WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'armagnac, un produit d'avenir?


par Floran Bayle
Université Paul Cézanne - Aix-Marseille III  - Institut d'études politiques 2007
  

précédent sommaire suivant

1.2.2.2 Les autres organisations (syndicats représentatifs, associations,)

Les autres organisations ne jouent qu'un rôle secondaire. Diverses, aux activités ponctuelles ou temporaires, elles ne peuvent être considérées comme jouant un rôle essentiel dans le monde de l'Armagnac. Elles n'en restent pas moins des acteurs indispensables au bon fonctionnement de la filière. Loin d'être exhaustif, nous présenterons diverses formes d'organisations collectives.

-Les syndicats professionnels

Les deux syndicats réunissent respectivement les deux familles de l'Armagnac : le syndicat professionnel des producteurs et le syndicat professionnel des négociants. Leur rôle s'exprime au sein du BNIA principalement qui coordonne les actions collectives. Au sein de chaque structure les intérêts divergent. Les négociants ne pas tous sur le même segment d'offres, ni les mêmes marchés et ne souhaitent pas les mêmes communications pour l'Armagnac. De même, le syndicat des vignerons comprend des producteurs favorables à des structures communes et d'autres veulent garder leur indépendance. Les groupes d'intérêts dépassent le simple clivage producteurs/négociants. Une logique bipolaire ne permet pas de décrypter la prise de décision au sein du BNIA.

-Les associations de promotion

33

D'autres organismes ont pour objet de la promotion de l'Armagnac. La compagnie des mousquetaires, co-gérée avec le BNIA favorise la promotion de l'Armagnac au travers d'une confrérie où sont intronisés les connaisseurs et des personnalités comme Le Roi Albert de Monaco dernièrement.

1.2.3 Les acteurs parallèles, une filière très encadrée

La spécificité d'un produit éthylique et l'importance de son implantation régionale impliquent d'autres acteurs publics ou parapublics. Sans rentrer dans les détails de leurs rôles spécifiques et des interactions avec les différents opérateurs, il nous semblait essentiel de présenter ces organismes.

1.2.3.1 Les collectivités locales

L'AOC s'étend sur trois départements, le Gers et les Landes ainsi que plus marginalement Lot-et-Garonne, et deux régions, l'Aquitaine et les midi-Pyrénées. Ce découpage administratif si différent nuisait à une bonne coordination des politiques locales de développement, surtout avant les décentralisations, on parlait d' « un pays fragile ». L'adoption d'une convention cadre le 10 novembre 2000 entre le BNIA et l'ensemble des collectivités publiques pour un plan triennal autour de l'Armagnac constitue un exemple de la volonté commune de coordonner et rationaliser les politiques des acteurs. Ce plan a été renouvelé pour les années 2004 à 2007.

-départements

L'activité départementale se caractérise sous deux aspects. Le premier est un soutien financier et logistique via la Direction Départementale de l'Agriculture. Les départements du Gers et des Landes allouent annuellement une subvention au BNIA ( 40 000 € par an pour le second42). Ils financent des opérations de promotion des produits locaux dans une logique de promotion régionale (excellence Gers ou Qualité Landes). Ces activités ne diffèrent pas des actions pour d'autres productions. Plus original est l'implication directe en tant que producteur, chaque département possède un domaine qu'il régit lui-même sous forme de régie. Le domaine d'Ognoas pour les Landes et le château de Mons pour le Gers.

42 Source orale

34

-régions

Les régions jouent un rôle plus marginal. Ne disposant pas de compétences dans le domaine agricole, le conseil régional agit dans le domaine économique. Elle se contente de subventionner le BNIA de manière plutôt régulière -l'Aquitaine est moins régulière que Midi-Pyrénées- , et de développer une aide ciblée sur certains spécificités du monde agricole, pas en particulier sur l'Armagnac. La région Midi-Pyrénées portent son effort autour de quelques thèmes : le déclin des métiers ruraux, les productions et transformations de qualité, la préservation de l'environnement des espaces ruraux, le développement des solidarités, la défense des origines43. Elle a également développé son propre organisme de développement des produits régionaux : IRQUALIM. La filière Armagnac peut donc solliciter des financements puisque dans chaque domaine, elle apparaît concernée.

précédent sommaire suivant