WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'armagnac, un produit d'avenir?


par Floran Bayle
Université Paul Cézanne - Aix-Marseille III  - Institut d'études politiques 2007
  

précédent sommaire suivant

2.2.2.2 Les communications en partenariat avec un territoire

L'utilisation de la région d'origine pour garantir une qualité du produit constitue la mission initiale de l'AOC Le problème réside dans l'absence de communication sur cette région, « marque de fabrique » du produit AOC. Cette mission a été pris en charge par les collectivités locales profitant de l'augmentation de leurs prérogatives depuis les lois de décentralisation. Cette association pour communiquer entre produits et territoire administratif a donné lieu à plusieurs initiatives au bénéfice de l'Armagnac : IRQUALIM (Institut Régional de la QUALIté des produits de Midi-Pyrénées) qualités Landes, Excellence Gers,

2.2.2.2.1 IRQUALIM

Pionnière dans la volonté de soutenir les produits de sa région, la chambre d'agriculture régionale des Midi-Pyrénées s'est associée dès 1992 au Conseil Régional et à tout un panel d'institutions publiques, des syndicats et chambres de commerce départementales. Le rôle de l'IRQUALIM est explicite : il «a pour objet de développer une politique régionale de qualité des produits agricoles et agroalimentaires par toute action favorisant la mise en oeuvre et la promotion des signes officiels de qualité dans un esprit d'aménagement du territoire ». L'Armagnac apparaît dans la liste du fait de son appellation d'origine contrôlée. L'IRQUALIM favorise les communications fédératrices autour du thème régional et offre une assistance en terme d'expertise économique et d'organisation des filières. Le BNIA participe aux manifestations organisées par l'IRQUALIM dans le but d'asseoir l'assise régionale de l'Armagnac et bien évidemment

69

accroître sa popularité. Cette manière de promouvoir complète le plan de communication du BNIA et permet de recueillir des financements directs et indirects.

2.2.2.2.2 . Association « Excellence Gers »

Ce « label local » original et privé a été créé en 1998 sous l'impulsion de la chambre d'agriculture du Gers. Ses partenaires institutionnels sont la chambre de commerce et d'industrie et la chambre des métiers départementales. L'association comprend des structures agricoles dont le BNIAet Vivadour, des entreprises commerciales d'Armagnac comme Tariquet ou les Armagnac Gelas, et des festivals locaux. La mission première de cet ensemble hétéroclite était de « structurer et développer des produits et services de qualité du Gers s'inscrivant dans la Démarche Excellence Gers :"qualité - traçabilité, environnement, accueil". Dans un cadre général, elle dépasse le simple binôme agriculture/ territoire pour fédérer « l'ensemble de l'exploitation et de l'entreprise ». Elle s'appuie sur des associations et organismes divers, tous du département mais paradoxalement les acteurs institutionnels sont absents. S'ils subventionnent l'association comme une autre, ils ne sont pas parties prenantes de l'organisme. Quelle est donc la force de l'association ? Elle reconnaît les démarches susceptibles d'avoir la reconnaissance après l'examen de commissions d'évaluation, mais quels sont ses moyens de promotion ? Il nous semble qu'elle implique trop d'acteurs pour avoir une cohérence dans la communication. Quel intérêt pour les silos du Gers d'avoir l' « excellence Gers » ? La présence aussi en tant qu'individu, la seule personne physique, d'André Daguin fait ressembler l'association une coterie de personnalités appartenant ayant la « gersitude » qu'à un organisme ayant une réelle ambition de communication. D'ailleurs les moyens financiers sont très limités.

précédent sommaire suivant