les comptes des acteurs en amont de la production (pépiniéristes, commerçants, etc.) et transporteurs ne sont pas pris en compte dans cette partie. Seuls les comptes des trois principaux acteurs à savoir le producteur, le pisteur et l'exportateur feront l'objet d'une analyse financière.

3.1 Le compte d'exploitation du Producteur

Les investissements nécessaires (tableau 3) pour l'implantation d'un verger de mangue bio d'un hectare sont les aménagements (défrichement, puits, trouaison), les plants, la plantation, la fumure organique, l'irrigation et les petits équipements (haches, machettes).

Tableau 3. Les investissements d'installation d'un verger de mangue bio au Mali (F CFA/ha)

Charges d'installation

Unité

Coût unitaire

Nombre
d'unité

Coût total

Défrichement

ha

10000

1

10000

Plants

pieds

247

110

27170

Fumure organique

seau

125

110

13750

Trouaison et plantation

ha

257

100

25700

Puits 10m

m

10000

3

30000

Hache

 

2000

2

4000

Arrosage

pers/an

1500

45

67500

Désherbage

ha

15000

1

15000

Machette

 

1500

2

3000

clôture avec haie morte (bois)

 

25000

1

25000

Total Investissements 221120

Le total des investissements représente le coût d'installation d'un hectare de verger de mangue bio au Mali, il est de 221 120 F CFA/ha. Il faut noter ici que ce coût est identique pour l'installation d'un verger de mangue conventionnelle.

Le tableau 4 représente les charges d'exploitation d'un hectare de verger de mangue bio. Les charges sont constituées par le labour, les entretiens (taille, balayage), le coût de la certification bio, le coût de la main d'oeuvre familiale et les amortissements.

Le coût de la main d'oeuvre familiale est assimilé au coût d'opportunité (manoeuvre salarié) de la zone de production qui est de 1 500 F CFA et il faut environ 7 jours à un producteur pour faire les entretiens22. L'ensemble des vergers d'une coopérative est certifié bio à 1 800 000 F CFA, une coopérative compte environ 150 producteurs. Le coût de la certification a été ramené à un producteur en divisant le coût global sur 150.

22 Selon une étude de terrain effectuée au Burkina Faso par Clémentine Mazières (2005), il faut 6,8 jours par un homme pour entretenir un hectare de manguier.

44

Le manguier commence à produire à partir de la 4e voire 5e année. Pendant 30 ans, il va produire son plein rendement et après le rendement commence à baisser. Donc le défrichement, les plants, la trouaison et la plantation sont amortis à 30 ans. La clôture et les puits sont amortis à 10 ans. Les petits outils sont amortis à 3 ans. Le taux d'intérêt sur immobilisation du capital investi est de 3,5 % (taux des caisses de micro finance de la zone)

Tableau 4. Le coût de production par an d'un verger de mangue bio au Mali (F CFA/ha)

Charges opérationnelles

Unité

Coût
unitaire

Nombre
d'unité

Coût total

Labour

ha

15000

1

15000

Taille

pieds

150

75

11250

balayage

ha

7500

1

7500

Main d'oeuvre (familiale)

h/j

1500

7

10500

Certificat bio

verger

6000

1

12000

Charges de structure

 
 
 
 

Amortissements

 
 
 

13512

Intérêts

 
 
 

38696

Coût de production 108458

Le coût production (CP) représente les charges d'exploitation d'un hectare de mangue bio, elles sont de 108 458 F CFA/ha.

Le tableau 5 indique les produits de vente d'un hectare de mangue bio. Le rendement du verger bio est de 5 T/ha. Sur la base des enquêtes menées auprès des producteurs de Sibirila et Doussoudiana pour la mangue bio qualité export, le prix de vente bord champ était de 1 300 francs CFA le cageot de 18 kg soit 72,2 francs CFA/kg.

3,5 T sont vendues qualité export et 1,5 T sur le marché local à 40 F CFA/kg. Le sorgho cultivé en hivernage est vendu à 85 F CFA/kg.

Tableau 5. Les produits annuels de vente d'un verger de mangue bio au Mali (F CFA/ha)

Produits

Unité

Prix unitaire

Quantité

Montant total

Mangue bio export

kg

72

3500

252700

Mangue bio marché local

kg

40

1500

60000

Sorgho

kg

85

800

68000

Total Produit 380700

Le prix de revient par kg de mangue bio = Coût total de production/Production totale Le prix de revient = 108 458 F CFA/5000 kg = 22 F CFA/kg

La marge brute du producteur par hectare = (Total produit - produit sorgho) - Coût de Production

La marge brute par hectare = 312 700 F CFA - 108 458 F CFA = 204 242 F CFA La marge nette par hectare = marge brute - (amortissements + intérêts)

La marge nette par hectare = 204 242 F CFA - 52 208 F CFA = 152 034 F CFA La production de mangue bio est donc rentable.

Les comptes d'exploitation du producteur de mangue bio et conventionnelle se différencient par le coût de la certification bio qui n'existe pas chez le producteur conventionnel et les produits de la vente qui sont supérieurs chez le producteur bio. La mangue conventionnelle qualité export est vendue à 60 F CFA/kg. Le prix du marché local demeure le même (40 F CFA/kg).

Coût de production verger conventionnel par hectare = CP verger bio - Coût de la certification bio.

Coût de production verger conventionnel par hectare = 108 458 F CFA - 12 000 F CFA

= 96 458 F CFA.

Total produit du verger conventionnel par hectare = ventes mangue conventionnelle (210 000 F CFA) + vente marché local (60 000 F CFA) + sorgho (68 000 F CFA) = 338 000 F CFA.

La marge brute du verger conventionnel par hectare = 270 000 F CFA - 96 458 F CFA

= 173 542 F CFA.

La marge nette du producteur conventionnel par hectare = 173 542 F CFA - 52 208 F CFA = 121 334 F CFA.

La différence de marge nette entre productions de mangue bio et conventionnelle est de 30 700 F CFA/ha. Le producteur bio gagne 30 700 F CFA de plus à l'hectare par an que le producteur conventionnel. La mangue bio est plus rentable que la mangue conventionnelle.

L'argent étant la principale motivation des producteurs à faire la mangue bio, ils vont continuer à produire de la mangue bio. Mais si un jour la subvention à la certification disparaissait et/ou le prix se détériorerait, la pérennité de la production serait menacée.

3.2 Le compte d'exploitation du pisteur

Le tableau 6 relatif au compte d'exploitation du pisteur indique une marge nette de 31 F CFA/kg de mangue. L'activité de pisteur est aussi rentable.

Tableau 6. Le compte d'exploitation du pisteur

Postes

 

F CFA/kg

Prix d'achat bord champ

1 300 F CFA/cageot de 18 kg

72,2

Frais de récolte

600 000 F CFA ÷ 21 000 kg

28,6

Transport

1 bâchée: 35 000 ÷ (45 cageots x 18 kg)

43,2

Total charges

 

144

Produit

kg accepté par l'exportateur

175

Marge nette

 

31

45

3.3 Le compte d'exploitation de l'exportateur

46

Sur la base d'une commande ferme de 700 tonnes qui doit s'effectuer en 3 mois de campagne de commercialisation pour le compte du Mali et 1 200 tonnes pour le compte du Burkina Faso. La durée de l'amortissement des équipements de la chaîne de conditionnement et ceux du froid est de 10 ans, pour les caisses c'est 3 ans.

Tableau 7. Structure de charges des exportateurs en F CFA/kg de mangue bio

Postes

MALI

FCFA

%

BURKINA FASO

FCFA

%

Prix Bord champ

 

72

 
 

89

 

Prix station

 

175

56

 

205

57

Conditionnement

 
 
 
 
 
 

Main d'oeuvre permanent

7 x 2291,6 F CFA ÷ 20 500 kg

0,8

0,3

6 x 3333,3 F CFA ÷ 20 800 kg

1

0,3

Main d'oeuvre occasionnelle

135 x 750 F CFA ÷ 20 500 kg

4,9

1,6

160 x 2502 F CFA ÷ 20 800 kg

19

5,3

Location station

3 x 1 500 000 F CFA ÷ 700 1

6,4

2,1

3 x 700 000 F CFA ÷ 1 200 1

1,8

0,5

Caisses

300 x 5 000 F CFA ÷ 2 500 1

0,6

0,2

500 x 6 250 F CFA ÷ 4 500 1

0,7

0,2

Amortissement équipements

60 millions F CFA ÷ 10 000 1

6

1,9

100 millions F CFA ÷ 15 000 1

6,6

1,8

sticker

au compte de l'importateur

0

0

18 F CFA ÷ 6

3

0,8

Emballages

carton 4 kg 400 F CFA ÷ 4

100

32

carton 4 kg 381 F CFA ÷ 4

95

26

Palettisation

5000 F CFA ÷ (240 colis x 4 kg)

5,2

1,7

5 000 F CFA ÷ (240 colis x 4 kg)

5,2

1,4

Frais licence Bio et assistance technique

6,25 millions ÷ 700 1

8,9

2,9

8 000 000 F CFA ÷ 1 200 1

6,7

1,9

Energie + eau

3 x 150 000 F CFA ÷ 700 1

0,6

0,2

3 x 5 000 000 F CFA ÷ 1 200 1

13

3,6

certificat phytosanitaire

30 000 F CFA ÷ 20 500 kg

1,5

0,5

15 000 F CFA ÷ 20 800 kg

0,7

0,2

Autres frais divers

forfaitaire

1,2

0,4

forfaitaire

1,2

0,3

Coût de revient à la sortie station

 

311

100

 

359

100

* le prix du kg bord champ figure dans ce tableau à titre indicatif, ne rentre pas dans le calcul

Dans le tableau 7, le prix d'achat de la mangue bio représente plus de la moitié des charges totales au Mali (56 %) et au Burkina Faso (57 %). Les coûts de conditionnement sont de 136 F CFA/kg au Mali soit 44 % des charges totales, tandis qu'ils sont de 154 F CFA/kg au Burkina Faso soit 43 % des charges totales. Le coût de la mangue bio est moins cher au Mali qu'au Burkina Faso et le coût du conditionnement est aussi moins cher au Mali qu'au Burkina Faso.

A priori, la première idée qui pouvait expliquer le coût de revient cher au Burkina est la présence des infrastructures du froid. Avec l'hypothèse que ces infrastructures du froid n'existent pas au Burkina, le coût de conditionnement revient à 141 F CFA/kg, ce qui est toujours cher par rapport au Mali.

Le coût du carton d'emballage est énorme dans les deux pays. Il de 100 F CFA/kg (soit 73,5% du coût de conditionnement) au Mali et de 95 F CFA/kg (soit 61,7% du coût de conditionnement) au Burkina Faso. L'écart est significatif à ce poste entre les deux pays.

Le coût de la location de la station de conditionnement est de 4,9 F CFA/kg (soit 3,6% du coût de conditionnement) et de 1,8 F CFA/kg (soit 1,2% du coût de conditionnement). Cette situation est paradoxale du moment que la superficie et la taille du bâtiment au Burkina Faso étaient supérieures à celles observées au Mali.

Le coût de revient sortie station de la mangue bio au Mali est plus compétitif qu'au Burkina Faso. Mais les paramètres comme la qualité du produit au point de destination et le volume

47

des exportations peuvent relativiser cette compétitivité et justifieraient le coût élevé au Burkina Faso. En effet la station burkinabé dispose d'une chambre de pré cooling et d'une chambre de cooling, les charges afférentes à ces infrastructures du froid (investissements, électricité) n'existent pas au Mali.

4. Analyse AFOM

Le bilan de la chaine d'approvisionnement mangue bio du Mali se résume ainsi :

Atouts :

Faiblesses :

Disponibilité de terre

faible rendement des vergers

Climat et sol favorables à la

Ressources financières insuffisantes

production de mangues

des acteurs de la chaîne

Reconversion des vergers facile

Absence de bureau de certification et d'auditeurs qualité national

Appuis techniques et financiers de projets étatiques et non étatiques

Un seul exportateur qui manque de chambre de pré cooling et de cooling

Dynamique d'implantation de

nouveaux vergers de mangues bio

Insuffisances d'informations sur marché

Producteurs motivés

 
 

Offre inadaptée au moment de la demande

 

Absence d'unités de transformation

 

Pénurie de main d'oeuvre par moment

Opportunités :

Menaces :

Marché en croissance en Europe

Concurrence des pays latino

Qualités organoleptiques de la

mangue bio du Mali appréciées par les consommateurs

américains

Nouvelles exigences des

Développement de logistiques de

consommateurs (empreinte

fruits et légumes biologiques

écologique)

 

Saturation par moment des marchés

 

Mouche des fruits

48

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.