WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réalisation d'un espace collaboratif de partage d'informations d?un milieu rural en ligne: cas du groupement de Kaniola par Facebook

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel BIRHASHWIRWA
Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu/ISP-Bukavu - Licence en Informatique de Gestion  2015
  

précédent sommaire suivant

ABSTRACT

The present study has investigated into the use of new technologies of information and communication (NTIC) in order to solve some social problems. The very problem under investigation here is that of a negative image conferred to Kaniola Grouping in Walungu territory after noticing that this grouping has been subject to human rights violations during the different wars that have invaded the DRC. The image that people tend to keep about Kaniola is the image of a dangerous place where life seems to be impossible since a number of years. However, nowadays, Kaniola grouping does no longer face such problems. On the contrary, life has taken such improvement that it is worth living in Kaniola or undertaking such or such other activities in Kaniola. In this respect, the aim of this study has been to set up a social page on «Facebook», a worldwide social network. This page could obtain the adhesion of different members of Kaniola Community so as to share ideas, opinions and communicate on important issues about Kaniola grouping in order to provide the true image of target grouping and show how life has improved to a great extent in that area.

ERRATUMS

0. PROLEGOMENES

0.1. NOTIONS

Le monde s'accélère et se rétrécit : une vision dynamique s'appuyant sur les grandes tendances de l'évolution est indispensable pour comprendre ce qui va se passer même à très court terme grâce à l'informatique. C'est ainsi qu'une nouvelle vague des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC) Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication appelée outils collaboratifs en ligne apparaissent par le biais d'Internet - l'autoroute de l'information. Ainsi, le monde tend vers des mutations brusques et se socialise rapidement grâce à ces outils collaboratifs en ligne qui sont des réseaux sociaux pour l'édification de la société du XXIe siècle considérée comme la Société du savoir. C'est suite à cette nouvelle vague que certains Chefs d'Etats et de Gouvernements réunis à Genève du 10 au 12 Décembre 2003 et du 16 au 18 novembre 2005 à Tunis dans le cadre du « Sommet Mondial sur la Société de l'information1(*) », ont reconnu l'importance des NTIC pour leur nécessité dans la vie quotidienne.

En effet, les NTIC dont on parle aujourd'hui de plus en plus, ont envahi tous les secteurs de l'activité humaine pour le développement intégral et durable. Ces NTIC ont fait l'objet d'un intérêt grandissant, tant de la part des autorités politiques que des spécialistes voire même des simples internautes. Disons que les NTIC, dont les réseaux sociaux, apparaissent aujourd'hui comme un moyen important de développement et de réduction de la pauvreté et de l'ignorance de façon continue. On voit différentes classes de la société s'en approprier pour divers usages : scientifiques, politiques, économiques, publicitaires, médiatiques, évangéliques...

Bien que ces réseaux soient présents et utilisés dans presque tous les pays du monde, le niveau des réseaux sociaux reste inégal d'une région à une autre, d'un pays à un autre, entre le Nord et le Sud en voie de développement. De toutes les façons, l'Afrique reste le continent le plus défavorisé en matière de ces réseaux. Des études révèlent des tendances d'évolutions prometteuses mais aussi des ruptures et de fortes inégalités.

A l'instar de la plupart des pays Africains, la RDC accuse un retard en matière d'utilisation d'Internet. Mais, malgré son retard en matière de l'autoroute de l'information, la RDC a connu, au cours de cette dernière demi-décennie, une évolution remarquable dans le domaine d'Internet - des outils collaboratifs en ligne. L'enseignement supérieur et universitaire apparait comme l'un des secteurs des sociétés congolaises modernes qui ont bénéficié de ce changement soudain et important de ce siècle du Savoir. Il ne se passe plus même une demi-heure qu'on ne trouve, même en plein auditoire, un étudiant sur dix connecté à Internet, en l'occurrence connecté au réseau Facebook (pour des telles ou telles autres raisons).

Néanmoins, ce changement soudain et important de ce siècle du Savoir ne devrait pas être bénéfique aux seuls évolués. Sinon le terme siècle du Savoir n'aurait plus son sens premier qui est celui de : « La connaissance pour tous en ne laissant plus aucun sur le chemin de savoir ». D'ailleurs, c'est ce qui justifie la Vision du Monde de KOUM2(*) et de ZUCKERBERG3(*) qui est d'abord d'apporter des communications à ceux qui n'y ont pas d'accès. Ensuite, l'accès aux télécommunications est un droit humain fondamental. Et enfin, rester en contact et pouvoir s'envoyer des messages sans dépenser beaucoup d'argent devrait être garantis à tous de façon en permanence.

A cette Vision du Monde de KOUM et de ZUCKERBERG, la Constitution de la RDC y apporte un soutien lumineux. En plus, ce trio est complété nettement par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Au fait, à son article 23, la Constitution de la RDC renseigne que « Toute personne a droit à l'information. Ce droit implique la liberté d'exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l'écrit et l'image. » Cette disposition légale de la RDC est complétée par l'article 19 de la DUDH en ces termes : « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. » Ces différentes dispositions légales, ces conventions internationales se rapportent au droit à l'information et à la communication par les différentes populations du monde, sans discrimination, constituent le jalon de notre étude. Celle-ci se rapporte à l'accès et au partage des informations par les populations de Kaniola via le réseau social Facebook.

* 1 http://fr.wikipedia.org/.../sommet_mondial_sur_la_société_de_l'information

www.itu.int/wsis/index-fr.html (SMSI) consulté le 10 juillet 2014

* 2 Jam KOUM, concepteur de WhatsApp

* 3 Mark ZUCKERBERG , PDG et Fondateur de Facebook

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !