WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.1.6.2- Deuxième étape: étape du défilé ou le yoro-oubaure

Au cours de cette étape, les êbebu quittent les vêtements blancs et les parures en argent pour se revêtir de grands pagnes kita, d'anneaux et de chaînes en or. Une façon de faire l'étalage de la richesse familiale.

Ils font ensuite le tour des quartiers à la fois avec les êbebyow sous des chants et avec des danses. Le premier sens attribué à ce défilé est une visite du domaine de compétence des êbebu, la reconnaissance des limites de leur pouvoir qui ne peut s'exercer que dans leur village respectif. Autrement dit, ils se présentent à la communauté comme étant les nouveaux élus qui gouvernent pour sa gloire.

Photo 6 : Procession d'entrée. Les êbebu et les êbebyow richement vêtus en pagne uniforme, signe d'unité, parés de perles de valeur et de bijoux en or. Yassap I, (enquête personnelle, Décembre 2006).

3.1.6.3- Troisième étape: étape de l'adisséhi des êbebu

Elle constitue l'apothéose du sacre des êbebu. A ce stade, tous les nouveaux êbebu des différents quartiers se réunissent sur la place publique centrale, sous l'arbre à palabres (êdjême168(*)). Là, l'un d'entre eux, le milow169(*),issu de la classe d'âge des odjogba, c'est-à-dire le chef de tous les membres de la génération, reçoit de façon symbolique du milow des êbebu sortants, une canne (kpaman), un chasse-mouche (saye), il lui met un chapeau (toufê) après l'avoir coiffé et il l'habille d'un grand pagne (osso-kogba). Aussitôt, le milow sonne pour proclamer son élection qui est suivie d'un discours magistral.

Photo 7 : Cérémonie de sacre. Le milow des Mborman assis aux côtés de deux de ses prédécesseurs avec les insignes du pouvoir. Yassap I, (enquête personnelle, Décembre 2006).

La canne signifie le bâton de commandement, le bâton du berger qui doit orienter et rassembler tous les membres de la communauté villageoise. Elle est symbole de stabilité, une source de motivation quand la faiblesse physique et l'indécision s'installent. En effet, elle est un appui sûr pour la marche. Elle soutient la personne âgée dans sa marche, c'est un troisième pied. La canne dans la main de l'êbebu renvoie au berger qui oriente son troupeau dans la direction souhaitée, elle symbolise le commandement et la discipline. C'est d'ailleurs le cas dans la religion catholique où lors de l'intronisation de l'évêque à la tête d'un diocèse, il reçoit une mitre sur la tête et une crosse à la main. Dans l'armée, les officiers supérieurs reçoivent le sceptre. Contrairement aux Odjukru du village de Armébé, pour ceux de Débrimou, la canne n'a pas un pouvoir mystique, elle n'est pas un pouvoir de malédiction, mais elle rappelle aux êbebu qu'ils sont les seuls détenteurs du pouvoir; et comme tels, il leur revient en cas de divergence de points de vue de nature à rompre le consensus social, d'imposer avec fermeté la décision.

Ce qui suppose un sens de la sagesse et du devoir dont le chasse-mouche est le signe. Le chasse-mouche dans la main est également un support pour se débarrasser des mouches et des insectes qui se posent sur le corps humain. C'est un troisième bras.

Le chapeau sur la tête rappelle l'onction, le chef de la communauté. Le chapeau traduit la grandeur de la personnalité et l'homme de valeur. Si aujourd'hui, un non êbebu peut se permettre de porter un chapeau, autrefois, il ne pouvait pas le porter même en dehors de l'arbre à palabres. Le port du chapeau était uniquement réservé à ceux qui avaient célébré leur fête d'êbeb.

Le port de nouveaux vêtements signifie la rupture avec l'homme ancien, avec le commun des mortels; c'est accepter par là d'être un mis à part pour faire sienne la bienséance qui caractérise les chefs et les grands hommes. Pendant une semaine supplémentaire, les êbebu qui le désirent, peuvent encore faire le tour du village, avec de riches ornements.

Il convient de relever ici que la célébration de l'êbeb entraîne une mutation sociale globale. En effet, ce jour là, toutes les générations changent de position et même de rôle. Ce qui confère un caractère majeur à la célébration de l'êbeb qui lui-même renforce les prestiges sociaux des êbebu. Mais quels sont les pouvoirs réels que confère la célébration de l'êbeb?

* 168Les femmes qui appartiennent à la génération qui sera sacrée sont présentes sur la place publique.

* 169 Chaque sous-classe a un leader qu'on appelle le Milow. Il n'est pas forcement le plus âgé.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net