WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Identification des enjeux de la littoralisation liés à  l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil, Haiti


par Almando Kessy MORAIN
Université Caraïbe (UC) - Agronomie/Ressources Naturelles 2016
  

précédent sommaire suivant

2.4.1.1.4. Déchets ultimes

Un déchet ultime est défini comme n'étant plus susceptible d'être traité dans les conditions techniques et économiques appartenant au processus de valorisation du déchet ou de réduction de son caractère polluant ou dangereux. La notion de déchets ultime n'est pas une fonction de ses caractéristiques physico-chimiques mais plutôt du système de collecte et de traitement auquel il appartient.

2.4.1.1.5. Déchets dangereux

Un déchet dangereux présente une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : explosif, carburant, nocif, toxique, cancérogène, onctueux, corrosif, mutagène. Ce sont principalement:

Ø Les déchets toxiques en quantités dispersées (DTQD) qui sont produits en petites quantités par les ménages, les commerçants ou les petites et moyennes entreprises (PME) qui sont chargés de les faire éliminer ou valoriser dans les installations classées pour la protection de l'environnement. On distingue deux sortes de DTQD :

§ Solides : Déchets banals souillés, piles batteries usagées, résidus de peinture, etc.

§ Liquides : Produits de coiffures, lessives et détergents, eau de javel, huiles de vidanges, liquides de frein, de refroidissement, huiles de coupe, solvant, encres, révélateurs et fixateurs photos.

Ø Les déchets industriels spéciaux (DIS) correspondent aux déchets produits par les entreprises ainsi que les déchets spéciaux produits par les hôpitaux, les laboratoires et les agriculteurs. On peut les classer en trois catégories :

§ Les déchets organiques : solvants, hydrocarbures, boues, etc.

§ Les déchets minéraux liquides et semi liquides : bains de traitement de surface, acides, etc.

§ Les déchets minéraux solides : cendres, mâchefers, laitiers, etc.

Ø Les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) qui sont composés de téléphones portables, de télévisions, d'ordinateurs et tout appareil électroménager, etc.

Ø Les déchets ménagers spéciaux (DMS) qui sont séparés des déchets ménagers à causes de leur caractère toxique nuisible. Ils peuvent être assimilés au DTQD, car ils comprennent des produits tels que : ammoniaque, métaux lourds, piles, les médicaments non utiles (MNU), les produits électroniques et électriques en fin de vie (PEEFV), les produits phytosanitaires, etc.

2.4.1.2. Gestion des déchets

La gestion des déchets est un long processus caractérisé par la collecte, le transport, le traitement, la réutilisation ou l'élimination des déchets. L'accent a été mis, ces dernières décennies, sur la réduction de l'effet des déchets sur la nature et l'environnement ainsi que sur leur valorisation (INRA et al., 2001). Cette pratique concerne tous les types de déchets, qu'ils soient solides, liquides ou gazeux. Cependant, à chaque type de déchet correspond un processus de gestion spécifique et les manières de les gérer se diffèrent selon que l'on se trouve dans un pays développé ou en voie de développement ou même sous développé, dans une ville ou dans une zone rurale, que l'on ait affaire à un particulier, un industriel ou un commerçant (Angrand, 2011).

Dans certains pays, la gestion des déchets non-toxiques, pour les particuliers ou les institutions dans les agglomérations, est habituellement sous la responsabilité des autorités locales, alors que la gestion des déchets des commerçants et industriels est sous leur propre responsabilité. Toutefois, afin de mettre en application une politique de gestion durable et plus ou moins universelle des déchets, la règle des 3R qui est devenue aujourd'hui la règle des 4R de la hiérarchie des stratégies a été établie. Il s'agit de Réduire, Réutiliser, Recycler, Repenser. Quoique cette hiérarchie ait fait l'objet de plusieurs changements en termes d'aspect ces dix dernières années, le concept sous-jacent est demeuré la pierre angulaire de la plupart des stratégies de gestion des déchets : utiliser au maximum les matériaux et générer le minimum de sous-produits (INRA et al., 2001).

précédent sommaire suivant