WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'élaboration d'une base de données informatisées pour l'analyse et la gestion environnementale des exploitations minières au bénin


par S. B. Mondoukpè Lagnika
École Polytechnique d´Abomey Calavi (EPAC) - Ingénieur de travaux 2004
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE II: PRESENTATION GENERALE DES DEPARTEMENTS DU MONO ET DU COUFFO

· Les formations des zones marécageuses: Ces formations végétales rencontrées sont essentiellement édaphiques. On y rencontre des palmeraies, des bananeraies, des champs et, par endroits, des plantations. Les espèces souvent rencontrées sont: Nymphea lotus, Pycreus lanceolatus, Leersia hexanra, Oryza barthii, Ipomoea aquatica, Macaranga barteri, Azolla africana, Lemna pauciostata, Artocarpus communis, Triplochiton sclerozylon, Tectona grandis, Terminalia superba, Azadirachta indica, Elaeis guinensis, etc.

Sur le littoral se dresse une végétation de Cocos nuciféra (cocotiers) à l'ombre desquels poussent par endroits quelques espèces rudérales.

É Les forêts: Elles ne sont souvent que des îlots de forêts "fétiches". Elles sont

colonisées par des espèces comme Dialium guinense, Cola cordifolia, Adansonia digitata, Milicia excelsa et Ficus congensis.

É Les mangroves: Elles sont plus ou moins rares aujourd'hui et se retrouvent

souvent dans les zones du littoral.

É Les champs et jachères : ils représentent un autre aspect de l'expression

de l'action anthropique et les espèces ligneuses rencontrées sont celles épargnées à cause de leur importance socio-économique.

Les espèces le plus souvent cultivées sont : Zea mays (maïs), Lycopersicum exculentum (tomate), Pascicum annum (piment), Hibiscus exculentus (gombo), Ipomoea batatas (patate), Cajanus cajan (pois d'angole), Vigna unguculata (haricot), Manihot exculenta (manioc), etc.

On note aussi d'autres espèces comme: Elaeis guinensis (palmier à huile), Imperata cylindrica (chiendent), Bligia salpida et accessoirement Azadirachta indica (neem).

2-2-1-4-2- Les ressources fauniques

Le département du Mono dispose d'un habitat qui même anthrophisé, possède encore quelques niches abritant une faune de mammifères non aviaire et aviaire. Perturbée et menacée à la fois sur l'ensemble de son aire, la faune de mammifères utilise les palmeraies et les savanes dégradées comme domaine écologique de protection.

La faune est donc composée de reptiles, d'une diversité d'oiseaux, d'animaux domestiques, de petits gibiers (Cricetomys gambianus (rat de gambie), Thrynomys swinderianus (aulacode), etc.) et quelques espèces comme Sylvicapra grimmia (céphalophe de grimm) et Tragelaphus scriptus (guib harnaché). Les plans d'eau accueillent eux aussi une faune aviaire locale assez diversifiée composée de: Alcedo leucogaster (martin pêcheur), Jacana jacana (jacana), Dendrocygna viduata (dendrocygnes), Bubulcus ibis (hérons) et quelques reptiles Vipera sp. (Vipère) et Python sp. (Python). Il existe des hippopotames qui migrent à travers les différents plans d'eau en fonction des saisons et qui doivent leur survie à la réputation d'animaux mythiques que la population locale leur a attribuée, alors que les crocodiles eux, ont été décimés dans la plupart des plans d'eau.

Il existe aussi une faune aquatique dont certaines espèces sont en voie de disparition telles que: Hepsetus odoe, Synodontis sp., Gymnarchus niloticus, etc. Les espèces retrouvées appartiennent aux familles des Cichlidae, Cyprinidae, Clariidae, Anabantidae, Channidae, Mormyridae, Polypteridae, etc.

Sèmirath LAGNIKA 19 Année 2003-2004

précédent sommaire suivant