WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réalisation d'un espace collaboratif de partage d'informations d?un milieu rural en ligne: cas du groupement de Kaniola par Facebook

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel BIRHASHWIRWA
Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu/ISP-Bukavu - Licence en Informatique de Gestion  2015
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE QUATRIEME : INITIATION AU RESEAU SOCIAL FACEBOOK

4.1. INTRODUCTION

Avec les résultats dans les deux chapitres précédents - la formation d'un noyau de pilotage de la Page Tout sur Kaniola comme mentionné dans le chapitre deuxième et les résultats du troisième chapitre, il nous est recommandé de rendre opérationnel l'espace Tout sur Kaniola afin que son interface puisse servir pratiquement aux travaux collaboratifs en ligne.

Facebook est un réseau social grand public de l'héritage du Web 2.0. Il est un réseau collaboratif en ligne qui permet à ses utilisateurs de publier du contenu et d'échanger des messages. Deuxième site web le plus visité au monde après Google. Il compte aujourd'hui, selon les résultats de 2014, environ 1,4 milliard d'utilisateurs actifs16(*).

Comme application de réseau social, Facebook permet à ses utilisateurs d'entrer des informations personnelles et d'interagir avec d'autres utilisateurs. Les informations susceptibles d'être mises à la disposition du réseau concernent l' état civil, les études et les centres d'intérêt. Ces informations permettent de retrouver des utilisateurs partageant les mêmes intérêts. Ces derniers peuvent former des groupes, des pages et y inviter d'autres personnes. Les interactions entre membres incluent le partage de correspondance et de documents multimédias.

Chacun peut créer des pages d'intérêts avec des collaborateurs autour de sujets précis. Facebook permet à ses utilisateurs de suivre des pages et donc des thèmes précis par la mention "J'aime". Lorsque vous cliquez sur cette mention « J'aime » d'une page, vous devenez directement membre de celle-ci, et donc vous pouvez partager son contenu ou y publiez votre propre contenu. Il paraît alors que cette pratique puisse être étendue au-delà du simple cadre des relations interpersonnelles. Ainsi, on constate que beaucoup d'étudiants et d'enseignants créent des groupes Facebook autour de projets menés au sein de leur cursus et qui permettent un partage facile et massif de l'avancement du travail et des connaissances engrangées sur le sujet. Il apparaît donc intéressant d'étendre l'utilisation de Facebook à des fins professionnelles. Quant aux communautés ou entités administratives comme ecclésiastiques, les pages Facebook permettent la collaboration, l'échange, la rencontre des cultures, le développement... S'agissant des entreprises, la création de pages peut servir à capitaliser les connaissances de l'entreprise autour d'un sujet et d'un thème précis d'un produit ou d'une marque. Facebook joue aussi un rôle capital de rapprochement des gouvernants aux gouvernés : certains responsables politiques choisissent Facebook pour communiquer au quotidien avec leurs compatriotes et aussi avec l'extérieur.

Facebook permet, grâce à la compilation des centres d'intérêts affichés par l'utilisateur, de proposer une sélection de pages et groupes susceptibles d'enrichir le champ de connaissances de la personne considérée. Cet outil permet d'ajouter une dimension transversale à la circulation des connaissances entre les services, contribuant à émuler la communication. La conservation des pages et groupes étant illimitée dans le temps, Facebook assure également l'aspect « pérennité » des projets, si cruciale dans tous les domaines.

* 16 www.duperrin.com/.../les-reseaux-sociaux-grand-public-sont-ils-vraiment-centres-sur-l'utilisateur/ visité le 18 septembre 2014

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.