WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

2.3-Difficultés de l'étude

Comme toutes les recherches scientifiques, l'étude dans sa conduite a rencontré des obstacles qui sont d'ordres socio-politiques, méthodologique et épistémologique.

En effet, la rédaction de la présente thèse s'est déroulée dans un contexte national de crises socio-politique et post-électorale qui ont eu pour conséquence la fermeture de l'université durant 18 mois, le pillage du Centre Culturel Français160(*) et l'installation d'un climat de suspicion non favorable aux enquêtes. La fermeture de l'Université d'Abidjan-Cocody ne permettait pas de rencontrer le Directeur de thèse pour d'éventuels échanges. Le Centre Culturel Français était la principale bibliothèque en termes de livres. Il n'était donc pas aisé la recherche documentaire.

En outre, on a été confronté au problème de documents d'analyse ou de statistiques sur les conditions de vie des personnes âgées en Côte d'Ivoire. Les données, dans beaucoup de cas, ne sont pas actualisées étant donné que le dernier recensement général de la population et de l'habitat date de 1998 et la littérature locale sur la retraite, le vieillissement et la vieillesse n'est pas abondante vu la récence de recherche sur cet objet. Aussi, au niveau épistémologique, ya-t-il la question de la démarcation entre le sociologue et le gérontologue. La proximité scientifique du point de vue de l'objet d'étude fait que des auteurs passent d'une discipline à une autre.

Parfois la conduite des enquêtes sur le terrain a connu des coups d'arrêt dus aux décès dans les villages. Certaines personnes qui devaient être interrogées sont décédées juste avant, pendant ou après l'enquête. Or, étant donné que les investigations ont lieu en milieu rural, de tels événements mobilisent toute la communauté pendant une à deux semaines. Ce qui a eu un impact sur le calendrier de l'étude.

Pendant que l'étude était en cours, notre informateur principal de Débrimou, désigné par son chef de village comme dépositaire de sagesse Odjukru, a été atteint d'un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) qui lui a fait perdre l'usage de la parole. On ne pouvait donc plus bénéficier de ses connaissances. En cas de besoin, on devait se référer à d'autres personnes.

Il y a des enquêtés qui en marge de l'enquête expliquaient leur difficulté financière dans le but de bénéficier d'une aide. À cet effet, trois femmes Abrahman, quatre femmes Mbedié et une femme Mborman ont reçu de nous de l'argent.

Elles disaient avoir faim. Il y a le risque que les réponses aux questions soient influencées par les dons.

En outre, à la suite de questions portant sur le réseau social, des enquêtés se mettaient à pleurer sous le coup de l'émotion. Ils se souvenaient de leurs proches ou enfants décédés. La suite de l'entretien se déroulant dans un climat nostalgique, l'état d'esprit pourrait avoir un impact sur des données recueillies.

Par moment, l'environnement social a émis des discours dans le sens de nous persuader qu'il est inutile de mener une étude sur les personnes âgées. Telle est la réaction d'un adulte Atchan lors d'une pré-enquête à Anonkoua-kouté. A cet effet, il disait en riant: « à l'université vous étudiez des choses ». D'autres, des jeunes de notre génération, demandent ce que nous allons chercher en étudiant les personnes âgées. Sur un ton moqueur ils disaient qu'au terme de l'étude, nous réagirons comme des vieux. Pourtant, ces personnes étaient souvent nos interlocuteurs ou traducteurs. Il se pose la question de l'objectivité de la traduction.

A cela, il faut ajouter la réticence parfois de l'entourage à permettre qu'on interroge leur personne âgée. L'entourage évoque le prétexte d'une démence sénile. En effet, il veut dissimuler les conditions de vie de la personne âgée ou il craint que la personne âgée ne révèle des informations de nature à compromettre ou à diffuser des secrets familiaux. Dans un village, la soeur cadette d'une centenaire était réticente à l'enquête. Après plusieurs tentatives d'explications, l'autorisation a été obtenue. Mais, on n'a pas constaté de signe de démence sénile au regard de la cohérence de ses réponses.

A Armébé, on n'a pas pu interroger les personnes âgées du quartier nord car il y a un conflit qui oppose le quartier sud du village au quartier nord. Les deux parties sont divisées sur la désignation du chef de village. Ainsi, étant donné que l'autorisation d'enquêter est venue des êbebu du quartier nord, on n'était pas les bienvenus dans le quartier sud. En dépit de tous ces obstacles, on a pu mener à terme les investigations dont les fruits sont contenus dans les parties qui suivent.

* 160 Le Centre Culturel Français est l'actuel `'Institut Français d'Abidjan'', situé dans la commune du Plateau, en Côte d'Ivoire.

précédent sommaire suivant