WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2.4-Focus group

L'approfondissement de certains aspects des objectifs spécifiques commande de recourir au focus group. Avec cet outil, l'enquête pourrait avoir des réponses sur les représentations sociales de la longévité, l'énumération et le fonctionnement des différentes structures sociales, les secrets de longévité, la nature des rapports entre les aînés sociaux et les cadets.

L'avantage de cette technique est que l'intervention des uns et des autres complète et renforce les informations données. Son usage paraît pertinent dans la mesure où dans la société Odjukru, les actions sont déterminées et orientées par les classes d'âge d'appartenance. On l'a administré à un groupe de trois jeunes, membres de la classe d'âge des Ndjurman d'Armébé. Le groupe a été constitué par le responsable de la classe d'âge, appelé milow. Les thèmes qui ont fait l'objet d'entretien sont: la représentation sociale de la vieillesse et les rapports intergénérationnels.

2.2.5-Questionnaire

Il a été administré à 332 personnes âgées ayant au moins accédé à la distinction d'êbebu et qui résident effectivement à Armébé, Bonn, Débrimou et Bouboury. Il s'articule autour de sept rubriques qui sont spécifiées dans les lignes qui suivent.

La première concerne l'identification sociale des enquêtés. Il s'agit des paramètres tels que l'âge, le sexe, le lieu de résidence, la génération et la classe d'âge d'appartenance, le niveau d'instruction, la religion, le statut matrimonial, le nombre de conjointes, le nombre d'enfants, la profession, la catégorie socio-professionnelle et l'estimation de revenu.

La deuxième concerne les représentations de la vieillesse et de la longévité. La description des représentations de la vieillesse et de la longévité est un préalable à l'étude. En ce sens qu'aux représentations, les individus selon leur statut, attachent des conduites qui conditionnent leurs actions et leurs comportements. Ainsi est-il saisi les représentations que les personnes âgées ont de leur propre état de vieillesse.

La troisième a pour but de déterminer les secrets de longévité. La longévité a dépassé les discours biologique, médical et écologique pour se poser aussi comme un fait socialement construit, c'est-à-dire qu'il y a des formes de sociabilité qui ont un impact sur le vieillissement. Il est recherché d'une part dans les institutions sociales, les facteurs et les mécanismes qui sont susceptibles de prolonger ou d'écourter la vie des membres de la société et d'autre part de rechercher les facteurs sociaux explicatifs d'un vieillissement réussi ou pathologique. Car Comme le dit R. Lefrançois (2004)158(*): « le maintien de la santé à l'âge avancé ne dépend pas du taux de cholestérol ou du bagage génétique, mais de dispositions psychosociales, tels un mariage stable, et le recours à des stratégies d'adaptations efficaces pour gérer les crises ou les périodes de stress, de même que la pratique régulière mais modérée d'activités physiques. S'ajoutent le sentiment d'identité, l'amitié, l'intimité et la transmission à la génération suivante.».

La quatrième vise à recueillir des données sur la qualité des rapports avec les membres de la société. Il s'agit des relations entre la personne âgée, sa classe d'âge, sa famille et la communauté entière qui permettent d'apprécier le niveau d'intégration.

La cinquième rubrique nous conduit à recueillir des données sur les conditions de vie des aînés sociaux. Il s'agit de l'analyse des conditions de vie des personnes âgées à partir de leur capital économique et des charges financières auxquelles elles ont à faire face. Est-ce qu'elles arrivent à répondre au besoin que leur impose leur âge ?

En outre, les questions sont posées dans le but d'avoir des données pouvant permettre d'apprécier la nature des activités si éventuellement elles sont actives -activités appropriées ou dégradantes-, d'évaluer le cadre de vie au plan environnemental, hygiénique et social. Par ailleurs, on s'intéresse à l'analyse du mode de vie qui situe sur la qualité de vie et permet de décrire les inégalités sociales. Ce mode de vie renferme concrètement: l'activité, les moyens financiers, la qualité des déplacements, la qualité des relations avec les autres membres de la société et la tendance au repli sur soi.

La sixième rubrique renferme des questions qui vont conduire à avoir des informations sur l'état de santé des personnes âgées et l'hygiène de vie non sans chercher à savoir le système de santé auquel elles ont le plus recours. En effet, la maladie s'identifie comme un facteur d'exclusion. C'est ce que confirme P. Paillat (1963)159(*) quand il dit que : « La fréquence et l'intensité des relations amicales pour l'homme âgé est un indicateur de son état de santé dans la mesure où il confirme son degré de participation sociale. Plus il est valide, plus ses relations sont intenses; plus son état de santé se détériore, plus les relations amicales sont réduites. ».

Enfin, dans la septième rubrique, il s'agit de collecter des données pouvant exprimer les aspirations des personnes âgées et servir à présenter le cadre de vie.

Toutes les informations recueillies au cours de l'investigation sur le terrain sont mises en relation avec des variables sociodémographiques.

* 158Richard Lefrançois, op. cit., p.107.

* 159Paul Paillat, op. cit., p. 68.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net