WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.1.9- Aspects intégratifs de l'êbeb

La société Odjukru, à travers l'êbeb couvre de lauriers les vieilles personnes. Et la première palme qu'elle offre aux personnes âgées est la plus haute et honorifique fonction de gouvernant (êbebu). De même tous les attributs du pouvoir: le kaolin, la canne, le chasse-mouche et le chapeau, tendent à célébrer le culte de la personne âgée par référence au champ sémantique religieux.

Au plan horizontal, les êbebu sont les premiers des Odjukru et au plan vertical les êbebu et leurs devanciers sont le prolongement des ancêtres, en ce sens qu'ils détiennent le patrimoine culturel de la société. Que ce soit au sein de sa famille, de son quartier et du village, ses actes et ses avis sont déterminants. Les prestiges que requiert son statut lui sont reconnus dans les autres villages Odjukru. L'ensemble de ces prérogatives motive l'homme Odjukru non seulement à vouloir atteindre l'âge d'accession à l'êbebu, mais aussi à accéder aux autres strates post-êbebu170(*). Et cette recherche de la longévité va passer nécessairement par l'observance des normes et des valeurs qui elles-mêmes s'acquièrent lors de l'initiation (low).

Ainsi donc, par l'êbeb, l'on célèbre la prise du pouvoir, mais la prise du pouvoir par de vieilles personnes. Au cours de la cérémonie d'investiture, un accent est aussi mis sur l'âge des célébrants, preuve que tout est mis en oeuvre pour magnifier l'âge avancé eu égard aux épreuves de la vie. Il ressort de l'enquête que pour l'Odjukru, la longévité, « sel kpap » est un don de Dieu « Nyam ».

Photo 9 : Soutien populaire de la communauté aux êbebu. Yassap I, (enquête personnelle, Décembre 2006).

Mais ce don est une récompense qui sanctionne le respectueux de l'éthos. C'est pourquoi, le milow des M'Bédié lors de la cérémonie d'investiture des M'Borman à Yassap I dit en se rendant sur la place publique que s'il n'y a pas de calamité, seul Dieu peut accorder à l'individu la grâce d'atteindre l'âge de l'êbebu.

Photo 10 : Mendicité rituelle, «sisme akpe». Yassap I, (enquête personnelle, Décembre 2006).

La photo ci-dessus est l'illustration de ce qu'on appelle le "sisme akpe" qui veut dire: la mendicité rituelle. Les assiettes servant à recueillir les dons en espèce des amis et des connaissances sont posées devant les futurs êbebu. Cet acte est loin de la mendicité ordinaire à voir la qualité des assiettes. Elles sont toutes neuves. En effet, tous les prétendants à l'êbeb ont célébré leur angbandji. C'est-à-dire qu'ils appartiennent à la catégorie des hommes riches. Le sens du sisme akpe est de procéder à l'évaluation de sa cote de popularité et de l'audience que chaque prétendant a dans la communauté. Le plus important à la fin de la cérémonie sera moins le montant des dons que le nombre de pièces d'argent totalisées.

Photo 11 : Emprunté aux anglais, ce bijou appelé auss' ibr en Odjukru était offert en guise de don aux êbebu et aux post-êbebu. Débrimou, (enquête personnelle, Juillet 2010).

Ce rituel témoigne de l'intégration de la personne âgée et se présente comme un stimulant de la quête de longévité. En effet, comme certaines études et certains faits l'ont montré, l'isolement social de l'individu est dans certains cas une cause de mortalité. Car, il se pose à l'individu le problème de son utilité, sans oublier qu'un individu exclu peut être envahi puis consumé par l'angoisse. C'est d'ailleurs les conclusions auxquelles parviennent les travaux d'E. Durkheim (2007)171(*) sur le taux de suicide dans la France de son temps. Il déduit que le taux de suicide « varie en raison inverse du degré d'intégration des groupes sociaux dont fait partie l'individu.». Quand la société se désintègre, l'individu se sent plus isolé et davantage porté au suicide égoïste. Quand au suicide altruiste, fondé sur une individuation insuffisante, il se produit dans les moments de rupture entre l'individu et le groupe auquel il s'identifie. Il se produit aussi dans les cas d'identification totale de l'individu à un groupe qui idéalise la mort volontaire. Le suicide anomique enfin se produit lorsqu'il y a une rupture de l'équilibre social. « Toutes les fois que de graves réarrangements se produisent dans le corps social, qu'ils soient dus à un soudain mouvement de croissance ou à un cataclysme inattendus, l'homme se tue plus facilement.». Autrement dit, mettre les vieilles personnes en marge de la société sous le prétexte qu'elles sont vulnérables serait : précipiter leur mort. En revanche, les considérer comme des acteurs sociaux indispensables au développement social, serait une force vitale vectrice de santé et d'équilibre psycho-affectif. Dans cette même logique d'intégration de tous les éléments du système social, nous avons des institutions sociales spécifiques à la gent féminine.

* 170En France, pendant la période de canicule, des milliers de personnes âgées meurent dans l'indifférence. Nations Unies, Deuxième Assemblée Mondiale sur le vieillissement, Madrid du 8 au 12 avril 2002, New York, 2000.

* 171André Jacob, Encyclopédie philosophique universelle, les oeuvres philosophiques, Paris, PUF, 1990.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net