WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Identification des enjeux de la littoralisation liés à  l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil, Haiti


par Almando Kessy MORAIN
Université Caraïbe (UC) - Agronomie/Ressources Naturelles 2016
  

précédent sommaire suivant

2.4.3.1.3. Pollution microbiologique

Cette pollution peut résulter du rejet dans les eaux littorales d'une grande variété de substances organiques fermentescibles d'origine diverses (effluents urbains, matières fécales, industries, élevages, etc.). Elle soulève dans bien des cas de redoutables problèmes d'hygiène publique. Cette extension microbiologique (Bactéries, virus et champignons) dans les eaux littorales a pour conséquences l'altération de la qualité des eaux de baignade et certaines ressources halieutiques habituellement consommées par l'homme et provoquant ainsi pas mal de maladies.

2.4.3.2. Incidences de la pollution

2.4.3.2.1. Eutrophisation

Le terme « eutrophe » dont dérive le mot« eutrophisation» signifie simplement « bien nourri ». Comme le rappelle Genovese (1973) cité par Alain (2001), le préfixe « eu » contient l'idée de bien, d'utile, d'optimal. On parvient donc à considérer qu'un milieu est eutrophe quand il est riche en nutriments. On peut donc s'accorder sur la définition du mot « eutrophe » que fournit le Dictionnaire technique de l'eau et des questions connexes, une eau eutrophe est une eau riche en matières nutritives (Alain, 2001).

Cependant, le terme « eutrophisation » semble avoir évolué au fil du temps. Elle désigne non plus la progression de l'enrichissement d'un milieu, mais l'état enrichi lui-même, ceci jusqu'à un point tel qu'il en résulte des nuisances. Il s'agit d'une forme singulière de pollution de certains écosystèmes aquatiques qui se produit lorsque le milieu reçoit trop de matières nutritives assimilables par les algues et que celles-ci prolifèrent. Cela peut aboutir à l'épuisement de l'oxygène jusqu'à provoquer un état d'anorexie puis de la diffusion de sulfures dans l'eau par des bactéries. Ces phénomènes d'anoxie peuvent se développer par des crises qualifiées de malaïgues.

Les principaux  nutriments à l'origine de ce phénomène sont le phosphore (contenu dans les phosphates) et l'azote (contenu dans l'ammonium, les nitrates, et les nitrites). Il s'agit d'un processus naturel très lent qui peut s'étaler sur des siècles ou des millénaires, et parfois sur de plus longues périodes encore. Toutefois, elle peut être fortement accélérée par l'apport d'effluents domestiques, industriels et/ou agricoles et conduire à la mort de l'écosystème aquatique en quelques décennies voire même en quelques années (Gilles, 2010).

2.4.3.2.2. Modification du biotope

Tout écosystème, terrestre ou aquatique, est constitué d'un ensemble de facteurs biotiques et abiotiques qui sont en constante interrelation. Ces facteurs abiotiques, constituant le Biotope, sont un ensemble d'éléments du paysage qui constituent le milieu et offrent les ressources suffisantes pour permettre à la population d'une espèce donnée de vivre et de se reproduire dans un cadre propice à son évolution. Il peut être l'objet de différentes modifications d'origine naturelle ou anthropique (Dulvyet al., 2003) cité par (Pierre Paul et Thierry, 2005). Ces différentes altérations s'expliquent par des changements de température et du pH qui sont des facteurs clés de la régulation des activités biologiques dans les écosystèmes aquatiques ; la variation de la teneur en oxygène de l'eau et la modification ou la disparition des niches écologiques par accumulation de débris minéraux ou organiques (Alder et Wood, 2004) cité par (PNUE, 2007).

Par exemple, Les mangroves et les récifs coralliens font aujourd'hui partie des habitats marins les plus menacés. On estime que 40 % des récifs coralliens sont significativement endommagés, que 30 à 60 % des mangroves ont été perdus en Asie du Sud, et que plus de la moitié des marais salants de la planète ont disparus (Dulvyet et al., 2003) cité par (Pierre Paul et Thierry, 2005). A noter que les mangroves, les zones humides, les estuaires et de nombreux autres habitats côtiers peu profonds jouent un rôle important dans le déroulement du cycle de vie de nombreuses espèces marines, car il s'agit essentiellement des zones de nourriceries, des frayères, des voies de migration. Autrement dit, des milieux qui sont indispensables pour le maintien de la biodiversité et le renouvellement des populations marines (Gilles, 2010).

précédent sommaire suivant